Gestion durable des ressources génétiques animales pour améliorer la production animale à faible consommation d’intrants : Aperçu des bovins locaux béninois

La mauvaise gestion des ressources génétiques bovines affecte la production animale.

L’absence de stratégies d’élevage adéquates, d’enquêtes scientifiques et de soutiens politiques et financiers constitue une contrainte pour la production bovine.

 La rareté de l’assistance professionnelle dans le traitement des maladies augmente la résistance aux médicaments, augmente la mortalité dans les troupeaux de bovins et altère la qualité des produits bovins.

L’implication des éleveurs dans le développement et la mise en œuvre des activités de recherche est insuffisante.

Les stratégies appropriées de gestion doivent être basées sur les objectifs de sélection des agriculteurs.

L’adaptation des avancées récentes de l’informatique, des applications génomiques, et des analyses statistiques aux conditions locales aidera à évaluer le potentiel de ressources zoogénétiques et mettre en œuvre des schémas de sélection appropriés pour les systèmes de production locaux et contraintes environnementales.

Le renforcement des capacités scientifiques et techniques locales, l’implication effective des agriculteurs dans les études de recherche et les engagements politiques sont fondamentaux pour un progrès durable.

L’assistance des organisations régionales et internationales, ainsi que la collaboration avec des scientifiques ou des instituts de recherche internationaux, seraient très précieux.

Citation :

Vanvanhossou, S. F. U., Dossa, L. H., König, S., 2021. Sustainable Management of Animal Genetic Resources to Improve Low-Input Livestock Production: Insights into Local Beninese Cattle Populations. Sustainability 13(17), 9874.

Lire la suite

Facteurs affectant le revenu des producteurs participant aux Marchés de Bétail Traditionnels et modernes : Étude de cas de la République du Bénin

Plusieurs facteurs socio-économiques non pris en compte lors des prises de décision influencent le revenu des producteurs.

Les producteurs commercialisent leurs bétails et produits de bétail dans deux types de marchés d’élevage autogérés qui sont le “Marché à Bétail Autogéré” (MBA) en tant que marché moderne et “Marché à Bétail Traditionnel (MBT) en tant que marchés boursiers vivants traditionnels.

L’expérience dans l’élevage, le nombre de bovins, le nombre de moutons, l’utilisation des pâturages ont positivement impacté les revenus des producteurs participant aux MBA et MBT.

Le niveau d’éducation, l’accès au crédit, les services vétérinaires, l’adhésion à une organisation d’élevage ont un impact positif sur le revenu des producteurs participant au MBA.

La propriété foncière agricole a un impact positif uniquement sur le revenu des producteurs participant au MBT.

L’amélioration de l’accès aux crédits, la promotion de l’éducation rurale et des conditions routières, ainsi que l’habilitation des ménages ruraux à prendre des décisions rationnelles pour vendre leurs animaux sur un marché de bétail bien organisé, amélioreront le revenu des producteurs.

L’accès facile et la sécurisation des terres agricoles permettront aux producteurs d’augmenter leurs superficies agricoles et leur cheptel, ce qui serait une bonne politique pour améliorer le revenu des producteurs.

Citation :

Akouegnonhou, O., Demirbaş, N., 2021. Factors Affecting the Income of Farmers Participating in Traditional and Modern Livestock Markets: Case Study from Benin Republic. Selcuk Journal of Agriculture and Food Sciences 35(3), 210-217.

Lire la suite

Comprendre les mécanismes d’accès et de gestion des machines agricoles au Bénin

Le manque d’interactions suffisantes entre les producteurs et les autres acteurs du système social constitue un obstacle à l’innovation.

Pour accéder aux machines, les producteurs et les transformateurs optent pour des stratégies comprenant une épargne régulière auprès d’une institution de microfinance ou d’un fournisseur de services ; le choix d’un champ où les machines agricoles peuvent être utilisées ; la réduction ou l’augmentation de la superficie des terres ; la redéfinition spatiale des cultures ; le choix de la spéculation ; la diversification agricole et la transformation des produits agricoles.

Les méthodes de gestion des machines agricoles préférées par les producteurs et les transformateurs comprennent la propriété collective, la prestation de services par le producteur ou son organisation et la propriété individuelle.

Pour améliorer les mécanismes d’accès et de gestion des machines agricoles au Bénin, il faudrait que :

(i) Les organisations paysannes au Bénin fournissent avec succès des services de mécanisation à leurs membres, ainsi que de bons rendements économiques avec un impact positif ultérieur sur leur statut social.

(ii) Les projets se concentrent sur la fourniture de services abordables et des baux aux petits exploitants pour un accès plus large aux machines agricoles.

(iii) Le gouvernement motive les producteurs en leur fournissant des incitations, des subventions pour la location de machines agricoles.

(iv) Promouvoir les centres de service pour faciliter l’accès à la réparation et à l’entretien des pièces de machines.

(v) Soutenir les programmes de vulgarisation pour éduquer les producteurs sur les avantages de l’utilisation de machines agricoles dans leurs activités agricoles.

Citation:

Hinnou, L. C., Obossou, E. A. R., Adjovi, N. R. A., 2022. Understanding the mechanisms of access and management of agricultural machinery in Benin. Scientific African 15.

Lire la suite

Déterminants de l’adoption des stratégies d’adaptation aux variabilités climatiques des producteurs de maïs au Nord-Bénin

Les variabilités climatiques ont des impacts majeurs sur les principaux facteurs socio-économiques durables et des indicateurs environnementaux.

Les producteurs de maïs au Nord-Bénin ont développé quatre groupes de stratégies d’adaptation aux variabilités climatiques. Il s’agit du (i) développement de nouvelles activités agricoles (76 %), (ii) la modification des pratiques culturales (54 %), (iii) la modification des pratiques dans l’utilisation des moyens de production (79 %) et (iv) le recours aux prières et rituels (34 %).

L’adoption de ces stratégies d’adaptation est hautement influencée par la zone agroécologique, la connaissance expérimentale d’événements similaires et de paysages similaires, le contact avec la cellule communale de l’Agence Territoriale de Développement Agricole puis d’autres structures d’appuis techniques.

Ces résultats sont conformes à la théorie de l’action raisonnée et suggèrent la prise en compte des facteurs socio-économiques significatifs dans tous les efforts visant à promouvoir l’adaptation des producteurs du maïs aux variabilités climatiques.

Citation :

Savi, M. M. O. M., Yabi, J. A., Sodjinou, E., 2022. Déterminants de l’adoption des stratégies d’adaptation aux variabilités climatiques des producteurs de maïs au Nord-Bénin. Afrique science 20(1), 28-40.

Lire la suite

Une compréhension du rôle de l’éducation dans la production du coton : Une étude empirique au Bénin, Afrique de l’Ouest

Le Bénin est un pays sous-développé dont l’économie dépend de l’agriculture, principalement de la production de coton.

Des preuves empiriques ont justifié d’un lien positif entre l’éducation des agriculteurs et le rendement du coton.

Les résultats de cette étude soutiennent la théorie de Schultz selon laquelle l’éducation est essentielle en agriculture. De façon générale, 76 % des agriculteurs instruits ont une connaissance de base adéquate des intrants chimiques et peuvent les utiliser correctement, sainement et effectivement. Environ, 88,4 % des agriculteurs instruits utilisent des vêtements de protection lors du traitement du champ, et les 11,6 % restants des agriculteurs instruits n’utilisent pas de vêtements de protection en raison du manque d’argent pour acheter, mais sont conscients de leur importance. Les agriculteurs instruits peuvent dépenser moins d’argent, utiliser les intrants chimiques à moindre coût et, par conséquent, améliorer la productivité.

Une éducation formelle accompagnée de compétences pratiques sera beaucoup plus profitable aux producteurs de coton. Toutefois, il convient de noter que la contribution de l’éducation ne garantit pas que tous les problèmes agricoles seront résolus ; au contraire, il s’agit simplement d’une amélioration considérable.

Citation:

Jacquet, I., Wang, J., Zhang, J., Wang, K., Liang, S., 2022. An Understanding of Education in Supporting Cotton Production: An Empirical Study in Benin, West Africa. Agriculture 12, 836.

Lire la suite

Perception des agriculteurs sur le changement climatique et l’agriculture intelligente dans le nord du Bénin, en Afrique de l’Ouest

L’agriculture intelligente face au climat est une approche qui identifie les actions nécessaires pour transformer et réorganiser les systèmes agricoles afin de soutenir efficacement le développement agricole et d’assurer la sécurité alimentaire face au changement climatique.

Plus de 60 % des agriculteurs du nord Bénin avaient entendu parler du changement climatique, et plus de 80 % avaient observé des changements dans la température, la quantité et la répartition des précipitations.

Trente-et-une pratiques de l’agriculture intelligente face au climat ont été inventoriées dans le nord du Bénin (AEZ IV), et seulement 11 étaient connues par plus de 50 % des agriculteurs.

Les agriculteurs étaient d’accord avec les déclarations selon lesquelles les pratiques de l’agriculture intelligente face au climat ont amélioré la productivité agricole et l’adaptation au changement climatique, mais n’ont pas atténué le changement climatique. La raison d’un tel résultat peut-être que l’atténuation est complexe à expliquer ou à comprendre, tandis que la productivité et l’adaptation sont relativement simples.

Le groupe ethnique et le niveau d’éducation étaient les deux principaux facteurs qui déterminaient de manière significative l’utilisation de pratiques de l’agriculture intelligente face au climat.

Citation:
Moutouama, F.T., Tepa-Yotto, G.T., Agboton, C., Gbaguidi, B., Sekabira, H., Tamò, M., 2022. Farmers’ Perception of Climate Change and Climate-Smart Agriculture in Northern Benin, West Africa. Agronomy 12, 1348.,

Lire la suite

Analyse genre des effets des changements climatiques sur les moyens d’existence durables des producteurs de riz et stratégies d’adaptation au nord Bénin

Les inégalités des changements climatiques menacent la sécurité alimentaire, la santé et le bien-être économique des couches les plus vulnérables.

Les femmes vont de plus en plus exploiter les terres marginales moins fertiles et sont plus vulnérables aux changements climatiques.

Le démarrage tardif des saisons de pluie avec de fortes précipitations occasionnant des inondations et la chaleur excessive en saison sèche et l’augmentation de la température affectent négativement la production agricole.

L’adoption de nouvelles variétés de semence et le changement d’itinéraire techniques sont les deux premières stratégies adoptées par toutes les catégories de producteurs de riz de la commune de Malanville en réponse aux changements climatiques ; ensuite, viennent l’augmentation des emblavures et le déplacement de culture.

Il convient de renforcer les capacités des producteurs de riz de la commune de Malanville sur l’adaptation et la résilience aux aléas climatiques.

Citation:

Zoundji, G. C., Zossou, E., Vissoh, P., Bognonkpe, G., Vodouhe, S. D., 2022. Analyse genre des effets des changements climatiques sur les moyens d’existence durables des producteurs de riz et stratégies d’adaptation au nord Benin. Agronomie Africaine 34(1), 21-32.

Lire la suite

Optimisation du warrantage : un cadre d’analyse conceptuel appliqué au Bénin

Avec le Programme d’Appui à la Décentralisation, à la Déconcentration et au Développement (PA3D) des communes, le volet sécurité alimentaire promeut le warrantage qui est une forme de crédit où la garantie n’est autre que les produits agricoles. Le warrantage permet aux producteurs d’avoir plusieurs sources de revenus et il constitue une potentialité de sécurité alimentaire.

Dans le Borgou, le warrantage n’est possible que pour les produits à forte demande extérieure tels que le soja, l’arachide et le maïs.

Le warrantage présente deux avantages. Le premier est qu’il permet au warranteur d’avoir accès au crédit agricole. Le second avantage est qu’il permet d’éviter le bradage des produits à la récolte et d’assurer la disponibilité alimentaire des produits à un prix relativement bon.

Quel que soit le produit, le paysan peut warranter la quantité voulue sans que sa sécurité alimentaire soit menacée. Ce système pourrait être une alternative crédible au financement agricole.

Toutefois, les warranteurs devront s’organiser en coopératives pour éviter que leurs magasins soient pris d’assaut par les commerçants.

Pour mener à bien le warrantage, l’Etat doit éviter d’intervenir dans la commercialisation des produits vivriers et de chercher à encourager l’accroissement de leur productivité.
Citation :

Yai,E. D., Biaou ,F. C., Biaou ,G. ,2022. Optimisation du warrantage : un cadre d’analyse conceptuel appliqué au Bénin. Les cahiers du cread 38(1), 139-162.

Lire la suite

Évaluation du crédit de SIAN’SON Microfinance sur l’efficacité économique des producteurs de maïs au nord Bénin

Le faible accès au crédit agricole est l’une des causes de la faible productivité agricole au Bénin.

Les producteurs de maïs bénéficiaires du crédit de SIAN’SON Microfinance sont techniquement plus efficaces que les non-bénéficiaires.

L’accès aux crédits de SIAN’SON Microfinance améliore l’efficacité économique des producteurs de maïs des départements du Borgou et de l’Alibori au nord du Bénin. En effet, l’efficacité économique des bénéficiaires du crédit (0,74) est supérieure à celle des non-bénéficiaires (0,64).

Un accompagnement du pouvoir public et des partenaires techniques et financiers aux structures financières décentralisées, aujourd’hui actrices du financement du marché de la production agricole au Bénin, nourrirait l’ambition d’atteindre l’ODD 2 d’ici 2030 par le Bénin dans ses cibles prioritaires 1,2 et 3.

Citation :

Awo, S. J. M., Ollabode, N., 2022. Évaluation du crédit de SIAN’SON microfinance sur l’efficacité économique des producteurs de maïs au nord Bénin. International Journal of Accounting, Finance, Auditing, Management and Economics 3(4-3), 315-326.

Lire la suite

Vers une adaptation communautaire indigène au changement climatique : une analyse typologique de l’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les systèmes de petites exploitations des zones arides du Bénin (Afrique de l’Ouest).

Les connaissances sur l’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les systèmes de petites exploitations sont nécessaires pour proposer des stratégies efficaces dans le secteur de l’élevage afin de faire face au changement climatique.

Cette étude a identifié quatre types distincts d’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les zones arides du Bénin. Il s’agit des Systèmes sylvopastoraux traditionnels, les Systèmes sylvopastoraux améliorés, les Petits systèmes agrosylvopastoraux intégrés et les Grands systèmes agrosylvopastoraux intégrés.

Les principaux facteurs qui distinguent ces types de systèmes sont la taille du troupeau, les pratiques d’élevage, le niveau d’intégration de l’élevage à l’agriculture et/ou à la plantation d’arbres/arbustes, la taille de la plantation d’arbres, les champs cultivés et la propriété foncière.

Les principales motivations de l’intégration des arbres dans l’élevage étaient dans 76,5 % des cas la résilience au changement climatique (nourrir les animaux en saison sèche et restauration des terres dégradées) et dans 34,5 % des cas, la sécurité alimentaire et l’augmentation des revenus.

La majorité des agriculteurs enquêtés (73,5 %) utilisaient des traitements endogènes à travers l’utilisation d’arbres pour traiter les maladies de leurs animaux. Par exemple, les feuilles d’Acacia albida et les graines d’Acacia nilotica sont utilisées pour traiter la fièvre aphteuse tandis que les écorces de Pericopsis laxiflora et Parinari curatellifolia sont utilisées en cas de fièvre bovine pasteurellose. Les feuilles d’Annona senegalensis et l’écorce de Mitragyna inermis sont utilisées contre les helminthiases du tube digestif.

Compte tenu de la diversité, des caractéristiques socio-économiques et des raisons qui contribuent à l’adoption des types d’intégration des arbres dans l’élevage dans le monde, il serait intéressant de promouvoir l’adaptation des communautés autochtones au changement climatique afin de contribuer au développement de stratégies durables d’adaptation au climat et d’atténuation dans le secteur de l’élevage.

Citation:

Assani, A.S., Yarou, A.K., Dedehou, N.V.F.G., Worogo, H. S., Baco, M.N., Houinato, M., Alkoiret, I.T., 2022. Towards indigenous community-based adaptation to climate change: a typological analysis of tree-livestock integration in smallholding systems in dryland areas of Benin (West-Africa)

Lire la suite