Leadership vertical des prix sur les marchés locaux du maïs au Bénin

Dans la littérature sur l’organisation industrielle, les prix de détail sont souvent supposés être déterminé par les conditions du marché de gros. De même, dans la littérature du marketing sur le fonctionnement des marchés alimentaires dans les pays tropicaux, le leadership vertical des prix des grossistes est souvent conjecturé mais non testé empiriquement.

Les relations de prix verticales entre les grossistes et les détaillants ont été examiné sur cinq marchés du maïs au Bénin.

Pour tester empiriquement si oui ou non les grossistes ont un certain pouvoir de fixation des prix vis-à-vis des détaillants, la méthode à trois modèles, considérés comme des candidats possibles, a été appliqué pour décrire la relation verticale des prix dans les circuits de commercialisation des marchés locaux du maïs au Bénin.

Nous montrons que la tendance stochastique commune et l’erreur de déséquilibre à long terme doit être explicitement prise en compte pour interpréter correctement les restrictions sur la correction d’erreur en termes de pouvoir économique dans le canal.

Des différences intéressantes entre les marchés sont trouvés. Dans les deux grandes villes, les détaillants jouent un rôle plus important dans le processus de formation des prix qu’on ne le suppose généralement dans la littérature sur l’économie du développement.

Dans les deux grands centres ruraux, cependant, les grossistes impliqués dans l’arbitrage entre les marchés urbains influencent la formation des prix.

Les relations entre grossistes et détaillants varient entre les places de marché. Contrairement à l’hypothèse courante dans les études de développement, les détaillants jouent un rôle crucial dans le processus de formation des prix.

Les conditions du marché local sont déterminantes dans la répartition du pouvoir de marché entre les détaillants et les grossistes. Par conséquent, la déclaration « le segment du marché de détail est dominé par le marché de gros segment’ doit être testé, avant qu’il ne soit imposé comme hypothèse sur un modèle.

Citation :

Kuiper, W.E., Lutz, C., van Tilburg, A., 2003. Vertical price leadership on local maize markets in Benin. J. Dev. Econ. 71, 417–433.

Lire la suite

Agriculture urbaine au Bénin : Comment la politique peut-elle soutenir les jardiniers ?

L’agriculture urbaine est une activité répandue qui pourrait contribuer à la réalisation de divers Objectifs de Développement Durable fixés par les Nations Unies.

L’agriculture urbaine au Bénin ne fait pas exception et cette étude vise à combler le déficit de connaissances avec un accent sur l’organisation et la gestion.

Les études ont permis d’avoir des informations sur les caractéristiques du ménage, les activités de jardinage et les revenus, la nourriture et la sécurité nutritionnelle, organisation et gestion des jardins, les bénéfices pour les femmes et le développement socio-économique et des contraintes identifiées sur le développement des jardins urbains.

L’étude a montré que le jardinage urbain est une activité dominée par les hommes qui fournit des revenus pour couvrir les besoins de base des ménages (logement, transport) et améliore la diversité de l’alimentation.

Les jardiniers sont de vrais entrepreneurs qui génèrent des revenus à la fois du jardinage et des emplois annexes tout au long de l’année. Ils sont pour la plupart bien organisés en coopératives avec un bon système de gestion (élection d’un conseil d’administration, cotisation régulière et responsabilité des tâches communes).

Cependant, les jardiniers doivent encore améliorer les règles relatives à la propriété et réviser leurs incitations financières pour tirer parti de leur négociation pouvoir de réduire les coûts de transaction.

Les programmes de renforcement des capacités peuvent sensibiliser des jardiniers à la nécessité d’améliorer leurs cadres organisationnels actuels, conduisant à une manière durable qui capitalise sur les avantages des coopératives.

De plus, pour faire face aux contraintes indépendantes de la volonté des coopératives (accès à la terre, sécurité foncière, crédits, coûts élevés des intrants et fonctionnement du marché), il existe un besoin évident pour le soutien des institutions publiques à l’aménagement des jardins urbains.

Citation :

Houessou, D., Thoto, F., Sonneveld, B., Aoudji, A.K.N., 2019. Urban agriculture in Benin: How can policy support gardeners? Cotonou and Porto-Novo.

Lire la suite

La tragédie des lacs intérieurs

La pression accrue sur les zones de pêche communales met à l’épreuve les réglementations entre les communautés de pêcheurs qui doivent préserver les eaux intérieures, leur capacité de production et leurs valeurs écologiques.

Les lacs intérieurs du Bénin sont un cas typique en tout point.

Avec le nombre croissant de pêcheurs et la pollution due à une population densément peuplée dans les zones urbaines, la menace de la surpêche et de la dégradation de l’eau est importante.

Cette étude se demande si les règles coutumières des communautés de pêche peuvent faire face aux défis futurs.

Ainsi, une enquête auprès de 839 pêcheurs a révélé que les accords de contrôle des eaux sont pratiquement absents et restent non surveillées alors que la méfiance et la perte de confiance dans les membres de la communauté et les institutions gouvernementales entraînent un faible niveau d’organisation.

Il est alarmant de constater l’incidence élevée des conflits qui se terminent violemment, l’insécurité alimentaire qui prévaut et un taux d’analphabétisme élevé limitant l’emploi au travail à bas salaire.

Les solutions aux contraintes identifiées vont au-delà du niveau individuel, nécessitant une action collective et une plateforme où les communautés de pêcheurs peuvent prendre les choses en main pour éviter une tragédie des eaux intérieures.

Citation :

Sonneveld, B., Thoto, F., Houessou, D., van Wesenbeeck, L., 2019. The tragedy of the inland lakes. Int. J. Commons 13, 609–636.

Lire la suite

Simuler les effets des exonérations fiscales sur l’utilisation des engrais au Bénin en reliant les modèles biophysiques et économiques

La faible augmentation de la productivité surfacique des cultures de base est un facteur majeur entraînant une dépendance accrue des pays africains sur les importations alimentaires.

L’utilisation accrue d’engrais minéraux peut considérablement améliorer l’équilibre alimentaire de nombreux pays et entraîner une baisse des prix des denrées alimentaires, une augmentation de l’approvisionnement alimentaire et la consommation et l’amélioration de la sécurité alimentaire et de l’état nutritionnel.

Au Bénin, en Afrique de l’Ouest, des mesures politiques pour améliorer l’accès des agriculteurs aux engrais sont biaisés en faveur de la production de coton.

Les résultats de la simulation suggèrent que l’exonération fiscale pourrait induire une utilisation accrue des engrais et ainsi améliorer la productivité agricole au Bénin.

Compte tenu des tendances démographiques projetées, le Bénin a besoin d’améliorer les rendements des cultures pour gérer les limites de la disponibilité des terres et la fertilité des sols.

Les simulations montrent qu’il existe un potentiel d’augmentation de la productivité des cultures grâce à l’application d’engrais minéraux.

Élargir les domaines où les éléments nutritifs sont ajoutés aideront à freiner l’accélération de la dégradation des sols grâce à l’extraction de nutriments.

Mais, l’effet positif de l’application des engrais sur les rendements des cultures peut être freinée par le changement climatique, surtout si les précipitations annuelles devaient diminuer.

Cependant, peu importe du changement climatique, l’efficacité de l’eau serait plus élevée avec ou sans apport supplémentaire de nutriments.

L’approvisionnement alimentaire pourrait être amélioré énormément sans une augmentation significative de l’utilisation des terres et la perte d’habitat naturel.

Citation :

Kuhn, A., Gaiser, T., Gandonou, E., 2010. Simulating the effects of tax exemptions on fertiliser use in Benin by linking biophysical and economic models. Agric. Syst. 103, 509–520.

Lire la suite

Qualité sensorielle et sécurité des exhausteurs de goût commercialisés dans le sud et le centre du Bénin : une prospective des acteurs

Les consommateurs de afitin, un condiment traditionnel obtenu à partir de cotylédons fermentés de néré, ont récemment commencé à remarquer que le produit est fabriqué en incorporant secrètement les graines de soja dans la recette ce qui entraine une baisse de sa réputation.

Bien que afitin soit réputé pour ses bienfaits supposés pour la santé, le consommateur béninois des exhausteurs de goût ne considèrent pas que afitin seul en tant que produit peut augmenter le goût des aliments comme le font les cubes de bouillon.

En outre, les acteurs ont recommandé l’évaluation de la qualité nutritionnelle et sanitaire des exhausteurs de goût disponibles sur le marché local et de développer un exhausteur de goût à base de afitin qui répondent aux besoins des consommateurs.

Les consommateurs béninois choisissent leurs exhausteurs de goût principalement en considérant leur goût, leur arôme, leur prix et leur composition.

Afitin, un substitut potentiel à exhausteurs de goût commerciaux, sa consommation est entravée par (a) sa forte odeur, (b) la risques de réactions allergiques dues à sa consommation, et (c) la notion que sa production manque hygiène.

Les consommateurs considèrent qu’Afitin seul n’est pas capable de générer autant de saveur que des exhausteurs de goût commerciaux.

Les chercheurs recommandent l’évaluation de l’innocuité et valeur nutritive des exhausteurs de goût commerciaux (CTE) et le développement d’un exhausteur de goût en mélangeant l’Afitin de soja avec d’autres condiments.

Citation :

Sogbossi, C., Madodé, Y.E., Hounhouigan, M.H., Linnemann, A.R., Hounhouigan, D.J., 2016. Sensory quality and safety of taste enhancers commercialized in southern and central Benin : A stakeholder prospective. RUFORUM Work. Doc. Ser. 14, 935–940.

Lire la suite

Demande saisonnière en eau dans l’agriculture béninoise

Les données statistiques officielles concernant les quantités d’eau ainsi que les connaissances sur les facteurs influençant la demande en eau sont extrêmement rares et révèlent souvent des tendances nationales sans tenir compte des régions ou des différences locales.

L’approvisionnement en eau en termes absolus semble être suffisant au Bénin mais des problèmes d’eau saisonniers surviennent à la fois dans l’irrigation, l’agriculture et dans la gestion du bétail.

Les problèmes d’eau saisonniers qui se posent ne sont pas la conséquence d’une pénurie générale d’eau mais plutôt liés à trois problèmes majeurs. Ces problèmes découlent des difficultés d’équipement technique et de moyens financiers des agriculteurs, des spécificités locales conditions influençant l’accès aux sources d’eau et l’extraction des eaux souterraines, et troisièmement de la faible structure organisationnelle globale de gestion de l’eau.

Les différences régionales ainsi qu’une amélioration générale des connaissances sur de meilleures structures de gestion, le savoir-faire technique et l’accès au crédit pour les agriculteurs doit être pris en compte dans les stratégies nationales afin d’améliorer l’utilisation de l’eau agricole au Bénin.

La disponibilité de l’eau et la fiabilité de l’agriculture pourraient être sensiblement améliorées réduisant les impacts saisonniers sur la production des agriculteurs et ainsi stabiliser leurs revenus.

Les systèmes d’irrigation urbains et périurbains, ainsi que les systèmes d’irrigation à grande échelle ne sont pas bien organisés. Leur importance peut être soulignée par les expériences passées qui démontrent que ces systèmes ont des moyens financiers et technologiques adéquats, mais étaient plus susceptible d’échouer sans aide extérieure.

Il est recommandé aux décideurs de considérer de près le secteur agricole au Bénin en raison de son potentiel de développement et sa nécessité vis-à-vis de la croissance démographique.

Cependant, le potentiel pour le développement général et la sécurité alimentaire ne tient vrai si les obstacles de l’utilisation saisonnière de l’eau dans l’agriculture, comme pour l’irrigation et la demande en eau pour le bétail sont bien pris en compte.

Citation :

Gruber, I., Kloos, J., Schopp, M., 2009. Seasonal water demand in Benin ’ s agriculture. J. Environ. Manage. 90, 196–205.

Lire la suite

Impact de la salinité sur la production de tomate le long des zones côtières de la République du Bénin

La tomate est le légume le plus cultivé au Bénin. C’est une importante source de revenus qui contribue fortement à la réduction de la pauvreté au Sud du Bénin.

15 variétés de tomates ont été répertoriées dans la zone d’étude avec le nombre le plus élevé à Avlékété (7) et le plus faible à Djègbadji et Grand-Popo.

La salinité provoque des conditions défavorables qui restreignent la production végétale normale. Les facteurs qui contribuent de manière significative à la salinité étaient la salinité du sol, la brise humide de la marée haute en particulier entre juin et août et l’arrosage direct des cultures avec de l’eau salée.

Besoins d’accès au crédit agricole

La salinité dans les zones côtières du Bénin a affecté la croissance de la tomate, la longueur des feuilles et le nombre de feuilles, ce qui a réduit les rendements et dans les cas graves, le rendement total a été perdu.

Présence d’une grande variabilité dans la hauteur des plants, les feuilles, la qualité de la tomate, le rendement et la sensibilité aux stress environnementaux (salinité, inondations etc.) des variétés de tomates étudiées

Trois variétés, aclinkon, petomèche et sonafel, étaient modérément tolérantes à la salinité parmi les 15 variétés recensées. La hauteur des plants, le rendement et la qualité de la tomate ont été sérieusement affectés dans ces zones.

Développement de nouvelles variétés de tomates comme mesure d’adaptation pour surmonter les effets néfastes du changement climatique sur la production agricole

Citation:

Ezin, V., Yabi, I., Ahanchede, A., 2012. Impact of salinity on the production of tomato along the coastal areas of Benin Republic. African J. Environ. Sci. Technol. 6, 214–223.

Lire la suite

Risque environnemental élevé et faible rendement des jardins de tomates urbains au Bénin

L’agriculture urbaine détient le plus de potentiel pour nourrir une population croissante, lutter contre la pauvreté urbaine et assurer la sécurité alimentaire.

Grande variabilité des rendements expliquée par des pratiques agricoles non optimales conduisant à de graves dommages causés par les parasites.

Application systématique des insecticides par les agriculteurs contrairement à leur utilisation occasionnelle pour le contrôle des maladies et des nématodes.

Helicoverpa armigera également appelé « ver de la capsule du cotonnier » est le principal ravageur de la tomate du jardin urbain et sensible aux pyréthroïdes.

Difficulté des agriculteurs à identifier des ravageurs avec pour corolaire, un choix inadéquat des insecticides avec une faible efficacité.

Risque élevé de perte entière de la récolte malgré les nombreux traitements d’insecticides lors d’une attaque précoce de Tetranychus evansi.

Difficultés des agriculteurs à distinguer les maladies fongiques et bactériennes à partir de symptômes de virus tels que la cloque jaune de la tomate, virus transmis par l’aleurode Bemisia tabaci, entraînant à nouveau un choix inadéquat et une faible efficacité des produits.

Pratiques de lutte antiparasitaire susceptibles de résulter d’un manque de connaissances et de soutien technique. Il existe une corrélation entre la pression foncière des cultures et le niveau d’intensification des pratiques de fertilisation.

Gestion de l’irrigation particulièrement intensive (pas optimale) avec des quantités élevées et variables des apports d’eau conduisant à des consommations de carburant importantes et variables (la plupart des types de systèmes de culture utilisant des pompes).

Mauvaises pratiques et risques élevés pour la santé et l’environnement dans la production urbaine de tomates

Citation:

Perrin, A., Basset-mens, C., Huat, J., Yehouessi, W., 2015. High environmental risk and low yield of urban tomato gardens in Benin. Agron. Sustain. Dev. 35, 305–315.

Lire la suite

Production maraîchère à risques liés aux métaux toxiques dans l’eau d’irrigation au Bénin

Plusieurs sources de contamination par des polluants toxiques du sol de jardinage et l’eau des marécages et de la rivière traversante les champs agricoles affectent la qualité sanitaire des légumes cultivés

L’eau utilisée pour l’irrigation des légumes ainsi que le sol sur lequel ils sont cultivés sont contaminés par des substances toxiques métaux

Bioaccumulation de l’arsenic et du cadmium dans les légumes que dans le sol contrairement au plomb où son niveau dans le sol dépasse celui dans les légumes

Les légumes-feuilles seront plus exposés que les non-feuilles: teneurs en plomb dans Daucus carota et dans Allium cepa, les légumes non feuillues, sont parmi les plus bas. Mais, ce résultat ne permet de conclure sur l’origine de la contamination du végétal.

La contamination des légumes dépend de l’utilisation de pesticides. Des études ont mis en évidence d’autres facteurs impliqués dans la bioaccumulation de substances métaux toxiques par les organismes vivants : spéciation des métaux, nature de l’organisme bioaccumulable, biotique et physico-chimique

Une contamination des légumes par les métaux toxiques dépend du sol, de l’eau, de l’environnement du site de jardinage et l’utilisation ou non de pesticides.

Dans tous les cas, en raison du risque imminent de toxicité, l’adoption d’un comportement raisonnable et le développement d’une agriculture durable sont nécessaires pour combiner la sécurité des aliments, le développement économique, la protection de l’environnement et la santé publique.

Citation:

Koumolou, L., Edorh, P., Montcho, S., Aklikokou, K., Loko, F., Boko, M., Creppy, E.E., 2013. Health-risk market garden production linked to heavy metals in irrigation water in Benin. C. R. Biol. 336, 278–283.

Lire la suite

Paramètres de croissance et de mortalité de P. senegalensis et P. typus (Sciaenidae) dans les eaux littorales du Bénin (Afrique de l’Ouest) et leurs implications pour la gestion et la conservation

Surexploitation des pêcheries en Afrique et au Bénin expliquée par le manque de données sur la pêche, des stratégies de gestion inefficaces et des politiques non appliquées.

Les Pseudotolithes sont des espèces principalement pêchées à la senne de plage au large des eaux littorales béninoises.

Baisse du niveau de capture de ces espèces avec une méconnaissance de la dynamique de leur population.

Deux Sciaenidés commercialement importants (Pseudotolithus senegalensis et Pseudotolithus typus) et pêchés à la senne de plage au Bénin ont permis d’étudier leur niveau de croissance et de mortalité.

  1. senegalensis présentait une croissance isométrique (croissance égale de toutes les parties du corps) avec une mortalité Z = 4,39 par an contrairement à P. typus qui présentait une croissance allométrique négative (croissance lente de certaines parties du corps au détriment d’autres) avec une mortalité Z = 4,12 par an.

Le taux d’exploitation des deux espèces de poissons était supérieur au critère optimum d’exploitation, ce qui est révélateur d’une surpêche.

Plusieurs actions de gestion immédiates, telles que la réglementation de la taille limite en augmentant progressivement le maillage des sennes de plage et les délais de réglementation en restreignant la pêche en dehors de la saison de ponte, sont considérées comme nécessaires à l’exploitation durable de ces stocks.

Citation:

Sossoukpe, E., Nunoo, F.K.E., Ofori-danson, P.K., Fiogbe, E.D., Dankwa, H.R., 2013. Growth and mortality parameters of P . senegalensis and P . typus ( Sciaenidae ) in nearshore waters of Benin ( West Africa ) and their implications for management and conservation. Fish. Res. 137, 71–80.

Lire la suite