Identification des stratégies optimales de développement agricole dans le bassin transfrontalier du fleuve Mékrou en Afrique de l’Ouest

L’agriculture de l’Afrique subsaharienne est l’une des moins productives au monde à cause des faibles niveaux d’irrigation et d’utilisation d’engrais.

Le Mékrou est un bassin fluvial transfrontalier à travers le Bénin, le Burkina Faso et Niger. Dans ce domaine, la production agricole joue un rôle stratégique majeur pour garantir la sécurité alimentaire des ménages pour le développement durable du bassin.

L’agriculture a le potentiel d’atténuer l’impact des changements climatiques en adoptant des pratiques plus intégrées et plus efficaces.

Le principal facteur limitant la production agricole est la faible fertilité du sol tandis que l’eau apparait comme facteur limitant lors des années sèches spécifiquement.

L’adoption d’une agriculture plus intensive et l’introduction de l’irrigation peut augmenter la capacité de l’agriculture à répondre et à s’adapter efficacement aux changements climatiques et d’autres facteurs de stress externes.

La mise en place des infrastructures de collecte et de stockage de l’eau ainsi que des meilleures pratiques agricoles pour augmenter la fertilité sont des voies à suivre pour améliorer la productivité et atteindre les objectifs de la sécurité alimentaire

L’irrigation peut augmenter considérablement le rendement et elle sera nécessaire pour s’adapter au climat attendu et l’augmentation de la variabilité des précipitations

Citation:

Pastori, M., Dondeynaz, C., Minoungou, B., Udias, A., Ameztoy, I., Hamatan, M., Cattaneo, L., Ali, A., Moreno, C.C., Ronco, P., 2019. Identification of Optimal Agricultural Development Strategies in the West African Sahel Mékrou Transboundary River Basin. In: Al., Y.B. et (Ed.), Agriculture and Ecosystem Resilience in Sub Saharan Africa, Climate Change Management. pp. 729–746.

Lire la suite

Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin.

L’igname occupe une place encore importante dans les zones à disponibilité forestière élevée.

Les superficies cultivées en igname demeurent pour moitié lies a des défrichements de forêts ou à des jachères forestières.

Dans les zones où ne subsistent plus ou très peu de jachères forestières, la production d’igname s’est fortement réduite mais ne disparaît pas,

Une partie de la culture de l’igname est installée dans des rotations derrière les céréales servant de tuteur, après une culture améliorante ou après le parcage de bœufs.

Dans les zones intermédiaires où l’igname constituait la principale source de revenus, il y a trois décennies mais où les jachères ont depuis peu disparu, on note la mise en culture des bas-fonds, dont une partie est consacrée à l’igname.

Finalement, suite à ces adaptations, les variétés précoces et à deux récoltes, adaptées à la transformation en igname pilée, demeurent très cultivées.

La mise en culture de bas-fonds et la culture des parcs à bétail constituent pour les producteurs des formes d’intensification endogènes.

Les systèmes faisant appel à des plantes de couverture et les systèmes agroforestiers préconisés par la recherche agronomique ne sont pas adoptés à grande échelle.

Les priorités des recherches devraient donc intégrer l’analyse des pratiques paysannes actuelles d’intensification.

Citation :

Floquet, A.B., Maliki, R., Tossou, R.C., Tokpa, C., 2012. Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin. Cahiers Agricultures 21, 427-437 (1).

Lire la suite

Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin.

L’igname occupe une place encore importante dans les zones à disponibilité forestière élevée.

Les superficies cultivées en igname demeurent pour moitié lies a des défrichements de forêts ou à des jachères forestières.

Dans les zones où ne subsistent plus ou très peu de jachères forestières, la production d’igname s’est fortement réduite mais ne disparaît pas,

Une partie de la culture de l’igname est installée dans des rotations derrière les céréales servant de tuteur, après une culture améliorante ou après le parcage de bœufs.

Dans les zones intermédiaires où l’igname constituait la principale source de revenus, il y a trois décennies mais où les jachères ont depuis peu disparu, on note la mise en culture des bas-fonds, dont une partie est consacrée à l’igname.

Finalement, suite à ces adaptations, les variétés précoces et à deux récoltes, adaptées à la transformation en igname pilée, demeurent très cultivées.

La mise en culture de bas-fonds et la culture des parcs à bétail constituent pour les producteurs des formes d’intensification endogènes.

Les systèmes faisant appel à des plantes de couverture et les systèmes agroforestiers préconisés par la recherche agronomique ne sont pas adoptés à grande échelle.

Les priorités des recherches devraient donc intégrer l’analyse des pratiques paysannes actuelles d’intensification.

Floquet, A.B., Maliki, R., Tossou, R.C., Tokpa, C., 2012. Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin. Cahiers Agricultures 21, 427-437 (1).

Lire la suite

Productivité et efficacité d’utilisation des nutriments du maïs, du sorgho et du coton dans la savane sèche d’Afrique de l’Ouest

Des pratiques agricoles durables sont nécessaires pour améliorer la sécurité alimentaire et soutenir les moyens de subsistance dans les Afrique de l’Ouest, où les carences en éléments nutritifs du sol et les systèmes de production pluviaux prédominent.

L’accumulation de la biomasse aérienne ne différait pas significativement entre les témoins, la pratique de la gestion intégrée sol-culture et l’utilisation élevée d’engrais minéraux jusqu’à 30, 50 et 60 jours après la plantation pour le maïs, le coton, et le sorgho, respectivement.

Les différences de croissance étaient substantielles pour chaque culture avec la biomasse la plus élevée surveillée avec une utilisation élevée d’engrais minéraux et la plus faible avec le témoin.

La biomasse et les rendements économiques à la récolte étaient les plus élevés sous une forte utilisation d’engrais minéraux et de pratique de gestion intégrée des sols et des cultures, même si l’ampleur était spécifique à la culture.

L’absorption de N et P par toutes cultures était plus élevé que dans les conditions de sol non amendées.

Il existe des variations intersaisonnières de l’absorption d’azote plus élevées pour le sorgho et le coton, mais plus faibles pour le maïs.

La stratégie de gestion du sol-culture intégré a donné les rendements les plus élevés et a considérablement amélioré l’efficacité d’utilisation de l’azote et du phosphore.

La pratique de gestion intégrée sol-culture conduit à l’amélioration des rendements et à l’utilisation des éléments nutritifs plus efficacement, et peut ainsi mieux soutenir les réponses de la culture sous la variabilité continue du climat.

Ces résultats peuvent contribuer à la formulation de recommandations spécifiques au site et à la culture pour pratiques agricoles dans la zone de savane sèche de l’Afrique de l’Ouest.

Amouzou, K.A., Naab, J.B., Lamers, J.P.A., Becker, M., 2018. Productivity and nutrient use efficiency of maize , sorghum , and cotton in the West African Dry Savanna. J. Plant Nutr. Soil Sci. 181, 261–274.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Productivity and nutrient use efficiency of maize, sorghum, and cotton in the West African Dry Savanna»

Lire la suite

Observations de l’entomophagie au Bénin – pratiques et potentiels

La sécurité alimentaire est un problème critique pour de nombreuses personnes à faible revenu pays, notamment en Afrique subsaharienne.

Les insectes peuvent être nutritionnellement riche et pourrait donc être utilisé pour résoudre les problèmes de malnutrition. Un premier pas vers l’utilisation des insectes comme ressource est d’identifier ceux qui sont traditionnellement consommés.

Vingt-neuf espèces d’arthropodes sont consommées à travers le Bénin. Les ordres prédominants sont les Orthoptères (48 %) et les Coléoptères (41 %).

La collecte d’insectes est une tradition ancestrale dans toutes les communautés décrites avec des différences considérables dans les préférences et méthodes de collecte parmi les groupes ethniques (les Anii, Fon, Nagot et Waama).

La mise en œuvre de l’élevage en captivité à petite échelle des espèces comestibles (non valorisées comme produit alimentaire) peut contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire en réduisant la malnutrition chez les jeunes enfants au Bénin.

Il est nécessaire de changer les perceptions nationales de l’entomophagie fondamentalement pour protéger et promouvoir l’entomophagie au Bénin.

Il faut tenir compte des différences culturelles en entomophagie entre différents groupes ethniques afin de faire la promotion des programmes ciblés.

Riggi, L.G., Veronesi, M., Goergen, G., MacFarlane, C., Verspoor, R.L., 2016. Observations of entomophagy across Benin – practices and potentials. Food Sec 8, 139–149.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Observations of entomophagy across Benin – practices and potentials »

Lire la suite

Améliorer les pratiques endogènes de culture-élevage des petits agriculteurs dans les zones rurales, périurbaines et urbaines du Bénin

Les systèmes traditionnels de culture et d’élevage utilisés dans les zones rurales, périurbaines et les zones urbaines du Bénin pour leur amélioration ont été décrits avec l’identification et la caractérisation de trois niveaux d’intégration à savoir : pas d’intégration (NI, 36 %), intégration partielle (PI, 55%) et intégration totale (TI, 9%).

En zone rurale, les agriculteurs peuvent étendre leur élevage de bétail à une plus grande taille. Disponibilité de plus de fumier pour la production des cultures et résidus de produits issus des récoltes valorisés dans l’alimentation animale.

La stabilité du bétail sur le terrain permet une meilleure utilisation de résidus et d’excréments, et de limiter les pertes d’éléments nutritifs lors du déplacement des animaux.

En région périurbaine, le lien entre l’agriculture et l’élevage dans le sens d’une intégration complète est faible.

Les agriculteurs périurbains, avec une faible disponibilité de la terre, peuvent insérer la culture fourragère dans leurs stratégies culturales et étendre la production de petits ruminants pour la valorisation des résidus et du fumier.

L’intégration peut être améliorée grâce à l’utilisation de sous-produits d’ananas dans l’alimentation des porcs.

En milieu urbain, l’élevage de porcin peut être un atout pour l’utilisation des résidus de légumes et l’augmentation des engrais bio.

La promotion de l’intégration peut se faire par une meilleure adéquation des systèmes de production à valoriser les résidus de récolte et le fumier disponibles.

Nécessité de mettre l’accent par la recherche sur des liens économiques pour la description de système intégré de culture-élevage.

Ivan, K.B., Houinsou, D., Vissoh, P., Houndonougbo, F., Houinato, M., 2015. Improving small-scale farmers ’ endogenous crop-livestock practices in rural , peri-urban , and urban areas of Benin. J. Anim. Plant Sci. 25, 3814–3826.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Improving small-scale farmers’ endogenous crop-livestock practices in rural, peri-urban, and urban areas of Benin»

 

Lire la suite