Demande saisonnière en eau dans l’agriculture béninoise

Les données statistiques officielles concernant les quantités d’eau ainsi que les connaissances sur les facteurs influençant la demande en eau sont extrêmement rares et révèlent souvent des tendances nationales sans tenir compte des régions ou des différences locales.

L’approvisionnement en eau en termes absolus semble être suffisant au Bénin mais des problèmes d’eau saisonniers surviennent à la fois dans l’irrigation, l’agriculture et dans la gestion du bétail.

Les problèmes d’eau saisonniers qui se posent ne sont pas la conséquence d’une pénurie générale d’eau mais plutôt liés à trois problèmes majeurs. Ces problèmes découlent des difficultés d’équipement technique et de moyens financiers des agriculteurs, des spécificités locales conditions influençant l’accès aux sources d’eau et l’extraction des eaux souterraines, et troisièmement de la faible structure organisationnelle globale de gestion de l’eau.

Les différences régionales ainsi qu’une amélioration générale des connaissances sur de meilleures structures de gestion, le savoir-faire technique et l’accès au crédit pour les agriculteurs doit être pris en compte dans les stratégies nationales afin d’améliorer l’utilisation de l’eau agricole au Bénin.

La disponibilité de l’eau et la fiabilité de l’agriculture pourraient être sensiblement améliorées réduisant les impacts saisonniers sur la production des agriculteurs et ainsi stabiliser leurs revenus.

Les systèmes d’irrigation urbains et périurbains, ainsi que les systèmes d’irrigation à grande échelle ne sont pas bien organisés. Leur importance peut être soulignée par les expériences passées qui démontrent que ces systèmes ont des moyens financiers et technologiques adéquats, mais étaient plus susceptible d’échouer sans aide extérieure.

Il est recommandé aux décideurs de considérer de près le secteur agricole au Bénin en raison de son potentiel de développement et sa nécessité vis-à-vis de la croissance démographique.

Cependant, le potentiel pour le développement général et la sécurité alimentaire ne tient vrai si les obstacles de l’utilisation saisonnière de l’eau dans l’agriculture, comme pour l’irrigation et la demande en eau pour le bétail sont bien pris en compte.

Citation :

Gruber, I., Kloos, J., Schopp, M., 2009. Seasonal water demand in Benin ’ s agriculture. J. Environ. Manage. 90, 196–205.

Lire la suite

Risques d’ingestion d’arachides contaminées par les aflatoxines au Bénin : mesures à l’échelle, croyances et facteurs socio-économiques

Les croyances des agriculteurs et les risques perçus de l’aflatoxine (AF) sur la consommation, production et commercialisation de l’arachide ont été évaluées auprès de 181 agriculteurs du Bénin suivies des facteurs de sensibilisation et d’action.

Les résultats révèlent aussi que le sexe, l’âge et les années d’expérience dans l’agriculture ont un impact significatif sur l’action des agriculteurs en ce qui concerne la réduction de l’aflatoxine dans la production et la commercialisation de l’arachide.

Les agriculteurs masculins sont plus susceptibles d’être conscients des problèmes de l’aflatoxine chez les arachides et se sentent plus sensibles aux problèmes que leurs homologues féminins.

Le genre et l’éducation semblent être des facteurs dominants dans la perception d’obstacles à l’atténuation des effets de l’aflatoxine, et les agriculteurs masculins et plus âgés sont plus susceptibles de percevoir les avantages de produire et de commercialiser des arachides de bonne qualité.

Cette étude comporte des éléments importants et utiles d’implications pour la mise en perspective des connaissances des indicateurs qui sous-tendent les perceptions des agriculteurs, sensibilisation et connaissance de l’aflatoxine dans les arachides en Bénin.

Il fournit également des indications sur les facteurs qui sont susceptibles d’influencer les croyances des individus.

Les politiques dirigées pouvant réduire la contamination des arachides par l’aflatoxine devrait tenir compte du genre et du rôle joué dans le ménage, de l’âge et de l’éducation des agriculteurs, de la taille des ménages e de la dépendance du marché de l’arachide.

Ces politiques doivent être soutenues par de solides programmes de sensibilisation pour éduquer la population sur la gravité des problèmes, les coûts et les avantages de la réduction des risques associés.

Citation :

Jolly, C.M., Bayard, B., Vodouhe, S., 2009. Risks of Ingestion of Aflatoxin-Contaminated Groundnuts in Benin : Scale Measurements , Beliefs , and Socioeconomic Factors. Risk Anal. 29, 1395–1409.

Lire la suite

Phytodiversité des légumes-feuilles locales consommées par les peuples Holli et Nagot de la région de Pobè au sud-est du Bénin

Les produits forestiers non ligneux (PFNL) sont importants pour la subsistance des habitants des forêts et contribuent fortement à la sécurité alimentaire notamment dans des pays en développement.

L’état des lieux sur la diversité des espèces de légumes feuilles locales consommées a été fait avec les populations Holli et Nagot de cette région.

35 espèces végétales ont été identifiées dans les différents faciès végétaux des deux villages.

Il y a une distribution des espèces dans seize (16) familles dominées par les Asteraceae (10 espèces), les Amarantaceae (6 espèces) et les Solanaceae (3 espèces) (64% de la diversité totale).

On note un spectre alimentaire et une préférence plus large chez les Holli que les Nagot.

Il y a une diversité non négligeable de la région de Pobè au sud-est de Bénin en ce qui concerne les espèces de légumes alimentaires locales.

On a observé une introduction et une adoption de plusieurs espèces exotiques bien que les espèces sauvages tiennent toujours une place de choix dans les habitudes alimentaires des populations locales.

La dégradation sévère du couvert végétal et l’urbanisation galopante du milieu constituent un facteur d’érosion des connaissances endogènes.

Il est urgent de mener de travaux scientifiques sur les possibilités de culture et de rentabilité économique de ces légumes par les populations locales afin de freiner la pression sur les ressources naturelles.

Citation :

Codjia, J.T.C., Vihotogbe, R., Lougbegnon, T., 2009. Phytodiversité des légumes-feuilles locales consommées par les peuples Holli et Nagot de la région de Pobè au sud-est du Bénin. Int. J. Biol. Chem. Sci. 3, 1265–1273.

Lire la suite

Plan stratégique de développement de l’alimentation et de la nutrition: diagnostic de la situation nutritionnelle

Les enquêtes nationales sur la pauvreté, la sécurité alimentaire et la vulnérabilité nutritionnelle sont mises en œuvre de façon ponctuelle pour éradiquer la malnutrition de la population au Bénin.

La malnutrition chronique touche la population rurale que la population urbaine. Les enfants des ménages les plus pauvres sont plus vulnérables ainsi que les enfants dont la mère est malnutrie ou dont le niveau d’instruction est bas.

La malnutrition aiguë atteint 8,4% des enfants de moins de 5 ans (4,7% des enfants de 6 à 59 mois). La malnutrition aiguë est aussi bien importante en milieu rural (8,8%) qu’en milieu urbain (7,6%). La prévalence du retard de croissance des enfants de moins de 5 ans est fortement liée à la malnutrition.

70,2% des enfants de 12 à 59 mois souffrent de la carence en vitamine A  et d’autres micronutriments comme le fer, l’iode, le zinc, le calcium, la vitamine B12, l’acide folique et vitamine D. Les pratiques inadéquates d’allaitement maternel sont responsables pour 11% des maladies.

La conséquence finale (ultime) de la malnutrition des enfants et des femmes est la mort. La dénutrition est responsable de 50% des décès des enfants dans le monde.  Aussi, la capacité d’apprentissage que les enfants bien nourris diffèrent des malnutris. La pauvreté alimentaire existe au Bénin et touche 33% des ménages.

La couverture vaccinale des enfants est faible au Bénin, 47% en 2006.

Au Bénin, presque neuf femmes sur dix reçoivent des soins prénatals, pour la première fois en moyenne à 4,2 mois de grossesse.

Citation :  Hessou, J. D., Agbota, A., Mahy, L., 2009. Plan stratégique de développement de l’alimentation et de la nutrition: diagnostic de la situation nutritionnelle. 1–145.

Lire la suite

Le développement de l’agriculture maraîchère comme cause de l’émergence de la résistance aux insecticides chez les populations d’Anopheles gambiae dans les zones urbaines du Bénin

290 agriculteurs au total sont enquêtés dans cette étude dans trois quartiers à raison de 150 (Houeyiho), 80 (Acron) et 60 (Azèrèkè).

Contribution de l’agriculture urbaine à la sécurité alimentaire et à l’équilibre des régimes alimentaires, fournissant ainsi des revenus supplémentaires aux populations.

La culture maraîchère rapporte environ 300 millions de FCFA par an aux agriculteurs béninois. Aussi, cette activité réduit le chômage et la faim.

Plus de 3 000 personnes sont employées par l’agriculture urbaine. Ces derniers utilisent des pesticides dans les exploitations.

L’agriculture urbaine augmente les revenus des ménages des agriculteurs et leur niveau de vie

La mutation kdr (Leu-Phe) enregistrée chez Anopheles gambiae collecté dans les fermes est responsable de l’émergence de la résistance d’An. gambiae au DDT et aux pyréthrinoïdes.

Trois sous-espèces d’An. gambiae révélé par la PCR : An. gambiae s.s., Anopheles melas et Anopheles arabiensis) et de deux formes moléculaires (M et S).

Les tests de sensibilité aux insecticides montre la résistance à la perméthrine (76% de mortalité à Parakou ; 23,5% à Porto-Novo et 17% à Cotonou).

La mise en place des structures de gestion des insecticides pour éviter l’échec des mesures de lutte contre les vecteurs du paludisme, en particulier les insecticides pyréthrinoïdes.

Citation :  Yadouleton, A. W. M., Asidi, A., Djouaka, R. F., Braïma, J., Agossou, C. D., Akogbeto, M. C., 2009. Development of vegetable farming: a cause of the emergence of insecticide resistance in populations of Anopheles gambiae in urban areas of Benin. Malaria Journal.  1–8.

Lire la suite

Aspects nutritionnels de l’optimisation d’un système de cultures associant le maïs et l’arachide au Sud-Bénin.

Cette étude a évalué au Sud Bénin et en milieu contrôlé, les rendements et les aspects nutritionnels d’une part des systèmes de cultures pures d’arachide locale (groupe « spanish ») et de variétés de maïs (TZEEW à port érigé, DMRESRW à port semi retombant et Obatanpa particulièrement riche en protéines) et d’autre part de cultures associant l’arachide avec ces trois variétés de maïs.

Les cultures ont été conduites avec une irrigation d’appoint et une fertilisation organique (10 t de matière organique/ha) et chimique (100 kg/ha d’engrais complet 10-20-20) avec une densité de semis de 11,1 plants/m2 pour l’arachide et des densités de 2,5 ; 3,1 et 4,2 plants/m2 pour le maïs.

En culture pure, les rendements en grains par ha atteignaient 1,785 t pour l’arachide et respectivement 2,89 t, 4,17 t et 4,77 t pour les trois variétés de maïs semées à la même densité.

En associant l’arachide et le maïs (densité 4,2 plants/m2), les rendements par ha en arachide et en maïs atteignaient respectivement 1,16 t (arachide) et 2,7 t (pour le maïs), 0,94 t et 13,5 t et enfin 0,81 t et 3,62 t.

En termes de nombre de rations alimentaires journalières équilibrées par ha, l’association du maïs à port érigé avec l’arachide donne les meilleurs résultats (7369), contre 6628 et 6022 rations pour les deux autres associations. Les cultures monos spécifiques ne fournissent que 1486 à 2429 rations par ha.

L’association optimisée du maïs avec de l’arachide permet donc de nourrir davantage de personnes par ha.

Adjahossou, B., Adjahossou, V., Adjahossou, D., Edorh, P., Sinsin, B., Boko, M., 2010. Aspects nutritionnels de l’optimisation d’un système de cultures associant le maïs et l’arachide au Sud-Bénin. International Journal of Biological and Chemical Sciences 3.

Lire la suite

Phytodiversité des légumes-feuilles locales consommées par les peuples Holli et Nagot de la région de Pobè au sud-est du Bénin

Les produits forestiers non ligneux (PFNL) sont importants pour la subsistance des habitants des forêts et contribuent fortement à la sécurité alimentaire notamment dans des pays en développement.

L’état des lieux sur la diversité des espèces de légumes feuilles locales consommées a été fait avec les populations Holli et Nagot de cette région.

35 espèces végétales ont été identifiées dans les différents faciès végétaux des deux villages.

Il y a une distribution des espèces dans seize (16) familles dominées par les Asteraceae (10 espèces), les Amarantaceae (6 espèces) et les Solanaceae (3 espèces) (64% de la diversité totale).

On note un spectre alimentaire et une préférence plus large chez les Holli que les Nagot.

Il y a une diversité non négligeable de la région de Pobè au sud-est de Bénin en ce qui concerne les espèces de légumes alimentaires locales.

On a observé une introduction et une adoption de plusieurs espèces exotiques bien que les espèces sauvages tiennent toujours une place de choix dans les habitudes alimentaires des populations locales.

La dégradation sévère du couvert végétal et l’urbanisation galopante du milieu constituent un facteur d’érosion des connaissances endogènes.

Il est urgent de mener de travaux scientifiques sur les possibilités de culture et de rentabilité économique de ces légumes par les populations locales afin de freiner la pression sur les ressources naturelles.

Codjia, J.T.C., Vihotogbe, R., Lougbegnon, T., 2009. Phytodiversité des légumes-feuilles locales consommées par les peuples Holli et Nagot de la région de Pobè au sud-est du Bénin. Int. J. Biol. Chem. Sci. 3, 1265–1273.

 

Lire la suite

Intoxications alimentaires dues à l’endosulfan : mise en place d’un système de notification et de prise en charge au Bénin

L’endosufan est un principe actif qui entre dans la composition d’un grand nombre de pesticides

Les principaux piliers de mise en place d’un système de surveillance, d’organisation de la prise en charge, d’investigation des cas au niveau communautaire et d’éducation de la communauté ont permis de notifier de mai 2007 à juillet 2008, 105 cas d’intoxication alimentaire due à l’endosulfan dont 9 décès (taux de létalité de 9 %).

La mise à disposition des populations, à moyen terme, des produits de conservation adéquats, l’adoption de textes de lois réglementant la vente de l’endosulfan et, à long terme, la création de banques de céréales au niveau communal où chaque paysan qui produit en excès pourra déposer ses vivres et les mesures proposées pour réduire les intoxications alimentaires dues à l’endosulfan.

Le sexe masculin est majoritairement victime dans cette transmission avec 60% des cas.

L’intoxication à l’endosulfan peut jouer un rôle dangereux notamment chez des femmes en âge de procréer.

L’accumulation de l’endosulfan, en particulier dans les tissus adipeux et, surtout, le passage aisé au niveau du placenta et dans le lait maternel entraînerait des intoxications des fœtus pour des femmes éventuellement enceintes.

Il est nécessaire à Tchaourou, à moyen terme, de mettre à la disposition des populations des produits adéquats à bons prix pour la conservation des denrées alimentaires.

Il faut adopter urgemment des textes de lois réglementant la vente de l’endosulfan afin de réduire l’entrée de ce produit dans les villages les plus reculés.

Badarou, S., Coppieters, Y., 2009. Intoxications alimentaires dues à l’endosulfan: mise en place d’un système de notification et de prise en charge au Bénin. Environnement, Risques & Santé 8, 133–136.

 

Lire la suite