Gestion de la diversité de l’igname et du niébé par les agriculteurs de la zone de transition Guinéo-Soudanienne du Bénin

Le maintien et l’utilisation de la diversité génétique des cultures sont importants pour assurer la sécurité alimentaire.

L’importance des variétés parentales d’igname et de niébé influençant l’économie socioculturelle et locale dans un contexte de diversité maintenue ont été analysé au Bénin.

Alors que la diversité est grande, certaines variétés étaient rares, d’autres en passe d’être abandonnés ou déjà perdus.

Les caractéristiques socioculturelles ainsi que les caractéristiques économiques et agronomiques expliquent pourquoi certaines d’entre elles sont encore maintenues. Par exemple, la variété d’igname à maturation précoce Laboko a été plantée par la plupart des agriculteurs pour avoir des tubercules disponibles à temps à des fins religieuses, et certaines variétés spécifiques de niébé ont joué un rôle dans les funérailles des parents.

La diversité de variétés vendues sur le marché et leur disponibilité dans le temps reflètent les stratégies et les pratiques de conservation des agriculteurs.

Les différences de prix du marché entre les variétés sont beaucoup plus faibles pour le niébé que pour l’igname.

Les processus de perte et de déplacement de certaines variétés locales sont décrits et la nécessité pour la conservation est abordée.

La conservation et l’utilisation de la diversité génétique des cultures sont importantes pour garantir l’alimentation la sécurité et la souveraineté alimentaire. Jusqu’à présent, on sait peu de choses sur la façon dont les agriculteurs gèrent cette diversité de l’igname (Dioscorea spp.) et du niébé (Vigna unguiculata) au Bénin et sur la façon dont ils prennent des décisions liées à cette question.

Citation :

Zannou, A., Ahanchédé, A., Struik, P.C., Richards, P., Zoundjiékpon, J., Tossou, R., Vodouhè, S., 2004. Yam and cowpea diversity management by farmers in the Guinea-Sudan transition zone of Benin. NJAS 52, 393–420.

Lire la suite

Fonder la recherche agricole sur les besoins des agriculteurs pauvres en ressources : une analyse comparative des études de diagnostic au Ghana et au Bénin

La comparaison a révélé que les études de diagnostic ont identifié et établi des forums de parties prenantes, en particulier de agriculteurs, qui devaient jouer un rôle clé dans la co-construction des connaissances lors de la phase d’expérimentation de terrain

Les études de diagnostic ont donné la parole aux agriculteurs dans la conception et conduite de la phase expérimentale qui leur a permis d’influencer le processus de recherche dans le sens de développer et de tester des technologies qui fonctionnent dans leurs circonstances et qui répondent à leurs besoins et priorités

Les études de diagnostic ont conduit à des choix transparents quant à la sélection des sites, des agriculteurs et des expérimentations avec des conditions de négociation créées

Les études diagnostiques aident les chercheurs à comprendre et à maitriser le contexte plus large afin de déterminer les améliorations possibles de la situation problématiques identifiée

Au Bénin, les études diagnostiques suivent une approche uniforme avec une identification au préalable des domaines de besoins en innovations. A l’opposé, les études diagnostiques au Ghana suivent une approche innovatrice qui peut être comparée à la phase exploratoire des études diagnostiques au Bénin

Enfin, les études de diagnostic jouent un rôle crucial pour rendre les partenaires au sein de la Convergence des Projets de sciences conscients de l’importance des conditions-cadres contextuelles pour déterminer la pertinence du projet

Citation:

Nederlof, E.S., Tossou, R., Kossou, O.K., 2004. Grounding agricultural research in resource-poor farmers ’ needs: a comparative analysis of diagnostic studies in Ghana and Benin. NJAS 52, 421–442.

Lire la suite

Faune sauvage mammalienne et alimentation des populations holli et fon de la forêt classée de la Lama (Sud-Bénin)

Dans les deux localités étudiées, une liste de 29 espèces de mammifères consommées par les populations locales a été établie avec une forte variabilité de consommation entre les espèces.

Dans les deux localités, les populations manifestent des préférences nettement marquées pour les viandes de potamochère et d’aulacode

Les principales sources de protéines animales pour les populations riveraines sont essentiellement la viande de brousse, la viande d’animaux domestiques et le poisson. Bien qu’étant préférée au poisson et à la viande domestique (82 % vs 18 %), la viande de brousse est beaucoup moins souvent consommée et constitue environ 1/3 des prises alimentaires de protéines animales

Le faible niveau de consommation de la viande de brousse peut compromettre la sécurité alimentaire des ruraux en réduisant la qualité et la valeur nutritionnelle de leur régime. Le petit élevage traditionnel pratiqué par les populations rurales peut heureusement compenser ce déficit protéinique potentiel.

La production de ressources animales, tant recherchées aussi bien par les populations des villages que des villes comme sources de protéines et aussi de revenus, mérite d’être réfléchie et intégrée dans le concept de développement durable.

Citation:

Codjia, J.T.C., Assogbadjo, A.E., 2004. Faune sauvage mammalienne et alimentation des populations holli et fon de la forêt classée de la Lama (Sud-Bénin). Cah. Agric. 13, 341–347.

Lire la suite

Interactions au niveau multitrophique dans un système de polyculture manioc-maïs sous les tropiques humides d’Afrique de l’Ouest

Les interactions au niveau multitrophique dans une culture mixte, impliquant le manioc et le maïs, ont été étudiées en savane dérivée au Bénin, en Afrique de l’Ouest.

Les principaux ravageurs étudiés sur le maïs ont été la noctuelle Sesamia calamistis Hampson et les pyrales Eldana saccharina Walker et Mussidia nigrivenella Ragonot, et sur le manioc, la cochenille exotique, Phenacoccus manihoti Matile-Ferrero et son parasitoïde encyrtide Apoanagyrus lopezi De Santis.

Les deux essais ont montré des effets similaires sur les rendements de maïs : sur maïs, la culture intercalaire avec le manioc a réduit les rendements de maïs de 9 à 16 %, tandis que sur le maïs non traité, l’effet net d’une densité réduite de ravageurs et d’une augmentation des plants n’a entraîné aucune différence de rendement ; les pertes de rendement étaient plus faibles en comparaison au maïs en monoculture.

Pour le manioc, le système de culture n’a eu aucun effet sur parasitisme par A. lopezi. Les différences de rendement entre le manioc en monoculture et en culture intercalaire dépendaient du moment de la récolte : elles étaient grosses au début et nulles à la récolte finale.

Les ratios équivalent-terre étaient pour la plupart > 1,5, ce qui indique qu’un rapport maïs/manioc en culture mixte, protégée ou non, a considérablement augmenté la productivité par surface unitaire de terrain.

Il existe une opportunité d’utiliser des cultures de longue durée avec une habitude de croissance indéterminée comme le manioc pour cultures intercalaires avec une culture de courte durée comme le maïs.

Citation :

Schulthess, F., Chabi-Olaye, A., Gounou, S., 2004. Multi-trophic level interactions in a cassava – maize mixed cropping system in the humid tropics of West Africa. Bull. Entomol. Res. 94, 261–272.

Lire la suite

Analyse des techniques de transformation de niébé en ‘’atta’’ au Bénin

Huit techniques de transformation du niébé en ‘’atta’’ ont été identifiées en considérant la technique de l’enlèvement des téguments (1) et celle du battage de la pâte (2).

La technique Main-Meule qui consiste à enlever les téguments à l’aide d’une meule et à battre la pâte de niébé obtenue à la main est la technique la plus utilisée par les transformatrices.

L’analyse des marges brutes a permis de déterminer la technique de transformation la plus rentable dans chaque zone d’étude.

A Cotonou, les transformatrices ont un avantage à utiliser la technique Moulin-Palette qui a la marge brute la plus élevée de 223 FCFA.

A Porto-Novo, les techniques les plus attrayantes avec une marge brute de 131 FCFA sont les techniques Mains-Mains et Mortier-Palette.

Dans le cas de la ville de Parakou, l’utilisation de la technique Mortier-Main permet aux transformatrices d’augmenter leur revenu, en gagnant un montant supplémentaire de 56 FCFA pour 100 FCFA investis avec une marge brute de 318 FCFA.

Dans la ville de Comè, l’utilisation de la technique Meule-Palette offre la marge brute la plus élevée (408 FCFA) alors qu’à Parakou, c’est plutôt la technique Moulin-Palette qui est la plus rentable et ettrayante.

Les coûts du niébé et de l’huile représentent la proportion la plus importante des coûts de transformation affectant le niveau de rentabilité.

La transformation de niébé a un potentiel élevé de contribution à l’amélioration de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté des femmes transformatrices de niébé en ‘’atta’’.

Agazounon, C., Coulibaly, O., Houndekon, V., 2004. Analyse of cowpea processing techniques into “atta” in Bénin. Bulletin de la Recherche Agronomique du Bénin 45, 1–8.

Lire la suite

Interactions au niveau multitrophique dans un système de polyculture manioc-maïs sous les tropiques humides d’Afrique de l’Ouest

Les interactions au niveau multitrophique dans une culture mixte, impliquant le manioc et le maïs, ont été étudiées en savane dérivée au Bénin, en Afrique de l’Ouest.

Les principaux ravageurs étudiés sur le maïs ont été la noctuelle Sesamia calamistis Hampson et les pyrales Eldana saccharina Walker et Mussidia nigrivenella Ragonot, et sur le manioc, la cochenille exotique, Phenacoccus manihoti Matile-Ferrero et son parasitoïde encyrtide Apoanagyrus lopezi De Santis.

Les deux essais ont montré des effets similaires sur les rendements de maïs : sur maïs, la culture intercalaire avec le manioc a réduit les rendements de maïs de 9 à 16 %, tandis que sur le maïs non traité, l’effet net d’une densité réduite de ravageurs et d’une augmentation des plants n’a entraîné aucune différence de rendement ; les pertes de rendement étaient plus faibles en comparaison au maïs en monoculture.

Pour le manioc, le système de culture n’a eu aucun effet sur parasitisme par A. lopezi. Les différences de rendement entre le manioc en monoculture et en culture intercalaire dépendaient du moment de la récolte : elles étaient grosses au début et nulles à la récolte finale.

Les ratios équivalent-terre étaient pour la plupart > 1,5, ce qui indique qu’un rapport maïs/manioc en culture mixte, protégée ou non, a considérablement augmenté la productivité par surface unitaire de terrain.

Il existe une opportunité d’utiliser des cultures de longue durée avec une habitude de croissance indéterminée comme le manioc pour cultures intercalaires avec une culture de courte durée comme le maïs.

Schulthess, F., Chabi-Olaye, A., Gounou, S., 2004. Multi-trophic level interactions in a cassava – maize mixed cropping system in the humid tropics of West Africa. Bull. Entomol. Res. 94, 261–272.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Multi-trophic level interactions in a cassava–maize mixed cropping system in the humid tropics of West Africa»

Lire la suite