Que se passe-t-il entre l’accompagnement technico-institutionnel et l’adoption de l’agriculture biologique ? Une étude de cas du Bénin

Le débat actuel sur l’agriculture biologique met l’accent sur la durabilité des systèmes agricoles, les moyens de subsistance et la qualité des aliments sur le plan technique et économique, les facteurs influençant la conversion de l’agriculture biologique.

L’article vise à décrire les facteurs d’adoption associés aux systèmes d’appui technique mis en place pour la promotion de l’agriculture biologique, basée sur une étude de cas au Bénin.

Les facteurs importants qui ont affecté l’adoption de l’agriculture biologique étaient leurs perceptions des caractéristiques de la technologie, les facteurs économiques, l’appui institutionnel aux réseaux d’apprentissage sociotechniques, et le crédit acquis par les organisations non gouvernementales organisme de promotion de l’agriculture biologique.

Les besoins de compétence, d’appartenance sociale, et la sécurité des revenus agricoles agissent comme médiateurs psychosociaux entre l’appui technique et institutionnel et la motivation à se convertir à l’agriculture biologique.

Aux côtés de leurs capacités techniques, la capacité des agriculteurs conseillers pour faire face aux facteurs psychosociaux associés avec les systèmes de soutien institutionnel semble être crucial pour motiver les agriculteurs à adopter l’innovation.

La théorie cognitive de l’évaluation élargie pour traiter les problèmes de sécurité aide à explorer les interfaces entre les institutions système de soutien et l’adoption de l’agriculture biologique.

Citation :

Moumouni, I., Baco, M.N., Tovignan, S., Gbèdo, F., Nouatin, G.S., Vodouhê, S.D., Liebe, U., 2013. What happens between technico-institutional support and adoption of organic farming ? A case study from Benin. Org. Agr. 3, 1–8.

Lire la suite

Vaudou versus comités de pêche : le rôle des institutions traditionnelles et contemporaines dans la gestion des pêches

Nous étudions la coexistence de deux institutions communautaires de gestion des pêches au Bénin : une institution ancrée dans la religion vaudou et une institution laïque récente sous la forme de comités de pêche.

En utilisant les données d’enquêtes auprès des ménages sur les activités de pêche, nous constatons que les règles des deux institutions ont un impact significatif mais faible sur l’utilisation d’engins de pêche non durables.

Nous constatons en outre que les pêcheurs vaudous brisent la règle traditionnelle basée sur le vaudou pour suivre la règle du comité de pêche dans la même mesure que les autres pêcheurs.

Ce constat est cohérent avec une transition possible de l’institution traditionnelle basée sur le vaudou vers l’institution laïque du comité des pêches.

Nos résultats empiriques confirment les preuves qualitatives du rôle de l’institution traditionnelle vaudou dans la régulation des activités de la pêche sur les lacs du sud du Bénin.

Cette étude préconise une approche de gestion intégrée des ressources, où les institutions sont combinées avec des institutions de gestion contemporaines et les technologies.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour bien comprendre comment ces institutions et leur interaction affectent le comportement de pêche, et quelles sont les implications politiques.

Des recherches futures pourraient examiner plus en détail si d’autres éléments de l’institution traditionnelle basée sur le vaudou (comme l’interdiction pêcher les jours de culte) peut être utilement intégré à la gestion de la ressource, ou si d’autres religions peuvent jouer un rôle dans la gestion des ressources.

Citation :

Alonso, E.B., Houssa, R., Verpoorten, M., 2016. Voodoo versus fishing committees : The role of traditional and contemporary institutions in fisheries management. Ecol. Econ. 122, 61–70.

Lire la suite

Leadership vertical des prix sur les marchés locaux du maïs au Bénin

Dans la littérature sur l’organisation industrielle, les prix de détail sont souvent supposés être déterminé par les conditions du marché de gros. De même, dans la littérature du marketing sur le fonctionnement des marchés alimentaires dans les pays tropicaux, le leadership vertical des prix des grossistes est souvent conjecturé mais non testé empiriquement.

Les relations de prix verticales entre les grossistes et les détaillants ont été examiné sur cinq marchés du maïs au Bénin.

Pour tester empiriquement si oui ou non les grossistes ont un certain pouvoir de fixation des prix vis-à-vis des détaillants, la méthode à trois modèles, considérés comme des candidats possibles, a été appliqué pour décrire la relation verticale des prix dans les circuits de commercialisation des marchés locaux du maïs au Bénin.

Nous montrons que la tendance stochastique commune et l’erreur de déséquilibre à long terme doit être explicitement prise en compte pour interpréter correctement les restrictions sur la correction d’erreur en termes de pouvoir économique dans le canal.

Des différences intéressantes entre les marchés sont trouvés. Dans les deux grandes villes, les détaillants jouent un rôle plus important dans le processus de formation des prix qu’on ne le suppose généralement dans la littérature sur l’économie du développement.

Dans les deux grands centres ruraux, cependant, les grossistes impliqués dans l’arbitrage entre les marchés urbains influencent la formation des prix.

Les relations entre grossistes et détaillants varient entre les places de marché. Contrairement à l’hypothèse courante dans les études de développement, les détaillants jouent un rôle crucial dans le processus de formation des prix.

Les conditions du marché local sont déterminantes dans la répartition du pouvoir de marché entre les détaillants et les grossistes. Par conséquent, la déclaration « le segment du marché de détail est dominé par le marché de gros segment’ doit être testé, avant qu’il ne soit imposé comme hypothèse sur un modèle.

Citation :

Kuiper, W.E., Lutz, C., van Tilburg, A., 2003. Vertical price leadership on local maize markets in Benin. J. Dev. Econ. 71, 417–433.

Lire la suite

Utilisation du SIG Web comme outil de développement agricole avec les légumes indigènes africains

La sécurité alimentaire est une priorité pour la plupart des pays africains. En République du Bénin et au Nigéria, les équipes de recherche développent des outils et stratégies pour soulager le stress causé par l’insécurité alimentaire.

Une approche innovante pour aborder la sécurité alimentaire consiste à utiliser un système SIG, mais ce système nécessite une collecte complète de données.

Pour la zone d’étude, ces données étaient auparavant indisponibles. Des outils tels qu’une interface cartographique et le calculateur de profit brut ont été créés pour améliorer le système basé sur le Web.

Les données climatiques recueillies sur le terrain ont été combinés pour créer un ensemble de données complet pour le projet MicroVeg. Avec plus de données de collaboration, concernant à la fois types et le volume, peuvent être entrés dans la base de données. Ainsi, ce qui en fait un produit robuste et système dynamique pour l’amélioration de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest.

La recherche des données ont ensuite été intégrées pour fournir des recommandations aux petits agriculteurs de la région. Cette approche peut servir de modèle pour la recherche de développement future autour du monde.

Les outils décrits dans la base de données WebGIS sera étendu à l’avenir pour inclure données climatiques mises à jour, modélisation climatique, et une approche de mise à l’échelle basée sur le SIG

Citation :

Minielly, C., Peak, D., Zeng, W., Yuan, S., Bell, S., 2019. Using WebGIS as a Tool for Agricultural Development with African Indigenous Vegetables. Spat. Knowl. Inf. Canada 7, 1–8.

Lire la suite

Agriculture urbaine au Bénin : Comment la politique peut-elle soutenir les jardiniers ?

L’agriculture urbaine est une activité répandue qui pourrait contribuer à la réalisation de divers Objectifs de Développement Durable fixés par les Nations Unies.

L’agriculture urbaine au Bénin ne fait pas exception et cette étude vise à combler le déficit de connaissances avec un accent sur l’organisation et la gestion.

Les études ont permis d’avoir des informations sur les caractéristiques du ménage, les activités de jardinage et les revenus, la nourriture et la sécurité nutritionnelle, organisation et gestion des jardins, les bénéfices pour les femmes et le développement socio-économique et des contraintes identifiées sur le développement des jardins urbains.

L’étude a montré que le jardinage urbain est une activité dominée par les hommes qui fournit des revenus pour couvrir les besoins de base des ménages (logement, transport) et améliore la diversité de l’alimentation.

Les jardiniers sont de vrais entrepreneurs qui génèrent des revenus à la fois du jardinage et des emplois annexes tout au long de l’année. Ils sont pour la plupart bien organisés en coopératives avec un bon système de gestion (élection d’un conseil d’administration, cotisation régulière et responsabilité des tâches communes).

Cependant, les jardiniers doivent encore améliorer les règles relatives à la propriété et réviser leurs incitations financières pour tirer parti de leur négociation pouvoir de réduire les coûts de transaction.

Les programmes de renforcement des capacités peuvent sensibiliser des jardiniers à la nécessité d’améliorer leurs cadres organisationnels actuels, conduisant à une manière durable qui capitalise sur les avantages des coopératives.

De plus, pour faire face aux contraintes indépendantes de la volonté des coopératives (accès à la terre, sécurité foncière, crédits, coûts élevés des intrants et fonctionnement du marché), il existe un besoin évident pour le soutien des institutions publiques à l’aménagement des jardins urbains.

Citation :

Houessou, D., Thoto, F., Sonneveld, B., Aoudji, A.K.N., 2019. Urban agriculture in Benin: How can policy support gardeners? Cotonou and Porto-Novo.

Lire la suite

La tragédie des lacs intérieurs

La pression accrue sur les zones de pêche communales met à l’épreuve les réglementations entre les communautés de pêcheurs qui doivent préserver les eaux intérieures, leur capacité de production et leurs valeurs écologiques.

Les lacs intérieurs du Bénin sont un cas typique en tout point.

Avec le nombre croissant de pêcheurs et la pollution due à une population densément peuplée dans les zones urbaines, la menace de la surpêche et de la dégradation de l’eau est importante.

Cette étude se demande si les règles coutumières des communautés de pêche peuvent faire face aux défis futurs.

Ainsi, une enquête auprès de 839 pêcheurs a révélé que les accords de contrôle des eaux sont pratiquement absents et restent non surveillées alors que la méfiance et la perte de confiance dans les membres de la communauté et les institutions gouvernementales entraînent un faible niveau d’organisation.

Il est alarmant de constater l’incidence élevée des conflits qui se terminent violemment, l’insécurité alimentaire qui prévaut et un taux d’analphabétisme élevé limitant l’emploi au travail à bas salaire.

Les solutions aux contraintes identifiées vont au-delà du niveau individuel, nécessitant une action collective et une plateforme où les communautés de pêcheurs peuvent prendre les choses en main pour éviter une tragédie des eaux intérieures.

Citation :

Sonneveld, B., Thoto, F., Houessou, D., van Wesenbeeck, L., 2019. The tragedy of the inland lakes. Int. J. Commons 13, 609–636.

Lire la suite

Développement durable de l’élevage et de la production de viande en République du Bénin : stratégies et perspectives

La production animale joue un rôle économique et rôle social. En République du Bénin, le cheptel et la production de viande a augmenté au cours des dernières décennies.

Pour mettre à jour les informations pour une meilleure compréhension du fonctionnement du secteur de production animale et carnée dans le contexte socio-économique, ce document met en évidence (i) la structure du cheptel et la production, (ii) la compétitivité du secteur de la viande, (iii) identifie les contraintes et les solutions potentielles pour augmenter la production de viande en République du Bénin.

Cependant, des systèmes d’élevage industriels et modernes pour toutes les espèces se développent. Les bovins (57%), poulets (19%), les petits ruminants (13 %) et les porcs (7 %) sont les principaux producteurs de viande du pays.

Les espèces non conventionnelles telles que le lapin (3%) et les aulacodes (1%) contribuent également à la production nationale de viande.

Malgré les interdits religieux, la consommation de porc a augmenté au cours des dernières années notamment dans le sud du Bénin.

Les ménages avec une mensualité plus élevée revenu dépensent plus d’argent pour acheter de la viande que les ménages pauvres.

Le goût, la texture, le prix et la jutosité sont les principaux critères de choix. Aussi, les consommateurs préfèrent la viande des races locales à celle des races exotiques. Ainsi les espèces locales et les races jouent un grand rôle dans le développement de ce secteur.

Bien que des politiques aient été mises en œuvre pour stimuler la production nationale de viande, le secteur est encore peu développé. C’est pourquoi, la mise en œuvre de nouvelles approches et des pratiques comprenant l’amélioration des ressources génétiques des animaux, le logement, les soins de santé et l’alimentation devraient être développées intensifier la production.

Citation :

Agossou, D.J., Toukourou, Y., Koluman, N., 2018. Sustainable Development of Livestock and Meat Production in Republic of Benin: Strategies and Perspectives. J. Anim. Heal. Prod. 6, 35–40.

Lire la suite

Pertes de stockage, contraintes de liquidité et décisions de stockage du maïs au Bénin

Les ménages de petits exploitants agricoles dans tous les pays en développement du monde vendent souvent des portions substantielles de leur production de cultures de base immédiatement après la récolte, période où les prix sont bas, seuls de racheter les mêmes produits de base plus tard dans l’année à des prix plus élevés.

Cet article estime comment les pertes de stockage dues à la moisissure, aux insectes et à d’autres parasites, combinées aux contraintes de liquidité, influencent la décision du ménage d’une petite exploitation agricole de stocker le maïs à la ferme après la récolte. Pour cela, les données de panel de 309 petits exploitants au Bénin couvrant les années de saisons de récolte 2011 et 2013 ont été analysées.

Les résultats suggèrent que les petits exploitants sont poussés à vendre au moment de la récolte pour différentes raisons, en fonction de leur motivation à stocker.

Dans les ménages qui déclarent la consommation directe comme leur objectif principal pour le stockage du maïs, les contraintes de liquidité, et non les pertes de stockage, réduisent le montant du maïs qu’ils stockent.

En revanche, les ménages qui stockent du maïs dans l’intention de le vendre plus tard dans l’année ne semblent pas affectés par les contraintes de liquidité. Au lieu de cela, ces ménages stockent moins lorsqu’ils s’attendent à perdre plus pendant le stockage.

Ces résultats suggèrent que les politiques visant à fournir des liquidités seront plus utiles pour motiver le stockage chez les ménages axés sur la consommation.

Les ménages motivés à stocker pour une vente ultérieure bénéficieront des technologies de stockage qui atténuent les coûts opérationnels associés aux pertes de stockage.

Citation :

Kadjo, D., Ricker-gilbert, J., Abdoulaye, T., Shively, G., Baco, M.N., 2018. Storage losses , liquidity constraints , and maize storage decisions in Benin. Agric. Econ. 49, 435–454.

Lire la suite

Analyse spatiale et temporelle des rendements des cultures de maïs (Zea mays) au Bénin de 1987 à 2007

Le maïs représente la principale culture vivrière et pousse dans toutes les zones agro-écologiques du Bénin.

Diverses technologies ont été introduites pour augmenter son rendement avec leur impact qui peut être évalué à travers une analyse spatio-temporelle d’analyse des rendements.

L’analyse spatiale des rendements de 77 districts, de 1987 à 2007, a montré qu’il existe une variation entre les rendements des huit différents zones agro-écologiques du Bénin.

Dans la plupart des zones, les rendements montrent une tendance annuelle à la hausse correspondant à un modèle de lissage exponentiel.

Cependant, les rendements sont relativement faibles et très variables en raison de plusieurs les facteurs.

Les facteurs climatiques, en particulier la quantité de pluie pendant les périodes de pleine croissance végétative (mai au sud et juillet et août au nord), expliquent 15 à 77 % des variations de rendement interannuelles.

L’effet des précipitations était le plus élevé dans les zones les plus au nord et au sud-ouest ayant un monomodèle et la saison des pluies bimodale, respectivement, et où le maïs n’est pas la culture principale.

Dans les zones du centre, l’effet de la culture du coton de l’année précédente sur le rendement du maïs a été fort en raison de l’épandage du coton.

En général, l’augmentation des rendements est due notamment à l’adoption de nouvelles pratiques agricoles (application de matière organique, engrais, nombre et période de désherbage).

Les estimations des rendements des cultures et l’impact du changement climatique sur les rendements des cultures, ainsi que l’analyse des adaptations en réponse au changement du climat, devrait tenir compte des variations spatio-temporelles et de l’impact des nouvelles technologies.

Citation :

Worou, N.O., Gaiser, T., Saito, K., Goldbach, H., Ewert, F., 2013. Spatial and temporal variation in yield of rainfed lowland rice in inland valley as affected by fertilizer application and bunding in North-West Benin. Agric. Water Manag. 126, 119–124.

Lire la suite

Analyse socio-économique de la transformation Pachyrhizus erosus (L.) Urb. tubercules en gari au Bénin

Pachyrhizus erosus est une légumineuse qui produit des tubercules riches en nutriments (protéines, fer, zinc, etc.) qui sont utilisés dans divers types de transformation des aliments.

L’objectif de cette étude était d’analyser les producteurs et perception des transformateurs concernant la transformation des tubercules de P. erosus en gari dans des conditions à la ferme et sa rentabilité.

Les résultats ont montré que le gari mélangé avec 50 % de P. erosus était hautement apprécié en raison de sa plus grande capacité de fermentation que le gari de manioc.

L’analyse de sensibilité a révélé que lorsque le rendement du gari à base de P. erosus a augmenté de 30%, les transformateurs ont réalisé un profit de 25% du coût d’investissement.

Le traitement de P. erosus est bénéfique pour les transformateurs et les consommateurs l’apprécient plus que le gari de manioc.

Des analyses de sensibilité ont montré qu’une augmentation du rendement du gari mixte de 50% P. erosus améliore le profit des transformateurs, donnant aux producteurs la possibilité de réduire les ventes en prix unitaires et ainsi améliorer la qualité marchande.

La recherche sur la transformation du gari devrait donc être dirigé vers d’autres variétés à tubercules contenant moins d’eau.

Le gouvernement du Bénin doit promouvoir cette culture afin de nourrir sa population.

Citation :

Adegbola, P.Y., Padonou, S.W., Houessionon, P., Adjovi, N.A., Houssou, P., Ahouignan, S., Olou, D., Ahounou, J.L., Hell, K., Thiele, G., Fandohan, P., Mensah, G.A., 2015. Socio-economic analysis of processing Pachyrhizus erosus ( L .) Urb . tubers into gari in Benin. Int. J. Biol. Chem. Sci. 9, 2030–2040.

Lire la suite