Compromis de floraison et de synchronisation de maturité pour la qualité de l’ananas

Dans la filière ananas du Bénin, la mauvaise qualité des fruits empêche les producteurs d’ananas d’entrer sur le marché européen.

Nous avons étudié les effets des pratiques culturales courantes, la floraison et synchronisation de la maturité, (1) pour quantifier les compromis entre floraison et synchronisation de la maturité pour la qualité de l’ananas et la proportion de fruits exportables vers les marchés européens, et (2) déterminer l’effet des pratiques de récolte sur les attributs de qualité avec les cultivars Sugarloaf et Smooth Cayenne.

L’induction de la floraison artificielle a donné des fruits avec un poids d’infrutescence plus faible, un rapport couronne/infrutescence plus élevé en longueur, et une proportion de fruits exportables vers les marchés européens plus faible que l’induction de la floraison naturelle.

Les coûts des améliorations par induction naturelle de la floraison étaient énormes : les durées plus longues de la plantation à l’induction de la floraison et à la récolte, le nombre plus élevé de récoltes des fruits augmentant le coût de la main-d’œuvre et la plus faible proportion de plantes produisant des fruits par rapport aux cultures de plantes induites par la floraison artificielle.

L’induction de la maturité artificielle a diminué la concentration totale de solides solubles dans les fruits diminuant ainsi la proportion de fruits exportables vers les marchés européens, avec un avantage d’un temps légèrement plus court entre l’induction de la floraison et la récolte.

La récolte des fruits individuels à maturité optimale a donné des fruits avec des solides solubles totaux plus élevés dans les fruits induits par la maturité par rapport naturellement à la pratique de récolte des agriculteurs.

Étant donné les coûts énormes d’induction de floraison naturelle, les options pour utiliser efficacement l’induction de floraison artificielle pour obtenir des fruits de haute qualité est discutée.

Citation :

Hotegni, V.N.F., Lommen, W.J.M., Agbossou, E.K., Struik, P.C., 2015. Trade-Offs of Flowering and Maturity Synchronisation for Pineapple Quality. PLoS One 10, 1–28.

Lire la suite

Relation entre les pratiques de gestion, l’infection fongique et l’aflatoxine du maïs stocké au Bénin

Le lien entre les pratiques de pré-récolte et de récolte et qualité post-récolte du maïs au Bénin (Afrique de l’Ouest) a été étudié de 1993 à 1995.

Les niveaux d’infection fongique et d’aflatoxine ont été évalués dans 300 magasins d’agriculteurs dans quatre zones agro-écologiques au début du stockage (échantillon A) et 6 mois plus tard (échantillon B).

Aspergillus flavus ont infecté de 10 à 20 % des grains de l’échantillon A (1993-1994) contrairement à l’échantillon B où les grains étaient infectés par A. flavus de 54 à 79 %.

Mais, en 1994-1995, l’infection à A. flavus a été plus élevé dans l’échantillon A (27 à 47 %) que dans l’échantillon B (8 à 26 %).

Les espèces Fusarium ont été trouvées dans 38 à 58 % des grains de l’échantillon pendant les deux années, mais a légèrement diminué à 29–51 % dans l’échantillon B.

Des effets agroécozonaux significatifs existaient dans les échantillonnages, mais n’étaient pas cohérents entre les échantillonnages et les années.

Les facteurs associés avec une augmentation de l’aflatoxine étaient : la plantation de variétés locales de maïs au sud du Bénin, en association avec le niébé, arachide ou manioc, l’utilisation d’engrais à base d’urée, les dommages créés aux maïs au champ, récolte prolongée, période de séchage long sur le terrain, et le vannage.

Des pratiques qui conduisent à une contamination réduite par les aflatoxines étaient : la plantation de variétés améliorées au nord du Bénin, cultures mixtes avec des légumes, l’utilisation d’engrais NPK, le séchage de la récolte des épis (sans l’enveloppe) pendant 60 à 90 jours, le tri des oreilles de mauvaise qualité.

Il est nécessaire de développer des paquets de technologies de pratiques de gestion efficace du stock de maïs.

Citation :

Hell, K., Cardwell, K.F., Poehling, H., 2003. Relationship between Management Practices , Fungal Infection and Aflatoxin for Stored Maize in Benin. J. Phytopathol. 698, 690–698.

Lire la suite

Diversité morphotypique de Corchorus olitorius et influence des pratiques agricoles sur ses principaux insectes ravageurs potentiels

Corchorus olitorius L. est l’un des légumes-feuilles traditionnels de haute valeur alimentaire et socio-économique en Afrique.

Bien que largement exploitée, sa diversité variétale est méconnue et sa domestication reste contestée par les ravageurs et les maladies actuellement observées parmi les utilisateurs de subsistance.

Il existe sept morphotypes différents de C. olitorius, dont trois sauvages mais utilisés en médecine traditionnelle et quatre cultivés.

Parmi les neuf contraintes signalées par les agriculteurs, l’attaque de sept insectes ravageurs et la non-distinction des graines de différents morphotypes cultivés sont les deux contraintes les plus importantes.

Les sept ravageurs potentiels les plus courants des insectes observés par 10 à 100 % des agriculteurs dans la zone d’étude sont : Acrea sp, Aulacophora africana, Helicoverpa armigera, Spodoptera litoralis, Zonocerus variegatus, Podagrica spp. et Acrea acerata.

L’infestation par ces insectes n’étaient pas liés à des morphotypes spécifiques de C. olitorius, mais variaient selon la localité.

Les pratiques agricoles susceptibles d’influencer la présence de tout organisme nuisible C. olitorius étaient les cultures intercalaires et la coupe de dormance, plantule après semis et nombre de récoltes.

Contribuer à une meilleure production des variétés de C. olitorius et les différentes associations de cultures pourraient être intégrées dans des méthodes de gestion écologique des ravageurs de C. olitorius.

Citation :

Gbèdolo, A.E., Dassou, A.G., Dassou, H.G., Dossou, I.A., Omondi, A.B., Dansi, A., 2018. Morphotype diversity of Corchorus olitorius and influence of agricultural practices on its potential major pest insects. Sci. Hortic. (Amsterdam). 239, 234–241.

Lire la suite

Déterminants de la performance des producteurs de maïs au Bénin, Afrique de l’Ouest

354 producteurs de maïs sont enquêtés pour identifier les facteurs limitant sa productivité au Bénin. Le rendement moyen du maïs est de 1 347 kg/ha.

La main-d’œuvre, l’engrais, de capital et le taux de semis ont des effets positifs sur la productivité des producteurs de maïs. Aussi, la productivité des terres dépende de l’utilisation d’engrais.

Les faibles niveaux de rendement sont souvent liés aux imperfections du marché, du manque de données sur l’état des sols.

Le modèle d’efficience a révélé qu’une augmentation de la production de maïs d’environ 25 pour cent peut être réalisée à court terme en adoptant les meilleures pratiques agricoles et en s’attaquant aux contraintes socio-économiques et structurelles.

L’accès au marché, aux services de vulgarisation et le sexe réduisent l’inefficacité technique des agriculteurs, alors que l’éducation, la taille du ménage et l’expérience agricole augmentent l’inefficacité technique des agriculteurs.

Encourager les acteurs politiques à faciliter l’accès aux intrants, au capital et à la formation des producteurs. Aussi, la promouvoir le développement des infrastructures dans les zones agricoles.

L’augmentation du rendement du maïs nécessite une intensification de la production (capital, engrais, travail et semences) plutôt qu’une augmentation de la superficie des terres.

L’amélioration de l’accès aux services de vulgarisation et aux marchés contribuerait également à l’amélioration du rendement.

Citation :  Amegnaglo, C. J., 2018. Determinants of maize farmers’ performance in Benin, West Africa. Kasetsart Journal of Social Sciences. 1-7.

Lire la suite

Changement climatique et adoption de pratiques de gestion durable des terres dans le bassin du Niger au Bénin

Au total, 396 agriculteurs ont été interrogés, mais les données de 354 ont été choisis aléatoirement, traitées dans 18 villages pour neuf zones ou quartiers.

38% des agriculteurs interrogés viennent de Kandi, 32% de Zè et 30% de Glazoué, 73% des répondants sont des hommes et un tiers sont jeunes (18-35 ans).

La principale culture des agriculteurs (73%) est le maïs et 57,3% des producteurs déclarent que l’agriculture est leur seule source de revenus.

Les utilisateurs potentiels des prévisions climatiques saisonnières utilisent plus d’engrais que les non-utilisateurs potentiels.

Les agriculteurs ont besoin de prévisions climatiques saisonnières précises entre 1 et 2 mois avant le début des pluies.

Les canaux de diffusion souhaitables sont la radio, les anciens locaux, les réunions d’agriculteurs locaux et les agents de vulgarisation. De même, les stratégies agricoles susceptibles d’être utilisées sont les suivantes : changement de date de plantation, de superficie cultivée, de variété de culture et intensification de la production.

Les prévisions climatiques saisonnières sont une source d’amélioration de la performance des agriculteurs et le service doit être intégré dans les programmes de vulgarisation et dans le programme national de développement agricole.

Nécessité des prévisions climatiques saisonnières sur les précipitations et l’intensité de la saison sèche.

conception des programmes visant à améliorer l’accès des agriculteurs aux principaux intrants.

Citation :  Amegnaglo, C.J., Anaman, K. A., Mensah-Bonsu, A., Onumah, E. E., Gero, F. A., 2017. Contingent valuation study of the benefits of seasonal climate forecasts for maize farmers in the Republic of Benin, West Africa. Climate Services. 6, 1–11.

Lire la suite

Perceptions du changement climatique et stratégies de réponse au Bénin : le cas des producteurs de maïs

Les données utilisées dans cette étude sont collectées auprès d’un échantillon aléatoire de 200 cultivateurs de maïs dans la municipalité de Zè.

les agriculteurs ont perçu les variables climatiques et sont conscients du changement climatique. Les stratégies d’adaptation utilisées par les producteurs de maïs comprennent l’ajustement de la période de semis, l’utilisation de variétés de cultures améliorées, l’intégration des cultures et du bétail et la plantation d’arbres.

Détermination d’un modèle probit multivarié pour estimer les facteurs affectant l’utilisation des mesures d’adaptation par les agriculteurs.

les principaux déterminants des stratégies d’adaptation au changement climatique sont les variables socio-économiques et institutionnelles telles que l’âge, le sexe, le statut marital, l’éducation, l’expérience dans la production de maïs, le crédit, la distance au marché, la possession d’une télévision et la formation agricole.

La mise en place d’un système d’alerte précoce qui permettrait aux agriculteurs d’être informés d’éventuelles perturbations climatiques.

Amélioration de l’offre de crédit agricole et la formation des agriculteurs couplés avec la nécessité de mesures de soutien institutionnel et technologique pour s’adapter au changement climatique.

Citation :  Soglo, Y. Y., Nonvide, G. M. A., 2019. Climate change perceptions and responsive strategies in Benin: the case of maize farmers. Climatic Change. 155, 245 – 256.

Lire la suite

Diversité des espèces végétales d’importance, négligées et sous-utilisées au Bénin.

Les Africains en général et les Béninois en particulier souffrent ou meurent de malnutrition au milieu d’une grande diversité de cultures alimentaires hautement nutritives, par ignorance ou par négligence.

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Une étude menée dans 50 villages au Bénin a révélé 41 espèces végétales négligées et sous-utilisées (NUCS).

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Les raisons importantes de cette négligence sont le manque de soutien financier pour la recherche orientée vers les cultures négligées, l’absence de politique nationale de promotion, le manque de marchés organisés, la sensibilité aux parasites et aux maladies, le manque de pratiques culturales et de variétés améliorées, le faible rendement et la production laborieuse.

19 des 41 espèces ont été identifiées comme prioritaires sur la base de 10 critères à savoir : ampleur de la production, ampleur de la consommation, degré de consommation, valeur nutritionnelle perçue, importance culturelle, propriétés médicinales, utilisation commerciale, valeur marchande, contribution au revenu du ménage et contribution à l’autonomisation des femmes.

Les NUCS ont une valeur nutritionnelle et médicinale intéressante et sont une source importante de revenus pour les ménages.

La promotion des NUCS va contribuer de manière substantielle à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre la malnutrition au Bénin.

Pour la promotion de ces espèces végétales négligées et sous-utilisées au Bénin, il sera important de mettre en place un programme national et spécial de recherche et de développement.

Citation :

Dansi, A., Vodouhè, R., Azokpota, P., Yedomonhan, H., Assogba, P., Adjatin, A., Loko, Y.L., Dossou-Aminon, I., Akpagana, K., 2012. Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin. TheScientificWorldJournal 2012.

Lire la suite

Évaluation de la diversité du manioc (Manihot esculenta Crantz), de la perte des variétés locales et des critères de préférence des agriculteurs dans le sud du Bénin à l’aide d’une approche participative des agriculteurs.

Le manioc (Manihot esculenta Crantz) est l’une des cultures vivrières les plus produites et consommées en République du Bénin.

Environ 11 contraintes de production ont été listées par les agriculteurs, et les plus importantes étaient la faible productivité, la faible capacité de stockage souterrain des racines de certains cultivars, les maladies virales (mosaïque du manioc), la sensibilité à une forte humidité du sol, et le manque de cultivars à maturation précoce, qui représentaient ensemble 68,02 % du total des réponses.

125 variétés locales existantes ont été enregistré au nombre desquels 59 cultivars élites (cultivés par de nombreux ménages et sur de grandes surfaces) ont été identifiés et ensuite regroupés en 23 catégories en fonction de leurs caractéristiques agronomiques, technologiques et culinaires.

Les caractérisations agro-morphologiques et moléculaires sont également recommandées pour clarifier les erreurs de désignation et l’identification variétale.

Dans le cadre de la diversité existante, le choix ou les préférences des cultivars sont basés sur 22 critères culinaires, technologiques, agronomiques et économiques et leur importance varie selon les départements. Parmi ces critères, les plus importants sont la productivité élevée, la bonne qualité du gari, la maturité précoce et la bonne friabilité, qui représentent ensemble 48,12 % du total des réponses.

Dans la plupart des villages, la perception des agriculteurs de la perte de cultivars était basée sur l’abandon de certains cultivars en raison de leurs mauvaises caractéristiques agronomiques (69,12 % des réponses) et culinaires et/ou technologiques (30,88 % des réponses).

Agre, A.P., Bhattacharjee, R., Dansi, A., Becerra Lopez-Lavalle, L.A., Dansi, M., Sanni, A., 2015. Assessment of cassava (Manihot esculenta Crantz) diversity, loss of landraces and farmers preference criteria in southern Benin using farmers’ participatory approach. Genetic Resources and Crop Evolution 2015 64:2 64, 307–320.

Lire la suite

Analyse du système de production et de distribution des semences de maïs (Zea mays L.) au Sud-Bénin

Les acteurs publics de sous-secteur semencier en 2013 sont le Service des Semences et Plants de la Direction de l’Agriculture, l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin, la Société Nationale pour la Promotion Agricole et les Centres Communaux et Régionaux de la Promotion Agricoles.

Les acteurs privés de sous-secteur semencier en 2013 sont la Fédération des Unions des Producteurs, l’Association Nationale des Semenciers du Bénin et les agriculteurs multiplicateurs de semences constitués en coopératives ou particuliers.

D’après la Direction de la Promotion de la Qualité et du Conditionnement des produits agricoles (DPQC) les quantités (en tonnes) de semences de maïs produites, sont passées de 4,5 ; 11,96 ; 212,15 (pré-base, base et certifiées respectivement) en 2007 à 0,57 ; 15,52 ; 3247,01 en 2012.

La production et la distribution des semences de maïs sont influencées par la politique nationale qui n’offre pas un environnement favorable à l’investissement privé dans le sous-secteur.

Le sous-secteur semencier est caractérisé par de faibles interactions entre secteurs public et privé, un manque de visibilité de l’association nationale semencière, une faible connaissance par les acteurs de la législation semencière, un faible niveau de technicité des agriculteurs multiplicateurs et l’absence d’entreprises commerciales semencières.

La vulgarisation des textes sur les semences, la définition d’un plan opérationnel pour la mise en œuvre de la politique de développement des semences, et la promotion des entreprises commerciales semencières contribueraient au renforcement des capacités des acteurs et, par conséquent, au développement du secteur des semences de maïs au Bénin.

Achigan-Dako, E.G., Houdegbe, A.C., Glèlè, M., Nono-Womdim, R., 2014. Analyse du système de production et de distribution des semences de maïs (Zea mays l.) au Sud-bénin. Biotechnology, Agronomy and Society and Environment 18.

Lire la suite

Diversité des espèces végétales d’importance, négligées et sous-utilisées au Bénin.

Les Africains en général et les Béninois en particulier souffrent ou meurent de malnutrition au milieu d’une grande diversité de cultures alimentaires hautement nutritives, par ignorance ou par négligence.

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Une étude menée dans 50 villages au Bénin a révélé 41 espèces végétales négligées et sous-utilisées (NUCS).

Les raisons de cette négligence varient selon les producteurs et les techniciens agricoles.

Les raisons importantes de cette négligence sont le manque de soutien financier pour la recherche orientée vers les cultures négligées, l’absence de politique nationale de promotion, le manque de marchés organisés, la sensibilité aux parasites et aux maladies, le manque de pratiques culturales et de variétés améliorées, le faible rendement et la production laborieuse.

19 des 41 espèces ont été identifiées comme prioritaires sur la base de 10 critères à savoir : ampleur de la production, ampleur de la consommation, degré de consommation, valeur nutritionnelle perçue, importance culturelle, propriétés médicinales, utilisation commerciale, valeur marchande, contribution au revenu du ménage et contribution à l’autonomisation des femmes.

Les NUCS ont une valeur nutritionnelle et médicinale intéressante et sont une source importante de revenus pour les ménages.

La promotion des NUCS va contribuer de manière substantielle à la réduction de la pauvreté et à la lutte contre la malnutrition au Bénin.

Pour la promotion de ces espèces végétales négligées et sous-utilisées au Bénin, il sera important de mettre en place un programme national et spécial de recherche et de développement.

Dansi, A., Vodouhè, R., Azokpota, P., Yedomonhan, H., Assogba, P., Adjatin, A., Loko, Y.L., Dossou-Aminon, I., Akpagana, K., 2012. Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin. TheScientificWorldJournal 2012.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Diversity of the neglected and underutilized crop species of importance in Benin.»

 

 

Lire la suite