Comprendre les mécanismes d’accès et de gestion des machines agricoles au Bénin

Le manque d’interactions suffisantes entre les producteurs et les autres acteurs du système social constitue un obstacle à l’innovation.

Pour accéder aux machines, les producteurs et les transformateurs optent pour des stratégies comprenant une épargne régulière auprès d’une institution de microfinance ou d’un fournisseur de services ; le choix d’un champ où les machines agricoles peuvent être utilisées ; la réduction ou l’augmentation de la superficie des terres ; la redéfinition spatiale des cultures ; le choix de la spéculation ; la diversification agricole et la transformation des produits agricoles.

Les méthodes de gestion des machines agricoles préférées par les producteurs et les transformateurs comprennent la propriété collective, la prestation de services par le producteur ou son organisation et la propriété individuelle.

Pour améliorer les mécanismes d’accès et de gestion des machines agricoles au Bénin, il faudrait que :

(i) Les organisations paysannes au Bénin fournissent avec succès des services de mécanisation à leurs membres, ainsi que de bons rendements économiques avec un impact positif ultérieur sur leur statut social.

(ii) Les projets se concentrent sur la fourniture de services abordables et des baux aux petits exploitants pour un accès plus large aux machines agricoles.

(iii) Le gouvernement motive les producteurs en leur fournissant des incitations, des subventions pour la location de machines agricoles.

(iv) Promouvoir les centres de service pour faciliter l’accès à la réparation et à l’entretien des pièces de machines.

(v) Soutenir les programmes de vulgarisation pour éduquer les producteurs sur les avantages de l’utilisation de machines agricoles dans leurs activités agricoles.

Citation:

Hinnou, L. C., Obossou, E. A. R., Adjovi, N. R. A., 2022. Understanding the mechanisms of access and management of agricultural machinery in Benin. Scientific African 15.

Lire la suite

Analyse économique de la participation des jeunes à l’agripreneuriat au Bénin

La main d’œuvre constitue un élément capital dans la production agricole. Toutefois, un déficit de main d’œuvre s’observe du fait des perceptions négatives des jeunes de l’agriculture.

Le fait d’être un homme, d’avoir une grande famille et un grand nombre d’enfants encourageait les entrepreneurs à se lancer dans l’agro-industrie, tandis que l’âge, l’appartenance à un groupe, la capacité d’enregistrer une entreprise, l’accès à l’éducation formelle et à la formation à l’entrepreneuriat encourageaient les entrepreneurs à poursuivre des activités non agroalimentaires.

Les familles plus nombreuses étaient plus susceptibles de produire à la fois des cultures vivrières et des cultures commerciales.

La production de cultures de rente par les jeunes béninois était fortement motivée par l’accès au crédit financier et le fait d’être situé en milieu urbain.

L’agripreneuriat est rentable au Bénin.

Il serait nécessaire de promouvoir des programmes de développement axés sur le renforcement des capacités des jeunes en ce qui concerne les concepts et les compétences de l’esprit d’entreprise dans l’agriculture et des mesures visant à surmonter les défis liés aux différentes activités agro-industrielles.

Citation:
Akrong, R., Kotu, B. H., 2022. Economic analysis of youth participation in agripreneurship in Benin. Heliyon 8(1).

Lire la suite

La situation socio-économique, l’insécurité alimentaire et nutritionnelle en République du Bénin pendant la pandémie de COVID-19

Au Bénin, les dispositions prises pour contrôler la pandémie de COVID-19 ont impacté la production alimentaire et les chaînes d’approvisionnement.

Le taux de chômage était élevé, car plusieurs entreprises ont fermé.

Dans l’ensemble, plus de 50 % des participants vivaient avec un seul salaire minimum ou moins et plus de 50 % vivaient dans une insécurité alimentaire aiguë, y compris les familles avec enfants.

La région centrale du pays était la plus touchée par l’insécurité alimentaire, suivie par la région du nord.

Il y avait une absence ou une faible intervention des politiques régionales, économiques et sociales pour maintenir les emplois et garantir l’alimentation des familles touchées.

Le gouvernement devrait adopter des politiques publiques visant à identifier et à réhabiliter nutritionnellement les enfants souffrant de malnutrition dans les familles à faibles revenus.
Citation :
Lafia, A. T., Bonou, S. I., Honfoga, J. N. B., Ketounou, T. R., Zimé, A. K. B., 2022. The socio-economic situation, food and nutrition insecurity in the Republic of Benin during the COVID-19 pandemic. Research, Society and Development 11(10).

Lire la suite

Existe-t-il une inadéquation des compétences et/ou des qualifications sur le marché du travail agricole au Bénin ?

Le taux de chômage des jeunes au Bénin est remarquablement bas mais avec une forte proportion de main d’œuvre sous employée.

Il y a une inadéquation entre les compétences des diplômés agricoles et la demande du marché du travail. Il existe un manque de compétences générales et numériques chez les établissements de formation agricole et une surqualification en compétences techniques des diplômés agricoles.

Seuls 2 % environ des diplômés de l’enseignement supérieur agricole et 6,38 % des titulaires d’un DEAT occupent un emploi sans rapport avec leur domaine d’études.

Les faiblesses remarquées dans les compétences générales des diplômés sont :  la faible compétences personnelle et d’apprentissage, la faible proactivité, la flexibilité et la résilience au stress pour les titulaires de BEAT, DEAT, Licence et Master.

Pour les titulaires de Doctorat, les faiblesses concernent le manque de compétences en la gestion des conflits, la planification et les compétences organisationnelles, et la résilience au stress.

Afin de pallier ces difficultés, il faudrait : (i) Doter les étudiants en agriculture du Bénin de compétences en recherche d’emploi en plus de compétences matérielles, générales et numériques pour les rendre plus compétitifs sur le marché du travail; (ii) Mettre régulièrement à jour les programmes d’éducation en fonction des besoins du marché du travail et (iii) Promouvoir la collaboration entre les employeurs et les établissements de formation agricole grâce au développement de plateformes de collaboration entre les employeurs et les établissements de formation agricole, et impliquer davantage les employeurs dans la conception, l’évaluation et l’innovation des programmes.

Citation:

Kaki, R. S., Gbedomon, R. C., Thoto, F. S., Houessou, D. M., Aoudji, A. K., Gandji, K., 2021. Are there any skills and/or qualifications mismatch in the agricultural labour market in Benin?.

Lire la suite

Caractérisation des systèmes de riziculture, des contraintes de production et déterminants de l’adoption des variétés améliorées par les petits exploitants agricoles de la République du Bénin

Plusieurs variétés de riz ont été disséminées pour améliorer la production de riz au Bénin. Toutefois, les producteurs sont confrontés à des difficultés de production.

La monoculture du riz ne permet pas une utilisation maximale du potentiel des ressources des sols de plaine et entraîne au fil des ans une diminution du rendement en riz.

Le système traditionnel de riziculture est caractérisé par une faible mécanisation combinée à la mauvaise gestion des insectes ravageurs et des maladies, d’où les faibles rendements observés.

La variété améliorée de riz, IR841, répondant aux exigences des consommateurs (préférence pour riz blanc aromatisé à grains longs) est maintenant largement cultivée par les producteurs béninois.

Les facteurs socioéconomiques tels que l’âge, la propriété foncière, la diversification des cultures, la production de riz de contre-saison et les contacts des producteurs avec les ONG ont été identifiés comme déterminants de l’adoption des variétés améliorées de riz.

Les interventions visant à augmenter les rendements rizicoles devraient cibler la formation des agriculteurs sur les pratiques de culture intercalaire du riz, les pratiques du système de riz irrigué et la lutte contre les ravageurs.

La priorité doit également être accordée à une politique de crédit formelle pour permettre aux riziculteurs de faire face aux divers coûts liés à la production de riz et à l’achat de machines agricoles.

Citation :

Loko, Y. L. E., Gbemavo, C. D., Djedatin, G., Ewedje, E. E., Orobiyi, A., Toffa, J., Tchakpa, C., Sedah, P., Sabot, F., 2022. Characterization of rice farming systems, production constraints and determinants of adoption of improved varieties by smallholder farmers of the Republic of Benin. Scientific Reports 12(1), 1-19.

Lire la suite

Analyse de l’utilisation des tracteurs dans les différents pôles de développement agricole en République du Bénin

Il a été observé une variation significative du niveau de mécanisation entre les Pôles de Développement Agricole (PDA). En dehors du PDA1, tous les pôles utilisent plus de 60 % de matériel manuel. La traction animale est plus mise en œuvre dans la partie nord du pays (PDA1 ; 2 et 3) alors que les agriculteurs des PDA2 et PDA3 sont les plus utilisateurs des tracteurs.

En général, 53,20% des utilisateurs ne disposent pas d’un parking pour tracteur et les centres de réparation sont quasi absents (97%) dans tous les PDA. Les PAD2 ; 4 et 3 sont les plus utilisateurs de charrue à disques.

Le semis mécanique est plus observé dans les PDA2 et 7 et absent dans les PDA1 ; 3 et 4. Par ailleurs, la moissonneuse est présente dans les PDA2 ; 4 ; 6 et 7.

En moyenne, la surface mécanisée la plus élevée était de 134,56 ha dans le PDA3, tandis que la plus faible, 12,00 ha, a été trouvée dans le PDA7.

Le PDA7 dépense plus pour le labour (47670 FCFA) que les autres pôles. Le labour mécanisé est plus lent dans le PDA7 (3,53 h/ha) alors qu’il est beaucoup plus rapide dans le PDA2 (1,96 h/ha).

Quatre groupes d’utilisateurs de tracteurs ont été identifiés. Le groupe 1 (G1), qui comprend 64,52 % (120/186) des utilisateurs de tracteurs, se compose principalement d’entrepreneurs indépendants sans activité secondaire, agronomes ou conducteurs de tracteurs (92,50 % ; 111/120) ; et dans une moindre mesure d’entrepreneurs indépendants semant 90 ha ou plus par an (7,50 % ; 9/120). Le deuxième groupe (G2) représentant 15,05% (28/186) des utilisateurs de tracteurs est composé d’entrepreneurs indépendants qui sont agriculteurs, pêcheurs, commerçants, ou formateurs à temps partiel et semant moins de 90 ha par an (7,50% ; 9/120). Le troisième groupe (G3) représente 15,59% (29/186) des utilisateurs de tracteurs et est composé d’entrepreneurs membres de coopérative. Le quatrième groupe (G4) d’utilisateurs de tracteurs (4,84 % ; 9/186) est composé d’entrepreneurs qui sont membres d’un organisme gouvernemental.

La politique de mécanisation agricole doit prendre en compte les différentes performances de chaque pôle de développement agricole. Pour une mécanisation complète de l’agriculture, outre la charrue, l’utilisation d’autres équipements doit être dynamisée et encouragée. Il est alors nécessaire de former du personnel d’appui aux producteurs. Des centres de réparation et des magasins de pièces détachées doivent être mis en place dans chaque pôle. Compte tenu du caractère onéreux des tracteurs, les coopératives d’utilisation de machines agricoles existantes doivent être soutenues et la création de nouvelles coopératives agricoles encouragée. Le prix de l’exploitation la mieux mécanisée peut être initié. La fabrication locale d’équipements doit être repensée pour pallier le manque d’équipements adéquats et adaptés pour la réussite de la mécanisation agricole en République du Bénin.

Citation:

Dayou, E.D., Zokpodo, K.L.B., Atidegla, C.S., Dahou, M.N., Ajav, E.A., Bamgboye, A.I., Glèlè Kakaï, L.R., 2021. Analysis of the use of tractors in different poles of agricultural development in Benin Republic, Heliyon 7, e06145.

Lire la suite

Leadership vertical des prix sur les marchés locaux du maïs au Bénin

Dans la littérature sur l’organisation industrielle, les prix de détail sont souvent supposés être déterminé par les conditions du marché de gros. De même, dans la littérature du marketing sur le fonctionnement des marchés alimentaires dans les pays tropicaux, le leadership vertical des prix des grossistes est souvent conjecturé mais non testé empiriquement.

Les relations de prix verticales entre les grossistes et les détaillants ont été examiné sur cinq marchés du maïs au Bénin.

Pour tester empiriquement si oui ou non les grossistes ont un certain pouvoir de fixation des prix vis-à-vis des détaillants, la méthode à trois modèles, considérés comme des candidats possibles, a été appliqué pour décrire la relation verticale des prix dans les circuits de commercialisation des marchés locaux du maïs au Bénin.

Nous montrons que la tendance stochastique commune et l’erreur de déséquilibre à long terme doit être explicitement prise en compte pour interpréter correctement les restrictions sur la correction d’erreur en termes de pouvoir économique dans le canal.

Des différences intéressantes entre les marchés sont trouvés. Dans les deux grandes villes, les détaillants jouent un rôle plus important dans le processus de formation des prix qu’on ne le suppose généralement dans la littérature sur l’économie du développement.

Dans les deux grands centres ruraux, cependant, les grossistes impliqués dans l’arbitrage entre les marchés urbains influencent la formation des prix.

Les relations entre grossistes et détaillants varient entre les places de marché. Contrairement à l’hypothèse courante dans les études de développement, les détaillants jouent un rôle crucial dans le processus de formation des prix.

Les conditions du marché local sont déterminantes dans la répartition du pouvoir de marché entre les détaillants et les grossistes. Par conséquent, la déclaration « le segment du marché de détail est dominé par le marché de gros segment’ doit être testé, avant qu’il ne soit imposé comme hypothèse sur un modèle.

Citation :

Kuiper, W.E., Lutz, C., van Tilburg, A., 2003. Vertical price leadership on local maize markets in Benin. J. Dev. Econ. 71, 417–433.

Lire la suite

Utilisation et connaissances des agriculteurs sur la diversité du pois cajan au Bénin, Afrique de l’Ouest

La compréhension des facteurs qui déterminent l’utilisation, par les agriculteurs, des ressources génétiques végétales est un élément clé non seulement pour concevoir des stratégies de conservation appropriées mais aussi pour promouvoir une production durable. Cependant, le Bénin est limité par les informations disponibles sur les connaissances des agriculteurs concernant les utilisations et la conservation du pois cajan.

Les agriculteurs béninois cultivent principalement le pois cajan pour ses céréales destinées à la consommation domestique.

La tige et les feuilles de pois d’Angole sont utilisées à des fins médicinales pour traiter le paludisme, les étourdissements, la rougeole et les infections oculaires.

Il n’y avait pas d’association significative entre le nombre de variétés détenues par ménage et l’âge du répondant, le nombre d’années d’expérience dans la culture du pois cajan, la taille du ménage, le nombre de membres de la famille engagés dans activités agricoles et le genre.

Les agriculteurs ont utilisé des critères tels que les couleurs des graines, la taille des graines, la hauteur des plantes, les groupes de maturité et le temps de cuisson pour classer leurs variétés. Les variétés à tégument blanc étaient les plus cultivées tandis que les variétés à tégument noir, rouge ou tacheté sont abandonnées et méritent d’être conservés.

Les connaissances sur les usages médicinaux du pois cajan sont transmises verticalement au sein de la communauté et le maintien des variétés du pois cajan au niveau des ménages ne dépend pas de facteurs socioculturels.

Cette étude contribuera à relever la sensibilisation aux diverses utilisations du pois cajan. En outre, il fournit la base pour la conception des stratégies de conservation des ressources génétiques du pois cajan.

Citation :

Ayenan, M.A.T., Danquah, A., Ahoton, L.E., Ofori, K., 2017. Utilization and farmers’ knowledge on pigeonpea diversity in Benin , West Africa. J. Ethnobiol. Ethnomed. 13:37, 1–13.

Lire la suite

Typologie des résidus organiques attirant les mouches et leur utilisation dans le secteur agricole au sud du Bénin

L’utilisation de larves de mouches comme source de protéines pour la volaille et agent de biodégradation de substrats organiques tels que le fumier s’avère être une technologie prometteuse et innovante pour les agriculteurs pauvres en ressources.

L’étude visait à catégoriser les substrats organiques en fonction de leur capacité à attirer les mouches et à produire des larves de mouches, et à discuter de leur utilisation dans le domaine agricole au sud du Bénin.

La plupart des agriculteurs avaient des connaissances limitées sur l’utilisation des larves de mouches pour nourrir la volaille. Certains d’entre eux n’étaient pas conscients du rôle des larves de mouches dans la dégradation des substrats organiques.

Trois utilisations de ces substrats organiques ont été évoquées par les éleveurs : l’engrais organique, la production de larves de mouches et l’alimentation pour la volaille.

Les intestins d’animaux, les carcasses, le fumier de volaille, le fumier de porc ont été mentionnés comme des résidus animaux attirant les mouches et potentiellement adaptés à la production de larves de mouches.

Les résidus végétaux appropriés pour la production de larves de mouches comprenaient des sous-produits agro-artisanaux tels que le son de soja, le son de maïs et le son de sorgho ; malt de brasserie, papaye pourrie, écorce de mangue et banane pourrie.

L’étude suggère que ces différents types de substrats soient évalués pour leur adéquation à la production de larves de mouches et que la qualité des résidus issus de la dégradation par les larves de mouches soit évaluée dans une perspective de reconstitution de la fertilité des sols.

Citation :

Bloukounon-Goubalan, A.Y., Saidou, A., Clottey, V., Chrysostome, C.A.A.M., Kenis, M., Mensah, G.A., 2017. Typology of organic residues attracting flies and their utilization in the agricultural sector in southern Benin. Int. J. Biol. Chem. Sci. 11, 2560–2572.

Lire la suite

Simuler les effets des exonérations fiscales sur l’utilisation des engrais au Bénin en reliant les modèles biophysiques et économiques

La faible augmentation de la productivité surfacique des cultures de base est un facteur majeur entraînant une dépendance accrue des pays africains sur les importations alimentaires.

L’utilisation accrue d’engrais minéraux peut considérablement améliorer l’équilibre alimentaire de nombreux pays et entraîner une baisse des prix des denrées alimentaires, une augmentation de l’approvisionnement alimentaire et la consommation et l’amélioration de la sécurité alimentaire et de l’état nutritionnel.

Au Bénin, en Afrique de l’Ouest, des mesures politiques pour améliorer l’accès des agriculteurs aux engrais sont biaisés en faveur de la production de coton.

Les résultats de la simulation suggèrent que l’exonération fiscale pourrait induire une utilisation accrue des engrais et ainsi améliorer la productivité agricole au Bénin.

Compte tenu des tendances démographiques projetées, le Bénin a besoin d’améliorer les rendements des cultures pour gérer les limites de la disponibilité des terres et la fertilité des sols.

Les simulations montrent qu’il existe un potentiel d’augmentation de la productivité des cultures grâce à l’application d’engrais minéraux.

Élargir les domaines où les éléments nutritifs sont ajoutés aideront à freiner l’accélération de la dégradation des sols grâce à l’extraction de nutriments.

Mais, l’effet positif de l’application des engrais sur les rendements des cultures peut être freinée par le changement climatique, surtout si les précipitations annuelles devaient diminuer.

Cependant, peu importe du changement climatique, l’efficacité de l’eau serait plus élevée avec ou sans apport supplémentaire de nutriments.

L’approvisionnement alimentaire pourrait être amélioré énormément sans une augmentation significative de l’utilisation des terres et la perte d’habitat naturel.

Citation :

Kuhn, A., Gaiser, T., Gandonou, E., 2010. Simulating the effects of tax exemptions on fertiliser use in Benin by linking biophysical and economic models. Agric. Syst. 103, 509–520.

Lire la suite