Impacts de l’irrigation goutte à goutte à énergie solaire sur la diversité de la production agricole et la diversité alimentaire dans le nord du Bénin

Bien que des réalisations considérables dans le monde réduction de la faim et de la pauvreté ont été accomplis, les progrès réalisés en Afrique jusqu’à présent ont été très limité.

À l’heure actuelle, un tiers de la population du Bénin fait face à une famine généralisée et une malnutrition chronique. Les ménages ruraux sont les plus touchés dont les moyens de subsistance dépendent fortement de l’agriculture pluviale traditionnelle.

Répondre aux besoins alimentaires de la population croissante de l’Afrique exigera des des technologies appropriées dont l’efficacité doit être évaluée.

Évaluer l’impact des Jardins maraîchers solaires (SMG) sur la diversité des productions végétales et la diversité alimentaire dans le district de Kalalé au nord du Bénin.

La comparaison des données initiales et finales a indiqué des augmentations de la variété de fruits et légumes produits et consommés par les groupes de femmes SMG par rapport aux autres groupes.

La proportion des ménages de groupes de femmes SMG engagés dans la production de légumes et de fruits de manière significative a augmenté de 26% et 55%, respectivement.

Après contrôle des valeurs de base, les femmes SMG étaient 3 fois plus susceptibles d’augmenter leur consommation de fruits et légumes par rapport aux groupes de comparaison non féminins.

De plus, la variation en pourcentage du maïs, du sorgho, des haricots, l’huile, le riz et le poisson achetés étaient significativement plus élevés dans les groupes de femmes SMG par rapport aux autres groupes. À la fin, 57 % des femmes ont utilisé leur revenu supplémentaire pour la nourriture, 54 % pour les soins de santé et 25% sur l’éducation.

Les jardins maraîchers solaires ont le potentiel d’améliorer l’état nutritionnel des ménages par la consommation directe et l’augmentation des revenus pour prendre des décisions économiques.

Citation :

Alaofè, H., Burney, J., Naylor, R., Taren, D., 2016. Solar-Powered Drip Irrigation Impacts on Crops Production Diversity and Dietary Diversity in Northern Benin. Food Nutr. Bull. 37, 164–175.

Lire la suite

L’irrigation goutte à goutte à énergie solaire améliore la sécurité alimentaire dans la région soudano-sahélienne

Des fractions importantes de l’Afrique subsaharienne sont considérées comme des consommateurs d‘aliments précaires, tel que mesuré par la disponibilité calorique totale par habitant au niveau national, la consommation au niveau des ménages, et/ou divers indicateurs individuels de l’état nutritionnel.

Dans toute la région, ces populations en insécurité alimentaire sont majoritairement rurales, et ils survivent fréquemment avec <1 par personne et par jour.

Même si la plupart sont engagés dans la production agricole comme principal moyen de subsistance, ils dépensent néanmoins 50 à 80 % de leurs revenus en nourriture, et sont souvent des consommateurs nets de denrées alimentaires, en particulier de produits non essentiels.

Répondre aux besoins alimentaires de la population croissante de l’Afrique au cours du prochain demi-siècle nécessitera des technologies qui améliorent considérablement les moyens de subsistance en milieu rural à un coût environnemental minimal.

Ces technologies seront probablement distinctes de ceux de la révolution verte, qui a eu relativement peu d’impact en Afrique.

Cette étude analyse l’irrigation goutte à goutte à énergie solaire en tant que stratégie pour améliorer la sécurité alimentaire dans la région rurale soudano-sahélienne de Afrique de l’Ouest.

À l’aide d’une comparaison par paires appariées de villages du nord Bénin (deux villages de traitement, deux villages de comparaison), et enquête auprès des ménages et données de terrain jusqu’à la première année de récolte dans ces villages, nous constatons que l’irrigation goutte à goutte à énergie solaire augmente considérablement à la fois le revenu du ménage et l’apport de la nutrition, en particulier pendant la saison sèche, et est rentable par rapport aux technologies alternatives.

Citation :

Burney, J., Woltering, L., Burke, M., Naylor, R., Pasternak, D., 2010. Solar-powered drip irrigation enhances food security in the Sudano – Sahel. PNAS 107, 1848–1853.

Lire la suite

L’irrigation des petits exploitants comme outil de réduction de la pauvreté en Afrique subsaharienne

Les populations les plus pauvres d’Afrique subsaharienne vivent en milieu rural et dépendent principalement de la production pluviale pour la culture d’aliments de base pour leur subsistance.

La promotion de la petite irrigation est citée comme une stratégie pour améliorer la génération de revenus et la sécurité alimentaire pour les sous-régions.

A court terme, la technologie devrait ouvrir la voie à une consommation accrue, à l’accumulation d’actifs et à une réduction de la pauvreté persistante parmi les utilisateurs.

À plus long terme, il devrait conduire à des rétroactions institutionnelles qui soutiennent un développement économique soutenu et des améliorations nutritionnelles.

Notre examen des projets d’irrigation à petite échelle en Afrique suggère que les trois composantes d’un système d’irrigation— accès à l’eau, distribution de l’eau et utilisation de l’eau – jouent des rôles complémentaires et ne seront pas nécessairement adoptés de manière autonome.

L’examen expérimental du cas du Bénin montre qu’un projet combinant l’accès, la distribution et l’utilisation peut avoir des rendements élevés à court terme, y compris au niveau institutionnel – devenant potentiellement un « changeur de jeu » pour l’évolution de l’agriculture dans le temps.

Cette revue de littérature représente donc une contribution importante pour comprendre les succès et les échecs des projets sur la petite irrigation.

En général, la consommation est un indicateur plus fiable au niveau du vivant que le revenu des ménages les plus pauvres, dont le revenu a tendance à être grumeleux, variable et au moins partiellement non monétisé.

Les formulations alternatives du modèle 1, combinant différences-indifférences avec le score de propension (plus proche voisin, rayon et noyau) ou l’appariement de Mahalanobis donnent des résultats similaires dans les trois groupes.

Cette analyse d’investissement est au niveau du jardin individuel (SMG), et comprend tous les biens d’équipement, les coûts d’installation, l’entretien, la formation, et intrants sur la durée de vie des panneaux solaires (estimés de manière prudente à 15 ans).

Citation :

Burney, J.A., 2012. Smallholder Irrigation as a Poverty Alleviation Tool in Sub-Saharan Africa. World Dev. 40, 110–123.

Lire la suite

Pratiques horticoles et diversité variétale du piment (Capsicum annuum L.) au Centre et Nord du Bénin

Les piments jouent un rôle important dans le régime alimentaire mondial et peut contribuer à l’amélioration de revenus des producteurs horticoles notamment au Bénin.

Douze sont les contraintes de production identifiées dont les plus importantes sont la faible productivité (19 %), l’infertilité des sols (18,5 %), la sécheresse (18,3 %), les ravageurs et la sensibilité aux maladies (17,9 %) et la chute précoce des organes végétaux (15 %).

L’infertilité des sols représente l’un des plus grands défis de la production du piment au Bénin.

Mauvaise application d’engrais provoquant également, selon agriculteurs, le jaunissement et la chute précoce des fleurs et des fruits

77 variétés de piment dont 72 locaux et cinq variétés introduites ont été retrouvés avec une variation des variétés de trois à sept par village et d’un à cinq par ménage.

Taux de perte de diversité par village varie de 0 à 75 % avec une moyenne de 26,61 %. Raisons importantes évoquées : 1Sensibilité aux ravageurs et aux maladies (37,1 % des réponses), 2chute précoce des organes végétaux (11,6 % des réponses) et 3la sensibilité à la sécheresse (8,5 %).

Critères de préférence variétale des agriculteurs essentiellement agronomiques (90,4 % des réponses).

Le village d’Attata présentait la plus grande diversité variétale globale et apparait le plus indiqué pour un programme éventuel de conservation in situ.

Les caractérisations agro morphologiques et moléculaires sont nécessaires pour identifier les doublons et clarifier la synonymie. Des essais agronomiques devraient également être menés pour s’assurer des informations déclarées sur les performances pour leur optimisation dans les programmes de développement

Citation:

Orobiyi, A., Loko, Y.L., Sanoussi, F., Adjatin, A., Gbaguidi, A., Dansi, A., Sanni, A., 2017. Horticultural practices and varietal diversity of chili pepper (Capsicum annuum L .) in Central and Northern Benin. Genet. Resour. Crop Evol. 64, 419–436.

Lire la suite

Valeur nutritionnelle et composition physico-chimique du mil (Pennisetum glaucum) produit au Bénin

Les prix élevés des aliments d’origine animale et les revenus limités gagnés dans les pays en développement ont entraîné leur dépendance à l’égard des préparations à base de céréales comme aliment de base.

Les céréales telles que le maïs, le sorgho ou le mil sont souvent utilisées dans la production de divers aliments et boissons traditionnels dans de nombreux pays africains, dont le Bénin.

Les concentrations de nutriments majeurs et mineurs comme les glucides, les protéines, les sucres ainsi que les minéraux variaient considérablement.

Certains cultivars de mil étant particulièrement enrichis en fer et en magnésium avec une grande corrélation entre l’amidon et l’amylose.

Quatre groupes de mil chandelle ont été distingués : les mils riches en fer (groupe G1), les mils riches en glucides (groupe G2) et deux mils moins nutritifs (groupes G3 et G4).

Aucune variété « tout-en-un » capable de fournir tous les avantages potentiels pour la santé attribués au mil mais les variations des niveaux de ces nutriments dépendaient à la fois de la variété de mil et du site de production.

Le mil pourrait être recommandé pour prévenir la malnutrition ou les carences alimentaires dans les populations utilisant le mil comme aliment de base, en particulier les enfants et les communautés agricoles rurales.

Nouvelles voies pour l’enrichissement du mil et opportunité de sensibiliser les agriculteurs à la sélection de variétés de mil chandelles pour réduire la malnutrition.

Citation :

Adéoti, K., Kouhoundé, S.H.S., Noumavo, P.A., Baba-moussa, F., Toukourou, F., 2017. Nutritional value and physicochemical composition of pearl millet (Pennisetum glaucum ) produced in benin. J. Microbiol. Biotechnol. Food Sci. 7, 92–96.

Lire la suite

Diversité des espèces végétales d’importance, négligées et sous-utilisées au Bénin.

Les Africains en général et les Béninois en particulier souffrent ou meurent de malnutrition au milieu d’une grande diversité de cultures alimentaires hautement nutritives, par ignorance ou par négligence.

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Une étude menée dans 50 villages au Bénin a révélé 41 espèces végétales négligées et sous-utilisées (NUCS).

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Les raisons importantes de cette négligence sont le manque de soutien financier pour la recherche orientée vers les cultures négligées, l’absence de politique nationale de promotion, le manque de marchés organisés, la sensibilité aux parasites et aux maladies, le manque de pratiques culturales et de variétés améliorées, le faible rendement et la production laborieuse.

19 des 41 espèces ont été identifiées comme prioritaires sur la base de 10 critères à savoir : ampleur de la production, ampleur de la consommation, degré de consommation, valeur nutritionnelle perçue, importance culturelle, propriétés médicinales, utilisation commerciale, valeur marchande, contribution au revenu du ménage et contribution à l’autonomisation des femmes.

Les NUCS ont une valeur nutritionnelle et médicinale intéressante et sont une source importante de revenus pour les ménages.

La promotion des NUCS va contribuer de manière substantielle à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre la malnutrition au Bénin.

Pour la promotion de ces espèces végétales négligées et sous-utilisées au Bénin, il sera important de mettre en place un programme national et spécial de recherche et de développement.

Citation :

Dansi, A., Vodouhè, R., Azokpota, P., Yedomonhan, H., Assogba, P., Adjatin, A., Loko, Y.L., Dossou-Aminon, I., Akpagana, K., 2012. Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin. TheScientificWorldJournal 2012.

Lire la suite

Évaluation de la productivité et de la rentabilité du projet Solar Market Garden

Les jardins solaires maraîchers (SMG) sont un package incluant un système de pompage d’eau solaire photovoltaïque, un système d’irrigation goutte à goutte conventionnel par gravité, des formations et un soutien technique.

Le SMG est conçu pour aider les groupes d’agriculteurs (généralement 30 à 40) à i) augmenter la production de cultures de grande valeur dans les régions rurales ayant des saisons sèches prononcées et une insolation abondante ; ii) réduire les couts des matériaux pour l’énergie et l’accès à l’eau ; iii) économiser sur les achats d’intrants et les coûts de commercialisation.

La répartition complète des coûts annuels (deux campagnes) par jardin est la suivante par jardin est la suivante : intrants (577.500 FCFA), appui technique et maintenance (1.775.000 FCFA), et amortissement des équipements (1.256.950 FCFA). FCFA), soit un total de 3.609.450 FCFA par an.

L’analyse coûts-bénéfices s’est intéressé à 11 jardins maraichers dans 10 villages.

Dans le scenario ou l’ensemble du système est payé par les membres du groupement, aucun jardin n’est rentable.

Dans le scenario ou les groupes paient 50% de l’équipement, tous les intrants et les salaires des techniciens pour la maintenance et la formation seuls trois jardins sont rentables.

Le système devient rentable pour tous les jardins, si les groupements i) réduisent de moitié le cout des intrants (par exemple en produisant eux-mêmes leurs semences) ; ii) entretiennent bien les kits d’irrigation pour une durée d’utilisation plus longue et iii) que tous les équipements sont acquis localement pour réduire les frais de transport et d’expédition

Burney, J., Phillips, S., Lahl, J., 2018. Assessing the productivity and profitability of the Solar Market Garden. Development Engineering 3, 60–71.

Lire la suite

Changement des caractéristiques des fortes précipitations sur le bassin du fleuve Ouémé, République du Bénin, Afrique de l’Ouest

Le changement climatique a de graves répercussions sur les ressources naturelles, la production alimentaire et, par conséquent, la sécurité alimentaire, en particulier dans les pays en développement.

Du fait du changement climatique, les inondations sont l’une des catastrophes qui affectent les populations et détruisent les terres et les produits agricoles.

La modélisation pluviométrique a démontré que la partie sud-ouest du bassin montre une tendance à l’augmentation des fortes précipitations tandis qu’une tendance à la diminution a été observée dans les parties moyenne et supérieure du bassin, ponctuées par quelques régions avec une certaine tendance à la hausse.

La modélisation a montré que, bien qu’ils y contribuent, les facteurs climatiques ne sont peut-être pas le principal élément contribuant à l’augmentation du risque d’inondation dans le bassin.

D’autres facteurs à analyser tels que les modes d’utilisation des terres et/ou la vulnérabilité de la population pourraient expliquer la situation des inondations dans le bassin.

La poursuite attendue de la croissance démographique rapide augmentera l’exposition humaine aux inondations et des mesures d’adaptation adéquates doivent être planifiées et mises en œuvre aux niveaux local et national.

Les impacts des changements dans la fréquence des inondations pourraient être tempérés par des investissements appropriés dans les infrastructures, et par des changements dans la gestion de l’eau et de l’utilisation des terres.

Hounkpè, J., Diekkrüger, B., Badou, D.F., Afouda, A.A., 2016. Change in Heavy Rainfall Characteristics over the Ouémé River Basin, Benin Republic, West Africa. Climate 2016, Vol. 4, Page 15 4, 15.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Change in Heavy Rainfall Characteristics over the Ouémé River Basin, Benin Republic, West Africa.»

Lire la suite

Diversité des espèces végétales d’importance, négligées et sous-utilisées au Bénin.

Les Africains en général et les Béninois en particulier souffrent ou meurent de malnutrition au milieu d’une grande diversité de cultures alimentaires hautement nutritives, par ignorance ou par négligence.

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Une étude menée dans 50 villages au Bénin a révélé 41 espèces végétales négligées et sous-utilisées (NUCS).

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Les raisons importantes de cette négligence sont le manque de soutien financier pour la recherche orientée vers les cultures négligées, l’absence de politique nationale de promotion, le manque de marchés organisés, la sensibilité aux parasites et aux maladies, le manque de pratiques culturales et de variétés améliorées, le faible rendement et la production laborieuse.

19 des 41 espèces ont été identifiées comme prioritaires sur la base de 10 critères à savoir : ampleur de la production, ampleur de la consommation, degré de consommation, valeur nutritionnelle perçue, importance culturelle, propriétés médicinales, utilisation commerciale, valeur marchande, contribution au revenu du ménage et contribution à l’autonomisation des femmes.

Les NUCS ont une valeur nutritionnelle et médicinale intéressante et sont une source importante de revenus pour les ménages.

La promotion des NUCS va contribuer de manière substantielle à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre la malnutrition au Bénin.

Pour la promotion de ces espèces végétales négligées et sous-utilisées au Bénin, il sera important de mettre en place un programme national et spécial de recherche et de développement.

Dansi, A., Vodouhè, R., Azokpota, P., Yedomonhan, H., Assogba, P., Adjatin, A., Loko, Y.L., Dossou-Aminon, I., Akpagana, K., 2012. Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin. TheScientificWorldJournal 2012.

NB : Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre « Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin»

Lire la suite

Changement des caractéristiques des fortes précipitations sur le bassin du fleuve Ouémé, République du Bénin, Afrique de l’Ouest

Le changement climatique a de graves répercussions sur les ressources naturelles, la production alimentaire et, par conséquent, la sécurité alimentaire, en particulier dans les pays en développement.

Du fait du changement climatique, les inondations sont l’une des catastrophes qui affectent les populations et détruisent les terres et les produits agricoles.

La modélisation pluviométrique a démontré que la partie sud-ouest du bassin montre une tendance à l’augmentation des fortes précipitations tandis qu’une tendance à la diminution a été observée dans les parties moyenne et supérieure du bassin, ponctuées par quelques régions avec une certaine tendance à la hausse.

La modélisation a montré que, bien qu’ils y contribuent, les facteurs climatiques ne sont peut-être pas le principal élément contribuant à l’augmentation du risque d’inondation dans le bassin.

D’autres facteurs à analyser tels que les modes d’utilisation des terres et/ou la vulnérabilité de la population pourraient expliquer la situation des inondations dans le bassin.

La poursuite attendue de la croissance démographique rapide augmentera l’exposition humaine aux inondations et des mesures d’adaptation adéquates doivent être planifiées et mises en œuvre aux niveaux local et national.

Les impacts des changements dans la fréquence des inondations pourraient être tempérés par des investissements appropriés dans les infrastructures, et par des changements dans la gestion de l’eau et de l’utilisation des terres.

Hounkpè, J., Diekkrüger, B., Badou, D.F., Afouda, A.A., 2016. Change in Heavy Rainfall Characteristics over the Ouémé River Basin, Benin Republic, West Africa. Climate 2016, Vol. 4, Page 15 4, 15.

NB : Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre « Change in Heavy Rainfall Characteristics over the Ouémé River Basin, Benin Republic, West Africa»

Lire la suite