Tourteau de Jatropha curcas (l.), substrat potentiel pour produire des asticots comme aliment pour les monogastriques d’élevage

Les graines de jatropha (Jatropha curcas) sont utilisées dans le monde entier pour produire du biodiesel et l’extraction d’huile génère une forte quantité de déchets appelée tourteau.

Le tourteau de Jatropha a une teneur élevée en protéines mais sa valorisation, par exemple en alimentation animale, est entravée par sa toxicité et ses propriétés anti-nutritionnelles.

Présentement, la seule façon évidente de l’utiliser est comme engrais organique dans les champs en plus d’avoir le potentiel d’être d’abord utilisé pour produire des larves de mouche avant d’être appliqué dans les champs.

Cette étude visait à produire des larves de mouches pour l’alimentation animale à partir de trois types de substrats exposés à des mouches domestiques naturelles : le tourteau de jatropha seul, la même graine tourteau enrichi de vers de terre pour aider à détoxifier et décomposer le tourteau, et le son de maïs, un substrat couramment utilisé dans la région pour produire des larves de mouches.

Les larves produites avec le tourteau de Jatropha contenaient plus de protéines et d’autres nutriments que ceux produits avec le son de maïs.

Ces résultats montrent que les tourteaux de graines de jatropha peuvent être valorisés en produisant les larves de mouches mais il reste à voir si les larves de mouches produites sur les tourteaux de jatropha ne sont pas toxiques pour les animaux.

Les rendements des larves de mouches produites dans cette étude sont satisfaisants mais pourraient être largement améliorés par l’ajout d’un attractif pour les mouches femelles ou modification de la structure physique du tourteau.

Cependant, il est nécessaire de déterminer si les larves de mouches produites à partir des tourteaux de jatropha conviennent à l’alimentation des animaux et ne contiennent pas de substances toxiques et facteurs antinutritionnels.

Citation :

Pomalégni, S.C.B., Gbemavo, C.D.S.J., Gnanglè, P.C., Djossou, S.R., Kenis, M., Babatounde, S., Glèlè Kakai, L.R., Mensah, G.A., 2018. Seed cake of jatropha curcas ( L .), potential substrate to produce maggots as feed for reared monogastric animals. J. Anim. Plant Sci. 28, 1591–1596.

Lire la suite

Remplacement complet de la farine de poisson par d’autres sources de protéines animales sur les performances de croissance des alevins de Clarias gariepinus.

La production de vers de terre et d’asticots ainsi que la reproduction artificielle de Clarias gariepinus ont été réalisées à la station d’expérimentation du Laboratoire de Recherche sur les Zones Humides (Université d’Abomey- Calavi, Bénin).

Rinçage des vers de terre et les asticots récoltés dans l’eau, bouillis pendant 20 minutes, pesés et lyophilisés à 7 C pendant 24 h dans un lyophilisateur.

L’expérience a été réalisé pendant 6 semaines dans 15 bassins contenant chacun 0,5 m3 d’eau et 50 alevins de poissons.

Les poissons nourris avec des régimes tests se sont mieux développés que ceux nourris avec le régime témoin.

La survie et l’utilisation des aliments des poissons nourris avec les régimes tests ne sont pas affectées par le rapport entre la farine de vers de terre et la farine d’asticot.

La teneur en lipides dans la carcasse et le filet des poissons nourris avec des régimes tests est plus élevée que ceux nourris avec des régimes témoins.

Les performances de croissance et d’utilisation des aliments des alevins de Clarias gariepinus sont améliorées lorsque le rapport 2:5 entre la farine de vers de terre et la farine d’asticot est utilisé pour remplacer entièrement la farine de poisson et que le rapport lysine/arginine du régime est inférieur à 1.

L’utilisation de sources non conventionnelles de protéines telles que le ver de terre et l’asticot réduit le coût des régimes et améliore la production de C. gariepinus.

Citation :  Djissou, A. S. M., Adjahouinou, D. C.,  Koshio, S., Fiogbe, E. D., 2016. Complete replacement of fish meal by other animal protein sources on growth performance of Clarias gariepinus fingerlings. Int. Aquat. Res. 8, 333–341.

Lire la suite