Etude de la qualité chimique et bactériologique des ressources en eau à Hozin, arrondissement de la commune de Dangbo au Bénin

L’eau est d’une importance biologique et économique vitale. C’est à la fois un aliment, éventuellement un médicament, une matière première industrielle, de l’énergie, agricole, et un moyen de transport et/ou de loisir incluant la baignade et la pêche.

Le degré de qualité exigé des eaux dépend de chacun des usages. Son utilisation à des fins d’eau potable nécessite une excellente qualité physico-chimique et microbiologique.

Menée sur le bassin versant du fleuve Ouémé dans la zone agricole de Hozin, cette étude s’est concentrée sur le suivi des contenus physico-chimiques et bactériologiques de l’eau de surface et du sous-sol au début et à la fin de la période de culture du riz.

Les résultats obtenus montrent que les concentrations d’ammonium et de fer dépassent les limites réglementaires fixées par l’OMS. De même, les valeurs de la DBO5 et de la DCO étaient hors du commun.

Les eaux de surface étaient plus polluées, pour plusieurs paramètres étudiés, que les eaux souterraines à l’exception du puits P2.

Les paramètres microbiologiques indiquent une contamination de l’eau par les matières fécales streptocoques, coliformes fécaux et totaux.

Les méthodes d’analyse permettent de suivre et de comprendre l’évolution spatio-temporel des caractéristiques physico-chimiques et bactériologiques des eaux de surface et souterraine de Hozin.

Les nutriments détectés dans la colonne d’eau ne proviennent pas de la décomposition des plantes du milieu aquatique mais d’autres sources comme le lessivage des sols ayant subi des traitements aux fertilisants chimiques

Il urge, pour éviter des risques sanitaires, de traiter les eaux de consommation avant leur utilisation par la population

Citation :

Sokènou, H., Padoue, A., Nonvignon, G.A., Gérard, J.R., Aimé, Z., Bodounri, Y., Modéran, T.R., Jacques, F., 2018. Study of the chemical and bacteriological quality of water resources in Hozin , district of the commune of Dangbo in Benin. Int. J. Chem. Stud. 6, 146–160.

Lire la suite

Comparaison de la quantité et de la qualité de l’eau dans trois bassins versants de vallées intérieures avec différents niveaux de développement agricole dans le centre du Bénin.

Cette étude a été réalisée dans le bassin versant du Haut Ouémé, qui couvre environ 14500 km2 au centre du Bénin. Un large éventail de données nécessaire a été utilisé pour préparer Arc-SWAT et SWATgrid pour chacun des bassins versants définis tel que la topographie, l’utilisation des terres, les sols, la météo, l’hydrométrie et la qualité de l’eau.

Perte de 60% de l’eau des précipitations par évapotranspiration dans tous les sites (868 mm à Kounga, 741 mm à Tossahou, et 645 mm à Kpandouga).

La percolation (302 mm) est importante dans le bassin versant de Kpandouga, dominé par la végétation naturelle à 99,7%. Cependant, l’écoulement de surface (105 mm) et l’écoulement latéral (92 mm) sont plus élevés dans le bassin versant de Kounga, la plus grande proportion d’utilisation de terres agricoles (14%).

Le taux de conversion des précipitations en écoulement est plus faible dans le bassin versant de Kpandouga en raison de la dominance de la végétation naturelle et la faible proportion de zones cultivées.

Le modèle calibré peut être utilisé par les chercheurs pour des travaux futurs afin d’étudier les impacts environnementaux des changements climats.

SWAT peut être utilisé avec succès dans la planification spatiale pour un développement agricole durable avec un impact environnemental limité sur les ressources en eau dans les paysages des vallées intérieures.

Nécessité de comprendre le comportement hydrologique des vallées par rapport à leurs bassins versants pour une meilleure intensification durable de l’agriculture dans les vallées intérieures.

Citation :  Danvi, A., Giertz, S., Zwart, S. J., Diekkrüger, B., 2017. Comparing water quantity and quality in three inland valley watersheds with different levels of agricultural development in central Benin. Agricultural Water Management. 192, 257–270.

Lire la suite