Pourquoi les agriculteurs ont-ils cessé de cultiver des variétés de riz pluvial NERICA dans le centre du Bénin ?

Le nouveau riz pour l’Afrique (NERICA) a été développé par le Centre du riz pour l’Afrique en croisant des Riz asiatique (Oryza sativa L.) avec du riz africain adapté localement (Oryza glaberrima Steud.).

La production communautaire de semences de variétés NERICA a été introduite dans un village du centre du Bénin en 2006 à travers des projets de diffusion de semences.

Certains ont signalé que les taux d’adoption élevés de ces variétés étaient principalement dus à la demande par les projets de développement pour la diffusion des semences, et aux incitations (c’est-à-dire vendre les semences de riz à un prix supérieur au prix du marché local à un service de vulgarisation local) pour les agriculteurs de cultiver des variétés de NERICA.

Environ la moitié des agriculteurs avaient cessé de cultiver les variétés de NERICA en 2011 à la fin des projets sur la diffusion des semences

Les raisons de l’abandon étaient les effets combinés de la demande de semences réduite et les faibles rendements, qui ont été attribués à un manque d’accès à crédit et de formation sur les pratiques de culture du NERICA.

La majorité des agriculteurs n’ont pas abandonné la culture du riz, mais ont cultivé d’autres variétés à haut rendement, dont une variété aromatique pour laquelle il y avait une demande du marché.

Pour améliorer la durabilité agricole, les variétés devraient être introduites en conjonction avec une formation de groupe appropriée sur leur culture, et le projet devrait cibler les agriculteurs qui n’ont pas d’entreprises non agricoles.

De plus, l’accès à le crédit devrait également être amélioré et la commercialisation des variétés devrait être évalué

Citation :

Yokouchi, T., Saito, K., 2017. Why did farmers stop cultivating NERICA upland rice varieties in central Benin ? Int. J. Agric. Sustain. 15, 724–734.

Lire la suite

Effets combinés de la jachère de Stylosanthes guianensis et de la gestion du travail du sol sur le rendement, les mauvaises herbes et les sols du riz pluvial dans le sud du Bénin

Deux champs moins de 15 m l’un de l’autre ont été utilisés dans cette étude et classifié comme Typique Haplustult selon la taxonomie des sols américaine.

Stylosanthes guianensis (stylo) peut être établi comme une culture relais avec le riz pluvial environ 10 jours après le semis du riz. Réduction  de la biomasse des mauvaises herbes (71 % et 95 %) par la jachère de stylo.

L’augmentation du rendement du riz est en adéquation avec l’augmentation des apports de la biomasse de la jachère due à l’introduction du stylo.

L’augmentation de la biomasse des mauvaises herbes (62 à 202 %) par le sol non-travaillé sans jachère de stylo tandis que la jachère stylo réduit la biomasse des mauvaises herbes de 45 à 83 % et de 11 à 36 %, respectivement dans le cadre de la gestion sans labour et du sol travaillé manuel.

Le rendement du riz est plus élevé avec le travail manuel du sol qu’avec le non-travail du sol, indépendamment des différents traitements de jachères.

La combinaison de la gestion du sol travaillé manuel avec la jachère stylo semble être une stratégie efficace pour améliorer la productivité du riz pluvial et est incluse comme composante des technologies de gestion intégrée des cultures dans les savanes d’Afrique de l’Ouest.

Citation :  Saito, K., Azoma, K., Oikeh, S. O., 2010. Combined effects of Stylosanthes guianensis fallow and tillage management on upland rice yield, weeds and soils in southern Benin. Soil & Tillage Research. 107, 57–63.

Lire la suite