Réduire les émissions de CO2 du sol et améliorer le rendement du riz pluvial avec le non-labour, le paillis de paille et la fertilisation azotée dans le nord du Bénin

Pour explorer des moyens efficaces de réduire les émissions de CO2 du sol et d’augmenter le rendement en grains, des expériences sur le terrain ont été menée sur deux sols de riz pluvial (Lixisols et Luvisols gleyiques) au nord du Bénin en Afrique de l’Ouest.

L’humidité du sol était le principal facteur expliquant la saisonnalité et la variabilité des émissions de CO2 du sol avec des émissions beaucoup plus importantes en saison des pluies qu’en saison sèche.

Le non-travail du sol a considérablement réduit les émissions de CO2 du sol par rapport au travail du sol manuel.

Les émissions de CO2 du sol plus élevées ont été enregistrés dans les traitements paillis de même que dans les traitements fertilisés que ceux non fertilisés.

La biomasse et le rendement du riz ont considérablement augmenté avec l’application de paillis de paille de riz et l’engrais azoté.

L’émission de CO2 du sol par unité de rendement en grains était plus faible dans le cas du non-labour, du paillis de paille de riz et des traitements aux engrais azotés.

La riziculture continue sous travail manuel du sol et l’enlèvement/brûlage des résidus de culture est préjudiciable au sol et aussi négatif pour l’environnement et la qualité du rendement des cultures.

L’adoption de méthodes de travail du sol appropriées, l’application de résidus de culture et une bonne fertilisation sont bénéfiques pour le sol, l’environnement, la qualité du rendement des cultures et même pour les agriculteurs pauvres en ressources.

Il faut confirmer par des études, les effets de ces pratiques de gestion sur les cultures qualité, leurs interactions avec les variétés, la pertinence des interactions entre la fertilisation azotée et le site, le sol et pratiques de travail du sol.

Dossou-yovo, E.R., Brüggemann, N., Jesse, N., Huat, J., Ago, E.E., Euloge, A.K., 2016. Reducing soil CO2 emission and improving upland rice yield with no-tillage , straw mulch and nitrogen fertilization in northern Benin. Soil Tillage Res. 156, 44–53.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre Reducing soil CO2 emission and improving upland rice yield with no-tillage, straw mulch and nitrogen fertilization in northern Benin »

Lire la suite

On-Farm Diversity and Market Participation Are Positively Associated with Dietary Diversity of Rural Mothers in Southern Benin, West Africa

Les résultats montrent une riche diversité à la ferme avec plus de 65 espèces de plantes comestibles différentes cultivées ou collectés par les ménages.

Plus de 70 % des aliments consommés par les mères ont été achetés dans 55 places de marché.

Plus de 50 % des mères satisfaisaient à une diversité alimentaire minimale avec au moins 5 groupes d’aliments consommés. Les tests diagnostiques ont indiqué l’existence d’une endogénéité.

Les diversités à la ferme et sur le marché étaient positivement associées à la diversité alimentaire des mères une fois les opportunités de marché, la saisonnalité et d’autres facteurs ont été contrôlés avec une importante contribution du marché à leur diversité alimentaire.

Les liens entre ces trois facettes de la diversité suggèrent que la production pour l’autoconsommation et les achats alimentaires se complètent plutôt qu’ils ne se substituent l’un à l’autre dans leur contribution à la diversité alimentaire et donc à la qualité alimentaire.

Il est important de renforcer la capacité des ménages à vendre sur les marchés locaux peuvent également offrir des possibilités d’améliorer leur consommation.

Nécessité d’aborder la saisonnalité de la qualité du régime alimentaire et de renforcer l’importance de l’accès au marché et ainsi la diversité du marché pour l’amélioration des régimes alimentaires.

Bellon, M.R., Ntandou-bouzitou, G.D., Caracciolo, F., 2016. On-Farm Diversity and Market Participation Are Positively Associated with Dietary Diversity of Rural Mothers in Southern Benin , West Africa. PLoS One 11, 1–20.

Lire la suite

Observations de l’entomophagie au Bénin – pratiques et potentiels

La sécurité alimentaire est un problème critique pour de nombreuses personnes à faible revenu pays, notamment en Afrique subsaharienne.

Les insectes peuvent être nutritionnellement riche et pourrait donc être utilisé pour résoudre les problèmes de malnutrition. Un premier pas vers l’utilisation des insectes comme ressource est d’identifier ceux qui sont traditionnellement consommés.

Vingt-neuf espèces d’arthropodes sont consommées à travers le Bénin. Les ordres prédominants sont les Orthoptères (48 %) et les Coléoptères (41 %).

La collecte d’insectes est une tradition ancestrale dans toutes les communautés décrites avec des différences considérables dans les préférences et méthodes de collecte parmi les groupes ethniques (les Anii, Fon, Nagot et Waama).

La mise en œuvre de l’élevage en captivité à petite échelle des espèces comestibles (non valorisées comme produit alimentaire) peut contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire en réduisant la malnutrition chez les jeunes enfants au Bénin.

Il est nécessaire de changer les perceptions nationales de l’entomophagie fondamentalement pour protéger et promouvoir l’entomophagie au Bénin.

Il faut tenir compte des différences culturelles en entomophagie entre différents groupes ethniques afin de faire la promotion des programmes ciblés.

Riggi, L.G., Veronesi, M., Goergen, G., MacFarlane, C., Verspoor, R.L., 2016. Observations of entomophagy across Benin – practices and potentials. Food Sec 8, 139–149.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Observations of entomophagy across Benin – practices and potentials »

Lire la suite

Mieux évaluer et accompagner l’innovation agricole en Afrique. Leçons d’une analyse transversale de 13 cas d’études

L’innovation n’est ni une panacée ni une fin en elle-même. Elle contribue au développement et permet aux petits agriculteurs des pays du Sud de s’adapter aux changements mondiaux ou locaux qui touchent leur environnement et/ou d’en tirer parti.

L’analyse transversale de 13 expériences d’innovation agricole menées au Bénin, au Kenya et en Afrique du Sud ont porté sur une diversité d’expériences en termes de domaines, types, échelles, durée, initiateurs de l’innovation et acteurs concernés.

On note une démonstration de la multiplicité et du rôle des acteurs impliqués dans l’innovation, la nature des déclencheurs et moteurs de l’innovation.

Pour comprendre les processus d’innovation, sa prise en compte pendant une longue durée est importante.

Il existe des preuves de l’influence tant positive que parfois problématique des interventions externes sur les processus d’innovation, et en particulier les difficultés à institutionnaliser l’innovation au-delà des interventions ou à interagir avec les dynamiques locales d’innovation.

Il faut améliorer tant l’évaluation que l’accompagnement des processus d’innovation en particulier, la conception et le financement des interventions externes.

Il faut acquérir des compétences et capacités indispensables à la mise en œuvre dans la durée d’approches ouvertes et souples de conception, renforçant chaque fois que possible les initiatives existantes des acteurs locaux.

Triomphe, B., Floquet, A., Letty, B., Kamau, G., Almekinders, C., Waters-Bayer, A., 2016. Mieux évaluer et accompagner l’innovation agricole en Afrique . Leçons d’une analyse transversale de 13 cas d’études. Cah. Agric. 25, 1–11.

 

Lire la suite

Distribution et bioaccumulation des polluants métalliques dans deux ressources halieutiques écologiquement importantes; Chrysichthys nigrodigitatus et Callinectes latimanus de l’écosystème lagunaire de Porto-Novo, République du Bénin

Les activités urbaines et industrielles dans les zones côtières introduisent une quantité importante de traces de métaux dans l’environnement de la mer provoquant des perturbations permanentes dans les écosystèmes marins conduisant à des dommages environnementaux et écologiques constituant un risque pour un certain nombre d’espèces de la flore et de la faune, y compris les humains, par la dégradation des chaines de l’alimentation

La distribution quantitative des polluants métalliques et la bioaccumulation chez Chrysichthys nigrodigitatus et Callinectes latimanus de l’écosystème de la lagune de Porto-Novo a été étudiée pendant les saisons pluvieuses et sèches.

Les quantités de polluants métaux comme le mercure, le cadmium, le cuivre, le zinc, le chrome, le fer, le manganèse, le plomb, le nickel, le vanadium et le méthyl mercure ont été trouvés au-delà des normes admises dans les tissus/organes des animaux d’essai selon l’OMS, l’UE, etc.

On note un présence de tous les polluants métalliques testés à des concentrations élevées par rapport aux seuils de tolérance dans les organes / tissus de Chrysichthys nigrodigitatus et de Callinectes latimanus

Chrysichthys nigrodigitatus et Callinectes latimanus de la lagune de Porto-Novo sont des bio-accumulateurs de polluants, qui pourraient affecter la santé humaine ainsi que la physiologie des nageoires et des crustacés dans l’écosystème.

Il faut une rigueur dans l’observation de la réglementation en vigueur sur la protection de l’environnement afin d’endiguer la marée de ces polluants métalliques dans l’écosystème de la lagune de Porto-Novo.

On doit mettre la lagune de Porto-Novo sur la liste des priorités nationales (NPL) pour la rénovation et la protection de l’environnement.

Adeniyi, B.O., Fiogbe, E.D., 2016. Metal Pollutants Distribution and Bioaccumulation in Two Ecological Important Fisheries Resources ; Chrysichthys nigrodigitatus and Callinectes latimanus From Porto-Novo Novo Lagoon Ecosystem , Ecosystem Benin Republic. Int. J. Agric. Innov. Res. 5, 162–167.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Metal pollutants distribution and bioaccumulation in two ecological important fisheries resources; Chrysichthys nigrodigitatus and Callinectes latimanus from Porto-Novo lagoon ecosystem, Benin Republic »

Lire la suite

Insectes consommés par l’Homme en Afrique occidentale francophone

Les insectes sont consommés depuis des temps ancestraux par les habitants des divers pays d’Afrique de l’Ouest.

Parmi les espèces inventoriées, les termites ailés, les criquets et les chenilles sont les plus utilisées dans l’alimentation humaine.

Désormais, il est possible de remplacer demain la viande par les insectes comestibles et offrir une solution pour la sécurité alimentaire.

Leur élevage produit peu de gaz à effet de serre, à l’inverse de celui des bovins.

Les insectes contiennent des éléments nutritifs pour l’Homme. Ceux qui sont riches en protéines, fer et vitamine A, constitueraient une solution pour réduire les déficiences nutritionnelles aiguës des enfants de moins de cinq ans.

Il est important de bien connaître les espèces concernées et d’en dresser un inventaire aussi bien sur le terrain, que sur les marchés ou encore les élevages.

La maîtrise de la biologie des espèces, de leur habitat, ainsi que la liste des plantes hôtes est essentielle.

Il faut évaluer des conditions d’élevage et de faisabilité pour avoir un impact réel et efficace sur les problèmes de sécurité alimentaire, tout en permettant une activité génératrice de revenus pour les populations locales, mais aussi des perspectives de commercialisation dans les pays industrialisés

La contribution des insectes comestibles au régime alimentaire de différentes populations rurales et urbaines avec un potentiel très important est importante dans la lutte contre la faim et la sous-nutrition dans le monde

Il est nécessaire d’étudier les aspects biochimiques, de conservation des récoltes d’insectes pour la vente, l’élevage, etc. afin d’assurer la sécurité alimentaire des populations fragiles sur le plan nutritionnel.

L’intérêt de la valeur ajoutée dans l’économie des ménages ruraux doit être étudié ainsi que la conservation des espèces dans leur milieu naturel.

Tchibozo, S., Malaisse, F., Mergen, P., 2016. Insectes consommés par l ’ Homme en Afrique occidentale francophone. Geo. Eco. Trop. 40, 105–114.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre «Edible insects by Human in Western French Africa»

 

Lire la suite

Le rôle de la perception du risque dans les décisions de mobilité des enfants en Afrique de l’Ouest, preuves empiriques du Bénin

La mobilité des enfants sert de stratégie de gestion des risques sociaux pour les personnes vulnérables et non assurées dans les ménages ruraux

Si la perception du risque futur prédit en effet également les déplacements d’enfants à haut risque, alors des filets de sécurité sociale prévisibles devraient être une réponse politique adéquate.

Le lien entre l’insécurité alimentaire perçue et la mobilité des enfants semble indiscutable bien que les origines du risque perçu ne sont pas tout à fait clairs

La participation scolaire et la mobilité des enfants semblent être associées avec différents facteurs. En fait, la mobilité des enfants semble liée à d’autres mécanismes que d’autres couramment mesurés pour les résultats de l’enfant.

Au Bénin, en milieu rural, la perception du risque des chefs de ménage importe à la décision d’autoriser ou d’encourager les enfants à quitter ou à continuer à s’éloigner du foyer. En réalité, plus ils s’inquiètent de ne pouvoir subvenir aux besoins nutritionnels de leur famille plus les enfants sont susceptibles de quitter le foyer pour vivre ailleurs.

La prévision est importante pour obtenir l’effet souhaité des interventions de protection sociale sur le risque de mobilité des enfants.

La mobilité est considérée comme un problème multiforme, et non comme un phénomène qui devrait être arrêté sans discernement.

Pour réduire la mobilité des enfants, une approche de politique sociale est susceptible d’avoir un impact disproportionné sur les plus vulnérables types de mobilité, tout en continuant à permettre les aspects des pratiques traditionnelles de placement d’enfants existant sans ingérence.

Kielland, A., 2016. The Role of Risk Perception in Child Mobility Decisions in West Africa , Empirical Evidence From Benin. World Dev. 83, 312–324.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre «The Role of Risk Perception in Child Mobility Decisions in West Africa, Empirical Evidence From Benin »

Lire la suite