Gestion durable des ressources génétiques animales pour améliorer la production animale à faible consommation d’intrants : Aperçu des bovins locaux béninois

La mauvaise gestion des ressources génétiques bovines affecte la production animale.

L’absence de stratégies d’élevage adéquates, d’enquêtes scientifiques et de soutiens politiques et financiers constitue une contrainte pour la production bovine.

 La rareté de l’assistance professionnelle dans le traitement des maladies augmente la résistance aux médicaments, augmente la mortalité dans les troupeaux de bovins et altère la qualité des produits bovins.

L’implication des éleveurs dans le développement et la mise en œuvre des activités de recherche est insuffisante.

Les stratégies appropriées de gestion doivent être basées sur les objectifs de sélection des agriculteurs.

L’adaptation des avancées récentes de l’informatique, des applications génomiques, et des analyses statistiques aux conditions locales aidera à évaluer le potentiel de ressources zoogénétiques et mettre en œuvre des schémas de sélection appropriés pour les systèmes de production locaux et contraintes environnementales.

Le renforcement des capacités scientifiques et techniques locales, l’implication effective des agriculteurs dans les études de recherche et les engagements politiques sont fondamentaux pour un progrès durable.

L’assistance des organisations régionales et internationales, ainsi que la collaboration avec des scientifiques ou des instituts de recherche internationaux, seraient très précieux.

Citation :

Vanvanhossou, S. F. U., Dossa, L. H., König, S., 2021. Sustainable Management of Animal Genetic Resources to Improve Low-Input Livestock Production: Insights into Local Beninese Cattle Populations. Sustainability 13(17), 9874.

Lire la suite

Vers une adaptation communautaire indigène au changement climatique : une analyse typologique de l’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les systèmes de petites exploitations des zones arides du Bénin (Afrique de l’Ouest).

Les connaissances sur l’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les systèmes de petites exploitations sont nécessaires pour proposer des stratégies efficaces dans le secteur de l’élevage afin de faire face au changement climatique.

Cette étude a identifié quatre types distincts d’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les zones arides du Bénin. Il s’agit des Systèmes sylvopastoraux traditionnels, les Systèmes sylvopastoraux améliorés, les Petits systèmes agrosylvopastoraux intégrés et les Grands systèmes agrosylvopastoraux intégrés.

Les principaux facteurs qui distinguent ces types de systèmes sont la taille du troupeau, les pratiques d’élevage, le niveau d’intégration de l’élevage à l’agriculture et/ou à la plantation d’arbres/arbustes, la taille de la plantation d’arbres, les champs cultivés et la propriété foncière.

Les principales motivations de l’intégration des arbres dans l’élevage étaient dans 76,5 % des cas la résilience au changement climatique (nourrir les animaux en saison sèche et restauration des terres dégradées) et dans 34,5 % des cas, la sécurité alimentaire et l’augmentation des revenus.

La majorité des agriculteurs enquêtés (73,5 %) utilisaient des traitements endogènes à travers l’utilisation d’arbres pour traiter les maladies de leurs animaux. Par exemple, les feuilles d’Acacia albida et les graines d’Acacia nilotica sont utilisées pour traiter la fièvre aphteuse tandis que les écorces de Pericopsis laxiflora et Parinari curatellifolia sont utilisées en cas de fièvre bovine pasteurellose. Les feuilles d’Annona senegalensis et l’écorce de Mitragyna inermis sont utilisées contre les helminthiases du tube digestif.

Compte tenu de la diversité, des caractéristiques socio-économiques et des raisons qui contribuent à l’adoption des types d’intégration des arbres dans l’élevage dans le monde, il serait intéressant de promouvoir l’adaptation des communautés autochtones au changement climatique afin de contribuer au développement de stratégies durables d’adaptation au climat et d’atténuation dans le secteur de l’élevage.

Citation:

Assani, A.S., Yarou, A.K., Dedehou, N.V.F.G., Worogo, H. S., Baco, M.N., Houinato, M., Alkoiret, I.T., 2022. Towards indigenous community-based adaptation to climate change: a typological analysis of tree-livestock integration in smallholding systems in dryland areas of Benin (West-Africa)

Lire la suite

L’impact du développement socio-économique et du changement climatique sur la gestion de l’élevage au Bénin

La gestion de l’élevage est un secteur en évolution rapide dans les pays en développement en raison de l’augmentation de la demande de produits animaux et l’évolution de la disponibilité des ressources communes.

Cette étude vise à contribuer à et approfondir la compréhension générale de la gestion de l’élevage au Bénin et ses évolutions possibles afin de profiter du potentiel du secteur.

Pour identifier de futures voies possibles de développement, des théories de développement agricole, expériences dans d’autres pays en développement, et les résultats de l’enquête d’experts concernant les tendances futures ont été utilisés.

La faible productivité s’accompagne par une motivation polyvalente pour l’élevage qui n’est pas seulement axée sur le revenu.

L’enquête révèle que le problème majeur de la production est l’offre inadéquate et insuffisante de fourrage, et le comportement des éleveurs sur le marché diffère selon les régions. Aussi, la croissance démographique a-t-elle un plus grand impact sur le secteur de l’élevage au Bénin que d’augmenter les revenus.

Les changements en fonction de l’emplacement géographique des espèces, l’intensité des intrants et une orientation plus élevée du marché au cours du développement doivent être attendus, comme on l’a vu dans d’autres pays en développement.

Les résultats de BenIMPACT confirment l’importance et la nécessité des ressources naturelles et la pertinence de la rareté croissante des terres.

Même si ce dernier aspect pourrait être une incitation à établir une production animale (semi-)intensive, le modèle indique que des coûts non identifiés interdisent actuellement la production semi-intensive.

Par ailleurs, le modèle du secteur agricole révèle que différentes mesures de conservation des forêts imposent différentes conséquences régionales sur la répartition du bétail et les revenus.

En général, la gestion du bétail sera plus différenciée à l’avenir selon la région et l’intensité des intrants en raison des avantages comparatifs régionaux.

Citation :

Gruber, I., 2008. The impact of socio-economic development and climate change on livestock management in Benin. Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universitat.

Lire la suite

Impacts du changement climatique sur les modes de culture dans un bassin versant tropical subhumide

Au Bénin, des températures plus chaudes limiteront sévèrement les augmentations de production agricole obtenues grâce à l’expansion de la culture séquentielle.

Selon le scénario de changement climatique, entre 50 % et 95 % des surfaces cultivées actuellement supportent une culture séquentielle ou en auront besoin pour revenir à la monoculture.

Le potentiel d’irrigation du bassin versant sera au moins réduit de moitié d’ici le milieu du siècle dans toutes les combinaisons de scénarios.

Le changement climatique affecte, en plus des rendements, la culture séquentielle pluviale, l’expansion des terres cultivées pluviales et l’expansion de l’irrigation.

41 % des surfaces cultivées du bassin versant de l’Ouémé supérieur sont soit utilisées en recadrage séquentiel ou peut le supporter. Cependant, d’ici 2050, ce chiffre tombera entre 2 % et 16% selon le scénario de changement climatique.

Nécessité de passer à la monoculture ou d’adopter des pratiques agronomiques améliorées, notamment les cultivars à cycle court.

Nécessité de mieux gérer les sols pour augmenter la productivité

Pour réguler et augmenter le débit d’eau en saison sèche en plus de la fourniture d’autres services écosystémiques, les zones forestières et boisées sont nécessaires

Important d’utiliser une approche intégrée à la planification du développement rural, où l’on peut s’attendre à ce que le changement climatique ait de multiples implications sur les systèmes de culture et la résilience au changement climatique dépendent du maintien l’intégrité globale du paysage, y compris les zones qui régulent les débits d’eau.

Citation:

Duku, C., Zwart, S.J., Hein, L., 2018. Impacts of climate change on cropping patterns in a tropical , sub-humid watershed. PLoS One 13, 1–21.

Lire la suite

Nouveaux indicateurs de vulnérabilité et de résilience des systèmes agroforestiers au changement climatique en Afrique de l’Ouest

Le changement climatique menace les écosystèmes, y compris les parcs agroforestiers traditionnels.

Évaluer le niveau de vulnérabilité et la résilience de tout écosystème au changement climatique est importante pour la conception de stratégies et de mesures d’adaptation durables.

Le nombre de composants endommagés dans le système était le principal indicateur de la vulnérabilité des parcs Anacardium occidentale et Citrus sinensis aux effets du changement climatique.

L’âge et la densité des parcs Vitellaria paradoxa et des parcs mixtes (Vitellaria paradoxa–Parkia biglobosa) sont des facteurs déterminants de la vulnérabilité de ces systèmes agroforestiers aux effets du changement climatique.

Des indicateurs endogènes spécifiques de la vulnérabilité de l’agroforesterie au changement climatique sont importants pour identifier de meilleures stratégies d’adaptation.

Les systèmes d’agroforesterie basés sur Elaeis guineensis, Anacardium occidentale, et Citrus sinensis pour la région de Dassa-Zoumè et Zagnanado et les parcs de Vitellaria paradoxa, Anacardium occidentale, et parcs mixtes Vitellaria paradoxa–Parkia biglobosa pour les quartiers de Tchaourou au Bénin sont à encourager.

La culture de Manihot esculenta à travers les systèmes agroforestiers sera très utile pour réussir adaptations.

Il est utile d’évaluer la viabilité des principales espèces d’arbres agroforestiers et la résilience des espèces sauvages aux conditions climatiques grâce à la démographie et des études génétiques.

Nécessité d’examiner l’effet de la densité des arbres agroforestiers sur l’utilisation des nutriments et de la lumière par les arbres et les cultures à travers des conditions écologiques pour concevoir des stratégies d’adaptation au changement climatique en Afrique de l’Ouest.

Citation :

Gnonlonfoun, I., Assogbadjo, A.E., Gnanglè, C.P., Kakaï Glèlè, R.L., 2019. New indicators of vulnerability and resilience of agroforestry systems to climate change in West Africa. Agron. Sustain. Dev. 39, 12–23.

Lire la suite

Variabilité climatique et état de la production et de la diversité du sorgho (Sorghum bicolor (L.) Moench) dans la zone aride du nord-ouest du Bénin

Vingt-deux villages sélectionnés au hasard dans les six districts et les différentes zones ethniques pour l’enquête. Les données sont collectées grâce à l’application d’outils et techniques d’évaluation de la recherche participative.

8 contraintes les plus importantes affectant la production de sorgho sont la prolifération du striga, la pauvreté des sols et les effets du changement climatique.

89 variétés de sorgho ont été inventoriées et leur nombre varie de 4 à 17 (7 en moyenne) par village.

Les variétés locales sont menacées avec des taux relativement élevés (16,7-88,2 % ; 40,9 % en moyenne) de perte de cultivars. Menace d’érosion génétique et nécessité de développer des stratégies de conservation.

L’inadaptation des cultivars à la variabilité climatique (39,6 % des variétés abandonnées). Les principales stratégies développées par les agriculteurs pour atténuer les impacts du changement climatique sont la rotation des cultures, la culture de variétés à maturation précoce et/ou tolérantes à la sécheresse, l’établissement de champs dans les basses terres.

L’évaluation participative des variétés existantes a conduit à l’identification de certaines variétés très performantes qui sont résistantes/tolérantes à divers stress abiotiques et biotiques.

les agriculteurs ont adopté plusieurs stratégies pour réduire les risques associés à ces impacts et améliorer la production de sorgho, dont l’utilisation de variétés à maturation précoce et/ou tolérantes et le déplacement vers des terres fertiles relativement humides.

Introduire de nouvelles variétés correspondant aux besoins des agriculteurs et aux critères de préférence.

Citation :  Dossou-Aminon, I., Dansi, A., Ahissou, H., Cissé, N., Vodouhè, R., Sanni, A., 2016. Climate variability and status of the production and diversity of sorghum (Sorghum bicolor (L.) Moench) in the arid zone of northwest Benin. Genet. Resour. Crop. Evol. 63,1181–1201.

Lire la suite

Perceptions du changement climatique et stratégies de réponse au Bénin : le cas des producteurs de maïs

Les données utilisées dans cette étude sont collectées auprès d’un échantillon aléatoire de 200 cultivateurs de maïs dans la municipalité de Zè.

les agriculteurs ont perçu les variables climatiques et sont conscients du changement climatique. Les stratégies d’adaptation utilisées par les producteurs de maïs comprennent l’ajustement de la période de semis, l’utilisation de variétés de cultures améliorées, l’intégration des cultures et du bétail et la plantation d’arbres.

Détermination d’un modèle probit multivarié pour estimer les facteurs affectant l’utilisation des mesures d’adaptation par les agriculteurs.

les principaux déterminants des stratégies d’adaptation au changement climatique sont les variables socio-économiques et institutionnelles telles que l’âge, le sexe, le statut marital, l’éducation, l’expérience dans la production de maïs, le crédit, la distance au marché, la possession d’une télévision et la formation agricole.

La mise en place d’un système d’alerte précoce qui permettrait aux agriculteurs d’être informés d’éventuelles perturbations climatiques.

Amélioration de l’offre de crédit agricole et la formation des agriculteurs couplés avec la nécessité de mesures de soutien institutionnel et technologique pour s’adapter au changement climatique.

Citation :  Soglo, Y. Y., Nonvide, G. M. A., 2019. Climate change perceptions and responsive strategies in Benin: the case of maize farmers. Climatic Change. 155, 245 – 256.

Lire la suite

Impact du changement climatique sur l’efficacité de l’utilisation de l’eau et de l’azote sur les rendements du maïs et du sorgho dans la savane sèche du nord du Bénin, en Afrique de l’Ouest

Trois options de gestion de la fertilité des sols et trois prévisions moyennes d’ensemble corrigées des biais (modèles BNU-ESM, CanESM2 et MPI-ESM-MR) du climat futur (2080-2099) dans le cadre des voies de concentration représentatives (RCP) de 2,6 ; 4,5 et 8,5.

Principaux groupes de sols du bassin versant de l’Ouri-Yori : Plinthosols, Luvisols  et Alisols.

Stimulation des réponses positives de CERES-Maize et de CERES-Sorgho dans l’accumulation de la biomasse aérienne pendant les stades de croissance végétative dans le cadre de ces scénarios climatiques.

L’augmentation prévue de la croissance de la biomasse aérienne sera la plus importante sous RCP8.5 et la plus faible sous RCP 2.6. Cet impact peut être renforcé par une meilleure gestion de la fertilité des sols.

La perte globale la plus importante en termes d’efficacité des ressources et de rendement a été prévue pour le scénario RCP 8.5.

Réduction probablement considérablement les efficacités d’utilisation de l’eau et de l’azote ainsi que les rendements en grains du maïs et du sorgho en raison du changement climatique prévu pour la savane sèche du nord du Bénin.

Mise à jour de la paramétrisation et le code des modèles de culture CERES dans DSSAT afin d’obtenir un effet suffisamment fort du CO2 sur la conductance stomatique et la transpiration pour des évaluations fiables de l’impact du changement climatique sur l’UCE.

Citation :  Amouzou, K. A., Lamers, J. P.A., Naab, J. B., Borgemeister, C., Vlek, P. L. G., Beckerd, M., 2019. Climate change impact on water- and nitrogen-use efficiencies and yields of maize and sorghum in the northern Benin dry savanna, West Africa. Field Crops Research. 235, 104 –117.

Lire la suite

Impact du changement climatique et stratégies d’adaptation potentielles dans le cadre de scénarios climatiques alternatifs pour la production d’ignames dans la zone de savane subhumide d’Afrique de l’Ouest

Le modèle de croissance des cultures EPIC a été utilisé pour évaluer l’impact du changement climatique sur la variété d’igname.

Estimation des baisses substantielles de rendement variant selon le scénario climatique pour le futur. Exploration des avantages de stratégies d’adaptation spécifiques, suggérant des changements de date de semis.

Efficacité des cultivars à maturation tardive pour compenser les impacts négatifs.

Association de l’irrigation et l’application d’engrais à des cultivars à maturation tardive augmente de la productivité de l’igname.

L’analyse préalable du système de culture rend performant de la culture dans une unité de simulation donnée.

Le non pris en compte de certains extrêmes climatiques comme l’impact de la chaleur intense au cours de certains stades de développement, qui peut entraîner une perte totale de la récolte.

Les températures extrêmes conduisent à l’échec complet de certaines cultures céréalières.

L’évaluation  de l’impact de l’augmentation des températures moyennes sur l’activité, la composition des plantes, la composition des populations de parasites et de maladies pourrait avoir une incidence négative sur le rendement des cultures de tubercules et de racines.

Citation :  Srivastava, A.K., Gaiser, T., Ewert, F., 2016. Climate change impact and potential adaptation strategies under alternate climate scenarios for yam production in the sub-humid savannah zone of West Africa. Mitig. Adapt. Strateg. Glob. Change. 21, 955–968.

Lire la suite

Changement climatique et sécurité alimentaire en Afrique occidentale tropicale – une approche de modélisation dynamique et statistique

Dix-neuf cultures différentes sont répertoriées et sont des produits alimentaires pour la population du Bénin.

Augmentation de la productivité pour la plupart des cultures, en particulier pour le manioc, le maïs et les haricots.

Diminution considérable de l’efficacité des systèmes de production alimentaire au Bénin en raison de la saison de mousson d’été plus sèche et plus chaude.

Les relations statistiques entre le climat et la production agricole sont très fortes, s’élevant en partie à plus de 50% de la variance expliquée à l’échelle de temps interannuelle.

Les précipitations de la mousson d’été et l’humidité relative représentent des prédicteurs fiables du rendement des cultures.

Baisse de la production agricole pour la plupart des cultures en raison du climat plus sec et plus chaud de l’Afrique tropicale en 2025.

L’igname et le manioc sont les principales cultures vivrières du Bénin moins sensibles au changement climatique.

Simulations transitoires à plus long terme de modèles avec une résolution spatiale adéquate et des forçages anthropiques.

L’aspect des tendances à long terme par rapport aux variations internes peut être évalué de manière plus appropriée, permettant de mieux comprendre les risques et les potentiels agricoles futurs en Afrique de l’Ouest.

Citation : Estelle, L., Loko, Y., Orobiyi, A., Agre, P., Dansi, A., Tamò, M., Roisin, Y., 2017. Farmers ’ perception of termites in agriculture production and their indigenous utilization in Northwest Benin. J. Ethnobiol. Ethnomed. 13, 1–12.

Lire la suite