Fonder la recherche agricole sur les besoins des agriculteurs pauvres en ressources : une analyse comparative des études de diagnostic au Ghana et au Bénin

La comparaison a révélé que les études de diagnostic ont identifié et établi des forums de parties prenantes, en particulier de agriculteurs, qui devaient jouer un rôle clé dans la co-construction des connaissances lors de la phase d’expérimentation de terrain

Les études de diagnostic ont donné la parole aux agriculteurs dans la conception et conduite de la phase expérimentale qui leur a permis d’influencer le processus de recherche dans le sens de développer et de tester des technologies qui fonctionnent dans leurs circonstances et qui répondent à leurs besoins et priorités

Les études de diagnostic ont conduit à des choix transparents quant à la sélection des sites, des agriculteurs et des expérimentations avec des conditions de négociation créées

Les études diagnostiques aident les chercheurs à comprendre et à maitriser le contexte plus large afin de déterminer les améliorations possibles de la situation problématiques identifiée

Au Bénin, les études diagnostiques suivent une approche uniforme avec une identification au préalable des domaines de besoins en innovations. A l’opposé, les études diagnostiques au Ghana suivent une approche innovatrice qui peut être comparée à la phase exploratoire des études diagnostiques au Bénin

Enfin, les études de diagnostic jouent un rôle crucial pour rendre les partenaires au sein de la Convergence des Projets de sciences conscients de l’importance des conditions-cadres contextuelles pour déterminer la pertinence du projet

Citation:

Nederlof, E.S., Tossou, R., Kossou, O.K., 2004. Grounding agricultural research in resource-poor farmers ’ needs: a comparative analysis of diagnostic studies in Ghana and Benin. NJAS 52, 421–442.

Lire la suite

Le paillage du riz pluvial pour une gestion efficace de l’eau : Une approche collaborative au Bénin

Le riz joue un rôle essentiel en contribuant à la sécurité alimentaire, aux revenus génération, la réduction de la pauvreté et la croissance socio-économique dans de nombreux pays africains

Une approche sociotechnique combinant les dimensions techniques et institutionnelles a été utilisée pour identifier et tester le paillage comme méthode potentielle pour améliorer l’efficacité de l’eau d’irrigation dans la culture du riz dans les régions montagneuses des vallées intérieures du Bénin.

Avec la variété de riz de bas-fond IR-841 avec 10 Mg ha−1 « riz de paille », le paillis permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible dans les hautes terres et d’augmenter les rendements.

Bien que le la préférence pour l’IR-841 par rapport à la variété spéciale des hautes terres Nerica-4 est risquée en raison de ses demandes élevées en eau et l’incertitude des précipitations, les agriculteurs utilisent l’IR-841 pour maximiser leurs profits.

Au-delà de sa technicité sortie, l’expérimentation conjointe a facilité l’interaction des connaissances, des expériences et des pratiques parmi les acteurs impliqués.

Le processus utilisé pour sélectionner une option viable pour une gestion plus efficace de l’eau dans la riziculture, impliquant un groupe mixte de parties prenantes, a facilité l’interaction entre les membres de la plateforme, la co-génération de connaissances pour une utilisation efficace de l’eau par la compréhension et l’intégration des agriculteurs apports scientifiques.

L’évaluation de l’expérience technique sur le terrain qui résulte de plusieurs méthodes a fourni des preuves suffisantes pour un résultat clair : la variété de bas-fond à long terme IR-841 avec « riz de paille » permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible et augmenter les rendements de leurs parcelles de montagne.

Citation :

Totin, E., Stroosnijder, L., Agbossou, E., 2013. Mulching upland rice for efficient water management : A collaborative approach in Benin. Agric. Water Manag. 125, 71–80.

Lire la suite

Analyse des facteurs déterminants l’opinion des petits agriculteurs sur l’adoption de moustiquaires écologiques pour la production de légumes.

Une approche innovante pour réduire l’utilisation de pesticides (d’au moins 70 %, parfois même de 100 %) par les producteurs de légumes consiste à exclure une grande partie des insectes nuisibles à l’aide de filets, appelés “filets écologiques” (EFN).

Dans les régions tropicales du Bénin, des filets à maille fine (0,4 mm) et à maille plus large (0,9 mm) sont utilisés pour protéger les choux des principaux lépidoptères et des pucerons.

Les EFN nécessitent des coûts de main d’œuvre élevés car ils doivent être retirés pendant la journée pour éviter la surchauffe, l’ombrage et permettre la régulation des pucerons par leurs ennemis naturels.

18% des agriculteurs pensent que les EFN leur seraient bénéfiques, mais près de la moitié préfèrent ne pas adopter du tout cette technologie.

La principale raison du rejet des filets est la perception d’un besoin élevé en main-d’œuvre, en particulier sur les grandes parcelles.

La perception largement négative était la plus forte parmi les agriculteurs ayant de grandes surfaces cultivées en légumes, les agriculteurs ayant peu ou jamais participé à des essais de démonstration, et ceux vivant loin des services de vulgarisation.

Pour une acceptation et une utilisation totale des EFN, il est recommandé : i) d’étendre les essais démonstration en impliquant une plus grande proportion d’agriculteurs, ii) de renforcer le soutien pour ceux qui veulent utiliser les moustiquaires et de poursuivre les améliorations pour réduire la pénibilité d’utilisation, iii) d’améliorer l’accès au financement et de renforcer l’éducation sur les impacts négatifs de l’abus d’insecticides.

Citation :

Vidogbéna, F., Adégbidi, A., Tossou, R., Assogba-Komlan, F., Martin, T., Ngouajio, M., Simon, S., Parrot, L., Garnett, S.T., Zander, K.K., 2015. Exploring factors that shape small-scale farmers’ opinions on the adoption of eco-friendly nets for vegetable production. Environment, Development and Sustainability 2015 18:6 18, 1749–1770.

Lire la suite

Effet de l’hygiène et de la médication sur la survie et la croissance pré-sevrage des moutons Djallonké dans l’Atacora, Bénin.

La faible productivité des ovins dans le nord du Bénin entrave le développement économique et son amélioration peut contribuer à la réduction de la pauvreté rurale et de l’insécurité alimentaire.

L’une des contraintes à la productivité des moutons Djallonké est la mortalité élevée pendant l’allaitement en pleine saison des pluies et en début de saison sèche.

Un bon logement et une bonne hygiène (nettoyage quotidien et désinfection bimensuelle de l’étable et des abreuvoirs et mangeoires) réduisent la mortalité et augmentent la croissance des agneaux de lait jusqu’à 3 mois.

L’association d’un bon logement et de médicaments (injection unique de vitamines et d’acides aminés et d’ivermectine pour le déparasitage, traitement hebdomadaire des tiques par pulvérisation, et en cas de diarrhée, traitement antibiotique) a réduit la mortalité, mais la croissance n’était pas supérieure à celle du groupe témoin.

En d’autres termes, les médicaments ne réduisent que la mortalité, mais la croissance n’est pas significativement plus élevée par rapport au groupe témoin.

La marge nette des traitements « hygiène » et « hygiène et médicaments » est de 92979 FCF et 105063 FCFA respectivement.

Compte tenu de la marge nette, du cout d’opportunité du travail et de l’investissement en capital, le traitement « hygiène » est plus rentable, moins couteux (finance et charge de travail) et donc plus accessible aux agriculteurs pauvres.

Les pratiques vétérinaires courantes sont prohibitives et constituent un message clair pour les services de vulgarisation : Les médicaments ne peuvent pas remplacer l’hygiène.

Citation :

Doko, S., Degla, P., Edoun, G., Bosma, R., 2013. Effect of hygiene and medication on preweaning survival and growth of Djallonké sheep in Atacora, Benin. Tropical animal health and production 45, 129–134.

Lire la suite

Effet de l’hygiène et de la médication sur la survie et la croissance pré-sevrage des moutons Djallonké dans l’Atacora, Bénin.

La faible productivité des ovins dans le nord du Bénin entrave le développement économique et son amélioration peut contribuer à la réduction de la pauvreté rurale et de l’insécurité alimentaire.

L’une des contraintes à la productivité des moutons Djallonké est la mortalité élevée pendant l’allaitement en pleine saison des pluies et en début de saison sèche.

Un bon logement et une bonne hygiène (nettoyage quotidien et désinfection bimensuelle de l’étable et des abreuvoirs et mangeoires) réduisent la mortalité et augmentent la croissance des agneaux de lait jusqu’à 3 mois.

L’association d’un bon logement et de médicaments (injection unique de vitamines et d’acides aminés et d’ivermectine pour le déparasitage, traitement hebdomadaire des tiques par pulvérisation, et en cas de diarrhée, traitement antibiotique) a réduit la mortalité, mais la croissance n’était pas supérieure à celle du groupe témoin.

En d’autres termes, les médicaments ne réduisent que la mortalité, mais la croissance n’est pas significativement plus élevée par rapport au groupe témoin.

La marge nette des traitements « hygiène » et « hygiène et médicaments » est de 92979 FCF et 105063 FCFA respectivement.

Compte tenu de la marge nette, du cout d’opportunité du travail et de l’investissement en capital, le traitement « hygiène » est plus rentable, moins couteux (finance et charge de travail) et donc plus accessible aux agriculteurs pauvres.

Les pratiques vétérinaires courantes sont prohibitives et constituent un message clair pour les services de vulgarisation : Les médicaments ne peuvent pas remplacer l’hygiène.

Doko, S., Degla, P., Edoun, G., Bosma, R., 2013. Effect of hygiene and medication on preweaning survival and growth of Djallonké sheep in Atacora, Benin. Tropical animal health and production 45, 129–134.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre « Effect of hygiene and medication on preweaning survival and growth of Djallonké sheep in Atacora, Benin.»

 

Lire la suite

Barrières et opportunités pour l’innovation dans la production de riz dans les vallées intérieures du Bénin

Cette étude examine les facteurs techniques et institutionnels qui entravent l’utilisation efficace de l’eau d’irrigation et le développement de la chaîne de valeur du riz local dans une vallée intérieure du Bénin.

Le diagnostic indique que les problèmes sociotechniques au niveau local sont liés au fait que (1) la production locale de riz reste faible, et (2) le niveau actuel de production de riz fournit peu de revenus aux agriculteurs.

Les barrières institutionnelles au niveau local, regroupent la vétusté des équipements de transformation locaux, l’absence de règles efficaces de partage et de maintenance au niveau local, l’eau considérée comme une ressource ouverte, les privilèges de certains agriculteurs.

Les barrières institutionnelles provenant d’un niveau supérieur au niveau local incluent une répartition peu claire des responsabilités en matière de maintenance, un débouché incertain sur le marché local du riz, la concurrence du riz importé, le crédit du système de solidarité uniquement accessible aux agriculteurs et aux groupes expérimentés, l’accent mis sur les zones de production de coton, la préférence des consommateurs urbains pour le riz importé.

Les opportunités pour augmenter l’efficacité de la gestion de l’eau, la production de riz, et le revenu des agriculteurs dans la chaîne de valeur du riz au Bénin comprennent l’augmentation de la demande de riz et l’affinité des consommateurs pour les produits locaux avec des labels de produits territoriaux, de nouvelles politiques d’investissement basées sur des partenariats public-privé, la disponibilité de meilleures pratiques de gestion de l’eau, et la disponibilité de terres dans les zones d’altitude.

Totin, E., van Mierlo, B., Saïdou, A., Mongbo, R., Agbossou, E., Stroosnijder, L., Leeuwis, C., 2012. Barriers and opportunities for innovation in rice production in the inland valleys of Benin. NJAS – Wageningen Journal of Life Sciences 60–63.

Lire la suite

Analyse des facteurs déterminants l’opinion des petits agriculteurs sur l’adoption de moustiquaires écologiques pour la production de légumes.

Une approche innovante pour réduire l’utilisation de pesticides (d’au moins 70 %, parfois même de 100 %) par les producteurs de légumes consiste à exclure une grande partie des insectes nuisibles à l’aide de filets, appelés “filets écologiques” (EFN).

Dans les régions tropicales du Bénin, des filets à maille fine (0,4 mm) et à maille plus large (0,9 mm) sont utilisés pour protéger les choux des principaux lépidoptères et des pucerons.

Les EFN nécessitent des coûts de main d’œuvre élevés car ils doivent être retirés pendant la journée pour éviter la surchauffe, l’ombrage et permettre la régulation des pucerons par leurs ennemis naturels.

18% des agriculteurs pensent que les EFN leur seraient bénéfiques, mais près de la moitié préfèrent ne pas adopter du tout cette technologie.

La principale raison du rejet des filets est la perception d’un besoin élevé en main-d’œuvre, en particulier sur les grandes parcelles.

La perception largement négative était la plus forte parmi les agriculteurs ayant de grandes surfaces cultivées en légumes, les agriculteurs ayant peu ou jamais participé à des essais de démonstration, et ceux vivant loin des services de vulgarisation.

Pour une acceptation et une utilisation totale des EFN, il est recommandé : i) d’étendre les essais démonstration en impliquant une plus grande proportion d’agriculteurs, ii) de renforcer le soutien pour ceux qui veulent utiliser les moustiquaires et de poursuivre les améliorations pour réduire la pénibilité d’utilisation, iii) d’améliorer l’accès au financement et de renforcer l’éducation sur les impacts négatifs de l’abus d’insecticides.

Vidogbéna, F., Adégbidi, A., Tossou, R., Assogba-Komlan, F., Martin, T., Ngouajio, M., Simon, S., Parrot, L., Garnett, S.T., Zander, K.K., 2015. Exploring factors that shape small-scale farmers’ opinions on the adoption of eco-friendly nets for vegetable production. Environment, Development and Sustainability 2015 18:6 18, 1749–1770.

NB: Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre “Exploring factors that shape small-scale farmers’ opinions on the adoption of eco-friendly nets for vegetable production.”

 

Lire la suite

Effet de l’hygiène et de la médication sur la survie et la croissance pré-sevrage des moutons Djallonké dans l’Atacora, Bénin.

La faible productivité des ovins dans le nord du Bénin entrave le développement économique et son amélioration peut contribuer à la réduction de la pauvreté rurale et de l’insécurité alimentaire.

L’une des contraintes à la productivité des moutons Djallonké est la mortalité élevée pendant l’allaitement en pleine saison des pluies et en début de saison sèche.

Un bon logement et une bonne hygiène (nettoyage quotidien et désinfection bimensuelle de l’étable et des abreuvoirs et mangeoires) réduisent la mortalité et augmentent la croissance des agneaux de lait jusqu’à 3 mois.

L’association d’un bon logement et de médicaments (injection unique de vitamines et d’acides aminés et d’ivermectine pour le déparasitage, traitement hebdomadaire des tiques par pulvérisation, et en cas de diarrhée, traitement antibiotique) a réduit la mortalité, mais la croissance n’était pas supérieure à celle du groupe témoin.

En d’autres termes, les médicaments ne réduisent que la mortalité, mais la croissance n’est pas significativement plus élevée par rapport au groupe témoin.

La marge nette des traitements « hygiène » et « hygiène et médicaments » est de 92979 FCF et 105063 FCFA respectivement.

Compte tenu de la marge nette, du cout d’opportunité du travail et de l’investissement en capital, le traitement « hygiène » est plus rentable, moins couteux (finance et charge de travail) et donc plus accessible aux agriculteurs pauvres.

Les pratiques vétérinaires courantes sont prohibitives et constituent un message clair pour les services de vulgarisation : Les médicaments ne peuvent pas remplacer l’hygiène.

Doko, S., Degla, P., Edoun, G., Bosma, R., 2013. Effect of hygiene and medication on preweaning survival and growth of Djallonké sheep in Atacora, Benin. Tropical animal health and production 45, 129–134.

NB : Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre « Effect of hygiene and medication on preweaning survival and growth of Djallonké sheep in Atacora, Benin.»

Lire la suite

Le paillage du riz pluvial pour une gestion efficace de l’eau : Une approche collaborative au Bénin

Le riz joue un rôle essentiel en contribuant à la sécurité alimentaire, aux revenus génération, la réduction de la pauvreté et la croissance socio-économique dans de nombreux pays africains

Une approche sociotechnique combinant les dimensions techniques et institutionnelles a été utilisée pour identifier et tester le paillage comme méthode potentielle pour améliorer l’efficacité de l’eau d’irrigation dans la culture du riz dans les régions montagneuses des vallées intérieures du Bénin.

Avec la variété de riz de bas-fond IR-841 avec 10 Mg ha−1 « riz de paille », le paillis permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible dans les hautes terres et d’augmenter les rendements.

Bien que le la préférence pour l’IR-841 par rapport à la variété spéciale des hautes terres Nerica-4 est risquée en raison de ses demandes élevées en eau et l’incertitude des précipitations, les agriculteurs utilisent l’IR-841 pour maximiser leurs profits.

Au-delà de sa technicité sortie, l’expérimentation conjointe a facilité l’interaction des connaissances, des expériences et des pratiques parmi les acteurs impliqués.

Le processus utilisé pour sélectionner une option viable pour une gestion plus efficace de l’eau dans la riziculture, impliquant un groupe mixte de parties prenantes, a facilité l’interaction entre les membres de la plateforme, la co-génération de connaissances pour une utilisation efficace de l’eau par la compréhension et l’intégration des agriculteurs apports scientifiques.

L’évaluation de l’expérience technique sur le terrain qui résulte de plusieurs méthodes a fourni des preuves suffisantes pour un résultat clair : la variété de bas-fond à long terme IR-841 avec « riz de paille » permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible et augmenter les rendements de leurs parcelles de montagne.

Totin, E., Stroosnijder, L., Agbossou, E., 2013. Mulching upland rice for efficient water management : A collaborative approach in Benin. Agric. Water Manag. 125, 71–80.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Mulching upland rice for efficient water management : A collaborative approach in Benin»

Lire la suite

Innovation participative par filière : cas de la filière porc au Sud-Est du Bénin

L’innovation est vitale pour les agriculteurs d’Afrique subsaharienne, pour s’adapter aux défis et profiter pleinement des opportunités. Au sud du Bénin, la filière porc jouit d’un cadre social, économique et culturel favorable.

La décision des parties prenantes de s’engager dans des programmes d’innovation est influencée par diverses perceptions de l’innovation, soutenant le besoin et la faisabilité de plateformes d’innovation multipartites.

Le manque de professionnalisation est apparu aux acteurs comme la contrainte majeure.

Il existe un accord de déclaration de gain des acteurs sur la plus grande partie de la valeur ajoutée par les charcutiers et les gargotes suivis des fournisseurs d’intrants.

On note une passivité des producteurs de porcs dans la diffusion des pratiques contrairement à leur rôle de premier plan face au défi de la Peste Porcine Africaine (PPA).

Il y a un intérêt marqué pour la conduite du renforcement des capacités, l’adhésion à une association, les visites d’échange et la professionnalisation à accroître leur implication dans une lutte commune contre la maladie.

La technique de dépouillement de la race porcine et la méthode de cuisson sont indirectement liées à des problèmes de santé mettant, clairement en évidence l’accent sur la sécurité alimentaire des consommateurs de porc dans le sud-est du Bénin.

Les différentes parties prenantes de la filière ont des discours divergents sur les innovations. La prise en compte de cette préoccupation permettrait de les réunir dans un creuset d’échanges, à l’instar d’une plateforme d’innovation afin d’agréger les idées, les savoirs, les expériences pour des solutions innovantes et durables.

Dans les groupes novateurs, l’adhésion aux associations ou aux coopératives exercerait une influence sur l’adoption d’innovations.

Limite des réseaux de parties prenantes dans lesquels les flux d’échanges sont initiés avec des facteurs socioéconomiques tels que le statut professionnel des parties prenantes, le renforcement des capacités, les visites d’échanges qui jouent un rôle intéressant dans ces échanges d’innovations en réaction à la PPA.

Le consommateur apparait comme porteur d’une demande solvable pour des innovations accroissant la qualité des produits

Govoeyi, B., 2020. Innovation participative par filière: cas de la filière porc au Sud-Est du Bénin. Université de Liège.

Lire la suite