Les plantes fourragères les plus prioritaires ainsi que les connaissances indigènes concernant leur utilisation ont été documenté.

Un total de 257 espèces de plantes fourragères (9,01% de la flore du Bénin), dont 116 ont été enregistrées lors des enquêtes ethnobotaniques et 195 lors des promenades dans les pâturages.

Ces espèces appartiennent à 181 genres et 54 familles.

Les feuilles (58%) et la tige feuillue (28%) étaient les parties de la plante les plus broutées.

Parmi les espèces enregistrées, seuls 23,23% sont détenus par des éleveurs. Cela montre leur faible niveau de connaissance des ressources fourragères.

En végétation, les éleveurs ne se préoccupent pas de l’alimentation du bétail puisque la ressource est disponible et ils ne font pas de suivi continu des animaux.

En cas de sécheresse, par contre, par manque d’herbes, les éleveurs font le choix de couper les branches des arbustes et des arbres pour permettre aux animaux de se nourrir. Il en est de même dans les fermes.

Les espèces les plus utilisées comme fourrage étaient Andropogon gayanus, Panicum maximum, Pterocarpus erinaceus et Flueggea virosa.

Les espèces les plus broutées par les bovins lors de la marche au pâturage (FVPW) étaient Panicum maximum et Pterocarpus erinaceus.

Au total, 16 espèces ont été considérées comme les principales plantes fourragères du Bénin.

La grande diversité des plantes signalées indique qu’il existe un certain nombre d’espèces fourragères prometteuses dans la flore du Bénin qui pourraient guider la sélection et l’introduction d’innovations alimentaires susceptibles d’améliorer la production animale.

Ouachinou, J.M.A.S., Dassou, G.H., Azihou, A.F., Adomou, A.C., Yédomonhan, H., 2018. Breeders’ knowledge on cattle fodder species preference in rangelands of Benin. Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine 14.

Sur le même thème

Le maintien et l’utilisation de la diversité génétique des cultures sont importants pour assurer la sécurité alimentaire. L’importance des variétés parentales d’igname et de
Compte tenu de l’utilisation dangereuse des pesticides de synthèse dans la production maraîchère en zone urbaine en Afrique de l’Ouest, cette recherche a étudié