Pourquoi les agriculteurs ont-ils cessé de cultiver des variétés de riz pluvial NERICA dans le centre du Bénin ?

Le nouveau riz pour l’Afrique (NERICA) a été développé par le Centre du riz pour l’Afrique en croisant des Riz asiatique (Oryza sativa L.) avec du riz africain adapté localement (Oryza glaberrima Steud.).

La production communautaire de semences de variétés NERICA a été introduite dans un village du centre du Bénin en 2006 à travers des projets de diffusion de semences.

Certains ont signalé que les taux d’adoption élevés de ces variétés étaient principalement dus à la demande par les projets de développement pour la diffusion des semences, et aux incitations (c’est-à-dire vendre les semences de riz à un prix supérieur au prix du marché local à un service de vulgarisation local) pour les agriculteurs de cultiver des variétés de NERICA.

Environ la moitié des agriculteurs avaient cessé de cultiver les variétés de NERICA en 2011 à la fin des projets sur la diffusion des semences

Les raisons de l’abandon étaient les effets combinés de la demande de semences réduite et les faibles rendements, qui ont été attribués à un manque d’accès à crédit et de formation sur les pratiques de culture du NERICA.

La majorité des agriculteurs n’ont pas abandonné la culture du riz, mais ont cultivé d’autres variétés à haut rendement, dont une variété aromatique pour laquelle il y avait une demande du marché.

Pour améliorer la durabilité agricole, les variétés devraient être introduites en conjonction avec une formation de groupe appropriée sur leur culture, et le projet devrait cibler les agriculteurs qui n’ont pas d’entreprises non agricoles.

De plus, l’accès à le crédit devrait également être amélioré et la commercialisation des variétés devrait être évalué

Citation :

Yokouchi, T., Saito, K., 2017. Why did farmers stop cultivating NERICA upland rice varieties in central Benin ? Int. J. Agric. Sustain. 15, 724–734.

Lire la suite

Facteurs influençant l’adoption par les agriculteurs des variétés de riz pluvial NERICA : le cas d’un village producteur de semences au centre du Bénin.

En 2009, 74 % des agriculteurs appartenant à un groupement d’agriculteurs avaient une expérience de la culture des variétés NERICA, alors que seulement 29 % des agriculteurs qui n’appartenaient pas à un groupement avaient une telle expérience.

La différence d’adoption entre les membres de groupement et les non-membres a été attribuée aux approches utilisées par le service public de vulgarisation, qui a principalement travaillé avec des groupements d’agriculteurs comme point d’entrée pour la diffusion du NERICA.

Comme les femmes représentaient 70 % des agriculteurs dans les groupements, cette approche a permis d’atteindre l’égalité des sexes dans l’adoption des variétés NERICA.

L’activité de production de semences est devenue une incitation pour les agriculteurs à cultiver des variétés NERICA, car leurs semences peuvent être achetées à un prix supérieur à celui du marché local par le service public (CeCPA) pour une diffusion ultérieure.

Les agriculteurs masculins ont eu tendance à vendre de plus grandes quantités de variétés NERICA, car les agricultrices disposent de peu de terres pour les cultiver.

Environ 20 % des agriculteurs ont cessé de cultiver les variétés NERICA, car ils n’ont pas reçu d’informations appropriées sur leurs caractéristiques et les méthodes de culture requises pour s’impliquer dans le commerce des semences.

Les agriculteurs qui n’avaient jamais cultivé de variétés NERICA ont indiqué qu’ils avaient un accès limité aux semences.

L’échange de semences et des informations entre agriculteurs doit être renforcé afin de réduire la différence d’adoption du NERICA entre les membres de groupement et les non-membres.

Citation :

Yokouchi, T., Saito, K., 2016. Factors affecting farmers’ adoption of NERICA upland rice varieties: the case of a seed producing village in central Benin. Food Security 2016 8:1 8, 197–209.

Lire la suite

Facteurs influençant l’adoption par les agriculteurs des variétés de riz pluvial NERICA : le cas d’un village producteur de semences au centre du Bénin.

En 2009, 74 % des agriculteurs appartenant à un groupement d’agriculteurs avaient une expérience de la culture des variétés NERICA, alors que seulement 29 % des agriculteurs qui n’appartenaient pas à un groupement avaient une telle expérience.

La différence d’adoption entre les membres de groupement et les non-membres a été attribuée aux approches utilisées par le service public de vulgarisation, qui a principalement travaillé avec des groupements d’agriculteurs comme point d’entrée pour la diffusion du NERICA.

Comme les femmes représentaient 70 % des agriculteurs dans les groupements, cette approche a permis d’atteindre l’égalité des sexes dans l’adoption des variétés NERICA.

L’activité de production de semences est devenue une incitation pour les agriculteurs à cultiver des variétés NERICA, car leurs semences peuvent être achetées à un prix supérieur à celui du marché local par le service public (CeCPA) pour une diffusion ultérieure.

Les agriculteurs masculins ont eu tendance à vendre de plus grandes quantités de variétés NERICA, car les agricultrices disposent de peu de terres pour les cultiver.

Environ 20 % des agriculteurs ont cessé de cultiver les variétés NERICA, car ils n’ont pas reçu d’informations appropriées sur leurs caractéristiques et les méthodes de culture requises pour s’impliquer dans le commerce des semences.

Les agriculteurs qui n’avaient jamais cultivé de variétés NERICA ont indiqué qu’ils avaient un accès limité aux semences.

L’échange de semences et des informations entre agriculteurs doit être renforcé afin de réduire la différence d’adoption du NERICA entre les membres de groupement et les non-membres.

Yokouchi, T., Saito, K., 2016. Factors affecting farmers’ adoption of NERICA upland rice varieties: the case of a seed producing village in central Benin. Food Security 2016 8:1 8, 197–209.

NB: Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre “Factors affecting farmers’ adoption of NERICA upland rice varieties: the case of a seed producing village in central Benin.”

 

 

Lire la suite