Diversité des espèces végétales d’importance, négligées et sous-utilisées au Bénin.

Les Africains en général et les Béninois en particulier souffrent ou meurent de malnutrition au milieu d’une grande diversité de cultures alimentaires hautement nutritives, par ignorance ou par négligence.

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Une étude menée dans 50 villages au Bénin a révélé 41 espèces végétales négligées et sous-utilisées (NUCS).

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Les raisons importantes de cette négligence sont le manque de soutien financier pour la recherche orientée vers les cultures négligées, l’absence de politique nationale de promotion, le manque de marchés organisés, la sensibilité aux parasites et aux maladies, le manque de pratiques culturales et de variétés améliorées, le faible rendement et la production laborieuse.

19 des 41 espèces ont été identifiées comme prioritaires sur la base de 10 critères à savoir : ampleur de la production, ampleur de la consommation, degré de consommation, valeur nutritionnelle perçue, importance culturelle, propriétés médicinales, utilisation commerciale, valeur marchande, contribution au revenu du ménage et contribution à l’autonomisation des femmes.

Les NUCS ont une valeur nutritionnelle et médicinale intéressante et sont une source importante de revenus pour les ménages.

La promotion des NUCS va contribuer de manière substantielle à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre la malnutrition au Bénin.

Pour la promotion de ces espèces végétales négligées et sous-utilisées au Bénin, il sera important de mettre en place un programme national et spécial de recherche et de développement.

Dansi, A., Vodouhè, R., Azokpota, P., Yedomonhan, H., Assogba, P., Adjatin, A., Loko, Y.L., Dossou-Aminon, I., Akpagana, K., 2012. Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin. TheScientificWorldJournal 2012.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin.»

 

 

Lire la suite

Une base de données géospatiales sur les vallées intérieures dans quatre zones du Bénin, de la Sierra Leone et du Mali

Les données ont été collectées dans 100 vallées intérieures dans les départements du Mono et du Couffo et 149 vallées intérieures dans le bassin versant de l’Ouémé Supérieur.3260 agriculteurs (1682 hommes et 1578 femmes) dans les départements du Mono et du Couffo et 2812 agriculteurs dans le bassin de l’Ouémé Supérieur (1891 hommes et 921 femmes) ont été interviewés au cours de focus group.

Les coordonnées géographiques sur la localisation des vallées ont été obtenues et ont permis de collecter des informations spatiales disponibles pour le grand public et téléchargeables gratuitement notamment les paramètres pédologiques, la topologie, les précipitations, les établissements humains, les routes, la densité de population, etc..

La base de données contient des éléments sur la localisation (coordonnées Latitude/Longitude), les caractéristiques biophysiques telles que la forme, la largeur, le type de sol, les eaux de surface, les eaux souterraines, le drainage (24 variables renseignés), les caractéristiques socio-économiques à savoir le sexe, l’ethnie, l’organisation du travail agricole, le marché, l’accessibilité, le régime foncier (21 variables), le développement et le mode d’utilisation des vallées à travers la superficie totale, la superficie agricole, les variétés, les intrants, l’approvisionnement en eau, les infrastructures (19 variables).

Les bases de données sont disponibles suivant les liens :

https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S2352340919300484-mmc2.xlsx

https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S2352340919300484-mmc3.zip

 Djagba, J.F., Kouyaté, A.M., Baggie, I., Zwart, S.J., 2019. A geospatial dataset of inland valleys in four zones in Benin, Sierra Leone and Mali. Data in Brief 23, 103699.

Lire la suite

Diversité des espèces végétales d’importance, négligées et sous-utilisées au Bénin.

Les Africains en général et les Béninois en particulier souffrent ou meurent de malnutrition au milieu d’une grande diversité de cultures alimentaires hautement nutritives, par ignorance ou par négligence.

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Une étude menée dans 50 villages au Bénin a révélé 41 espèces végétales négligées et sous-utilisées (NUCS).

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Les raisons importantes de cette négligence sont le manque de soutien financier pour la recherche orientée vers les cultures négligées, l’absence de politique nationale de promotion, le manque de marchés organisés, la sensibilité aux parasites et aux maladies, le manque de pratiques culturales et de variétés améliorées, le faible rendement et la production laborieuse.

19 des 41 espèces ont été identifiées comme prioritaires sur la base de 10 critères à savoir : ampleur de la production, ampleur de la consommation, degré de consommation, valeur nutritionnelle perçue, importance culturelle, propriétés médicinales, utilisation commerciale, valeur marchande, contribution au revenu du ménage et contribution à l’autonomisation des femmes.

Les NUCS ont une valeur nutritionnelle et médicinale intéressante et sont une source importante de revenus pour les ménages.

La promotion des NUCS va contribuer de manière substantielle à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre la malnutrition au Bénin.

Pour la promotion de ces espèces végétales négligées et sous-utilisées au Bénin, il sera important de mettre en place un programme national et spécial de recherche et de développement.

Dansi, A., Vodouhè, R., Azokpota, P., Yedomonhan, H., Assogba, P., Adjatin, A., Loko, Y.L., Dossou-Aminon, I., Akpagana, K., 2012. Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin. TheScientificWorldJournal 2012.

NB : Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre « Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin»

Lire la suite

Méthodes de transformation, pratiques de conservation et attributs de qualité des poissons fumés et fumés-séchés consommés au Bénin

Au sud du Bénin, le poisson fumé (SF) et le poisson fumé-séché (SDF) étaient essentiellement produites par des femmes (100 %) et 32 ​​espèces de poissons ont été utilisées pour le SF et la fabrication du SDF.

Les fours à fumer utilisés par les transformateurs étaient des fours à barriques (67,7 %), four traditionnel en argile (31,5%) et Chorkor (5,6%).

Le mode de fonctionnement direct de fours à fumer associés à l’utilisation de bois, de sacs en plastique et de kérosène comme combustibles pourrait conduire à la contamination des produits finis par des molécules toxiques. Aussi, l’utilisation d’insecticides pour empêcher l’invasion d’insectes nuisibles, ne pourraient pas garantir la sécurité des produits stockés.

Le processus de fumage variait selon les espèces de poissons et le type de produits finis attendus avec différentes durées de conservation.

Les attributs de qualité utilisés pour SF et SDF sont basés sur le goût, la couleur, la texture, le degré de séchage et l’odeur.

Le bois d’A. auriculiformis, principal combustible utilisé par les transformateurs et le four à barriques, était le plus utilisé en raison de la facilité de son utilisation, de la consommation moindre du carburant, de son accessibilité à moindre coût, moins encombrante et de sa durabilité.

Les principaux problèmes de stockage évoqués par les acteurs sont liés à l’attaque d’insectes, l’émission d’odeurs désagréables, la pourriture des produits et l’attaque de moisissures.

Il faut améliorer à la fois les fours de fumage et les pratiques de conservation pour assurer la sécurité du poisson transformé

Il est important d’évaluer et d’améliorer les méthodes de traitement et de conservation du SF et du SDF conformément aux attributs sensoriels attendus par les consommateurs.

Assogba, M.F., Anihouvi, G.D.H., Afé, H.I.O., Kpoclou, Y.E., Mahillon, J., Scippo, L., Hounhouigan, D.J., Anihouvi, V.B., 2019. Processing methods , preservation practices and quality attributes of smoked and smoked-dried fishes consumed in Benin. Cogent Food Agric. 5, 1–13.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Processing methods, preservation practices and quality attributes of smoked and smoked-dried fishes consumed in Benin»

Lire la suite

Utilisation des terres et biodiversité dans les paysages non protégés : le cas de l’utilisation et de la gestion des plantes non cultivées par les communautés rurales au Bénin et au Togo

La perception par les utilisateurs locaux de plantes non cultivées que l’agriculture apparait comme l’un des facteurs majeurs contribue à la réduction de la biodiversité végétale.

L’agriculture peut être un facteur perturbateur important pour la diversité végétale, mais peut également jouer un rôle dans sa conservation.

Des efforts individuels de conservation ou de gestion des espèces utiles non cultivées pourraient atténuer la pression sur la biodiversité végétale dans ou des zones inexploitées.

La promotion des espèces fréquemment collectées et donc menacées dans leur existence dans les champs agricoles ou jardins communautaires est importante. Noter que l’agriculture crée aussi par nature des conditions qui favorisent la croissance et la collecte de certaines espèces utiles.

Ces espèces non cultivées jouent un rôle vital en tant que complément alimentaire,  médicinal et domestique.

Il est nécessaire de stimuler le dialogue entre les professionnels de l’agriculture de différentes disciplines (ex. sociologues et botanistes), écologistes et groupes d’utilisateurs locaux pour une gestion durable et réussie des ressources naturelles.

Il est possible de prioriser des espèces végétales non cultivées et leurs lieux de collecte par les utilisateurs locaux dans le but de leur sauvegarde.

Il faut soutenir des pratiques de conservation ou de gestion déjà existantes. Ceci pourrait conduire à un plan stratégique d’utilisation et de conservation des terres (agricoles) locales avec des zones désignées pour la production agricole et les zones qui sont maintenues ou gérées pour remplir d’autres fonctions écosystémiques.

Rodenburg, J., Both, J., Heitkönig, I.M.A., Van, C.S.A.K., Sinsin, B., Mele, P. Van, Kiepe, P., 2012. Land Use and Biodiversity in Unprotected Landscapes : The Case of Noncultivated Plant Use and Management by Rural Communities in Benin and Togo. Soc. Nat. Resour. 25, 1221–1240.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre «Land Use and Biodiversity in Unprotected Landscapes: The Case of Noncultivated Plant Use and Management by Rural Communities in Benin and Togo»

Lire la suite

Le rôle de la perception du risque dans les décisions de mobilité des enfants en Afrique de l’Ouest, preuves empiriques du Bénin

La mobilité des enfants sert de stratégie de gestion des risques sociaux pour les personnes vulnérables et non assurées dans les ménages ruraux

Si la perception du risque futur prédit en effet également les déplacements d’enfants à haut risque, alors des filets de sécurité sociale prévisibles devraient être une réponse politique adéquate.

Le lien entre l’insécurité alimentaire perçue et la mobilité des enfants semble indiscutable bien que les origines du risque perçu ne sont pas tout à fait clairs

La participation scolaire et la mobilité des enfants semblent être associées avec différents facteurs. En fait, la mobilité des enfants semble liée à d’autres mécanismes que d’autres couramment mesurés pour les résultats de l’enfant.

Au Bénin, en milieu rural, la perception du risque des chefs de ménage importe à la décision d’autoriser ou d’encourager les enfants à quitter ou à continuer à s’éloigner du foyer. En réalité, plus ils s’inquiètent de ne pouvoir subvenir aux besoins nutritionnels de leur famille plus les enfants sont susceptibles de quitter le foyer pour vivre ailleurs.

La prévision est importante pour obtenir l’effet souhaité des interventions de protection sociale sur le risque de mobilité des enfants.

La mobilité est considérée comme un problème multiforme, et non comme un phénomène qui devrait être arrêté sans discernement.

Pour réduire la mobilité des enfants, une approche de politique sociale est susceptible d’avoir un impact disproportionné sur les plus vulnérables types de mobilité, tout en continuant à permettre les aspects des pratiques traditionnelles de placement d’enfants existant sans ingérence.

Kielland, A., 2016. The Role of Risk Perception in Child Mobility Decisions in West Africa , Empirical Evidence From Benin. World Dev. 83, 312–324.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre «The Role of Risk Perception in Child Mobility Decisions in West Africa, Empirical Evidence From Benin »

Lire la suite

Choix des technologies agricoles pour L’adaptation aux changements climatiques dans les communes d’intervention du PANA1

Le choix des technologies agricoles a permis d’analyser la perception paysanne des changements climatiques, les risques climatiques majeurs, les effets et conséquences de ces risques sur les milieux physiques, les activités de production et les moyens d’existences durables des producteurs des communes d’intervention du PANA 1.

Les ménages agricoles des communes du Bénin ont une perception diversifiée des manifestations et effets des changements climatiques sur leur environnement, leurs activités de production, leurs ménages et leurs moyens d’existences durables.

La précocité ou le retard de pluies jumelées à l’arrêt brusque des pluies en saisons pluvieuses constituent les principaux risques climatiques observés avec des vents devenus de plus en plus violents.

La durée de l’insolation, en net changement, est devenue plus importante et corrélée à une augmentation inhabituelle de la chaleur moyenne journalière.

Ces changements viennent renchérir les effets néfastes des poches de sécheresse pour les cultures, se soldant par le retard de croissance voire le dessèchement de ces dernières.

De bouleversements inhabituels sont perçus chez les populations riveraines des cours et plans d’eau dans les manifestations cycliques de la crue et de la décrue.

Les conséquences des changements climatiques sont variées et se répercutent de manière perverse sur les exploitations agricoles et les conditions de vie des ménages.

La dévastation des champs en plein cycle végétatif des cultures, la pénibilité des opérations culturales, l’apparition des ravageurs inhabituels plus résistants aux traitements phytosanitaires sont entre autres, les conséquences les plus évoquées par les producteurs. Au niveau de la production animale, la rareté de fourrages pour nourrir les animaux s’est accentuée.

La chaleur excessive entraîne des mises-bas prématurées et de nouvelles épizooties.

Dans le secteur halieutique, il est à déplorer la baisse drastique des rendements des activités de pêche et de pisciculture, l’ensablement des plans et cours d’eau, la migration des poissons des zones de pêcherie et de production etc.

Les conséquences des changements climatiques sur le bien-être des ménages sont tout aussi graves que celles observées sur les activités de production agricole.

La baisse des rendements des activités agricoles en général entraîne l’épuisement rapide des stocks de produits agricoles et la réduction des revenus des ménages.

Agbokou, I., Loconon, D.Z., Houinato, M., Arodokoun, D.Y., Adegbola, P.Y., Ahouansou, H.D., Fassassi, D., 2013. Choix des technologies agricoles pour L’adaptation aux changements climatiques dans les communes d’intervention du PANA1.

Lire la suite