La pisciculture béninoise exploite principalement deux espèces, y compris le tilapia Oreochromis niloticus.

Oreochromis niloticus, largement utilisé en aquaculture au Bénin, est confronté à un effondrement de l’aptitude génétique à mieux croître. Ce qui a nécessité la sélection et des améliorations génétiques pour l’obtention de bonnes performances de production.

Les controverses sur les performances de la souche de tilapia Oreochromis niloticus ont permis de comparer les performances des souches de l’INRAB (S2 INRAB, SI) aux souches de Faizou (SF) par évaluation de la croissance.

Le gain de poids obtenu a été significativement plus élevée pour la souche SF que la SI malgré qu’elle ait enregistré plus mortalité que la souche SI.

La souche SF est celle qui a le plus de croissance. Cette souche avait un gain quotidien moyen presque linéaire et un gain de poids plus élevé que la souche SI. Néanmoins, les deux souches ont montré une croissance raisonnablement acceptable en culture de tilapia.

Il conviendrait de considérer les deux souches (SI et SF) dans les futurs programmes et projets de sélection et d’amélioration génétique, notamment pour essayer de combiner la capacité de croissance de la souche SF avec la capacité de résistance de la souche SI pour avoir exprimé un taux de survie de 100%.

Gangbé, L., Achoh, M.E., Aboudou, A.Z., Hounhoedo, A., Agbohozo, B., Aizonou, R., Agadjihouèdé, H., 2019. Improvement of fish production in Benin: Which strain of Tilapia Oreochromis niloticus is recommended to fish farmers? Int.J.Aquat.Biot 7, 100–105.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Improvement of fish production in Benin: Which strain of Tilapia Oreochromis niloticus is recommended to fish farmers? »

Sur le même thème

Le maintien et l’utilisation de la diversité génétique des cultures sont importants pour assurer la sécurité alimentaire. L’importance des variétés parentales d’igname et de
Compte tenu de l’utilisation dangereuse des pesticides de synthèse dans la production maraîchère en zone urbaine en Afrique de l’Ouest, cette recherche a étudié