Facteurs socioculturels influençant et maintenant la diversité de l’igname et du niébé au Bénin

L’igname et le niébé sont des éléments importants dans la culture alimentaire des communautés locales dans la transition Zone Guinéo-Soudanienne du Bénin.

L’igname et le niébé servent à satisfaire les besoins vitaux des ménages et des communautés, mais jouent également un rôle essentiel dans les rituels et les cérémonies des civilisations agraires du Bénin.

La diversité des rituels, des habitudes alimentaires, des traits technologiques et des stratégies de sécurité alimentaire pour les deux cultures contribue au maintien de la diversité variétale.

Il n’est pas possible pour un ou même plusieurs variétés pour répondre à tous les besoins. Plus une variété est culturellement et socialement ancrée, plus il y a la chance qu’il soit accepté sur le marché local et régional.

L’ambition des agriculteurs de se rencontrer sur les exigences du marché afin de satisfaire les besoins socio-économiques soutient et augmente également la diversité. En particulier, les agricultrices cultivant le niébé ont montré un maintien positif de la diversité comportement.

Dans l’ensemble, l’étude montre que la gestion des ressources génétiques à la ferme est un et un système construit culturellement. Toute stratégie externe pour améliorer la gestion de la diversité à la ferme doit tenir compte de ces objectifs sociaux et culturels.

Citation :

Zannou, A., Tossou, R.C., Vodouhè, S., Richards, P., Struik, P.C., Zoundjiékpon, J., Ahanchédé, A., Agbo, V., 2011. Socio-cultural factors influencing and maintaining yam and cowpea diversity in Benin. Int. J. Agric. Sustain. 5, 140–160.

Lire la suite

Importance et pratiques des cultures d’Egusi (Citrullus lanatus (Thunb.) Matsum. & Nakai, Cucumeropsis mannii Naudin et Lagenaria siceraria (Molina) Standl. cv. ‘Aklamkpa’) dans les zones sociolinguistiques du Bénin

Les légumes traditionnels africains sont considérés comme potentiellement utiles pour contribuer à la sécurité alimentaire et à la génération de revenus au niveau des communautés locales.

La culture de Egusi, importante, persiste dans les systèmes de production de plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest dont le Bénin avec plusieurs groupes sociolinguistiques.

Classée parmi les dix premières spéculations dans les régions socioculturelles prédominantes mais emblavée sur des superficies assez variées (0,74 – 5 ha) d’une aire à une autre, l’espèce C. lanatus subsp. Mucosospermus est la plus cultivée avec une préférence des agriculteurs de la communauté Adja du Sud Bénin pour L. siceraria cv. ‘ Aklamkpa ’.

Les utilisations associées à la culture de Egusi varient d’un groupe sociolinguistique à un autre et constituent une base essentielle de promotion de la culture.

Les agriculteurs gèrent de différents objectifs pour faire face aux contraintes et répondre aux besoins en revenus et à la demande en ressources alimentaires dans les systèmes de culture Egusi

La culture de Egusi pourrait être répertoriée comme une culture vivrière compte tenu de son intérêt dans la communauté Mahi – Fon.

Nécessité de faire une étude comparative sur l’influence des cultures Egusi sur les

moyens de subsistance des ménages et/ou des communautés afin de mieux justifier son importance dans l’aspect socioculturel pour une véritable promotion de cette espèce.

L’utilisation des cultures Egusi dans la gestion de la fertilité des sols constitue un socle sur lequel la gestion durable des ressources génétiques des espèces d’Egusi pourra être construite.

Achigan-Dako, E.G., Fagbemissi, R., Avohou, H.T., Vodouhe, R.S., Coulibaly, O., Ahanchede, A., 2014. Importance and practices of Egusi crops ( Citrullus lanatus ( Thunb .) Matsum . & Nakai , Cucumeropsis mannii Naudin in sociolinguistic areas in Benin. Biotechnol.Agron.Soc.Environ 12, 393–403.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre « Importance and practices of Egusi crops (Citrullus lanatus (Thunb.) Matsum. & Nakai, Cucumeropsis mannii Naudin and Lagenaria siceraria (Molina) Standl. cv. ‘ Aklamkpa ’) in sociolinguistic areas in Benin»

Lire la suite