Écologie, systèmes de culture et utilisations alimentaires des ignames en Afrique tropicale : synthèse bibliographique.

Au Bénin, L’igname est considérée comme l’un des produits stratégiques pour la sécurité alimentaire.

En 2017, au Bénin, la production moyenne annuelle d’igname sur les dix dernières campagnes est de 2 730 000 tonnes

Au cours de 2016–2017, le Bénin était le quatrième producteur mondial d’igname (5% de la production mondiale) derrière le Nigéria, la Cote d’Ivoire et le Ghana.

La culture de l’igname se pratique avec succès dans des zones où la pluviométrie varie entre 1000 et 1800mm.

Les départements favorables à sa production sont les Collines, le Borgou, la Donga, l’Atacora, l’Alibori, le Zou et le Plateau

Les pratiques culturales, notamment le type de cultivar, la densité de plantation, la date de plantation, les adventices, les maladies et ravageurs, sans occulter l’histoire des parcelles et les pratiques paysannes de gestion du sol, ont un effet sur la productivité des ignames.

Les facteurs déterminant le choix des variétés d’igname cultivées sont : la qualité culinaire des tubercules, la productivité, la valeur commerciale, la facilité de multiplication, la qualité des cossettes, la précocité de tubérisation, la conservation, la facilité de culture, le rôle dans l’alimentation et l’importance pour les cérémonies et rituels.

L’accroissement de la production s’explique pour plus des trois quarts par l’augmentation des surfaces avec pour conséquence le déboisement de milliers d’hectares de formations végétales chaque année.

Il devient indispensable de développer de nouvelles technologies de production qui concilient la gestion durable des terres, la préservation de la biodiversité et une agriculture résiliente aux dérèglements climatiques.

Adifon, F.H., Yabi, I., Vissoh, P., Balogoun, I., Dossou, J., Saïdou, A., 2019. Écologie, systèmes de culture et utilisations alimentaires des ignames en Afrique tropicale : synthèse bibliographique. Cahiers Agricultures 28, 22.

 

Lire la suite

Evaluation de l’intensité territoriale de deux systèmes de cultures associées modérément fertilisées au Sud-Bénin

Dans la plupart des pays en développement, toute la production agricole a pour vocation d’être commercialisable et c’est la partie non commercialisable qui sert à la satisfaction des besoins alimentaires des petits paysans.

La production agricole destinée à l’exportation et à la commercialisation est celle la plus soutenue financièrement et techniquement par les pouvoirs publics.

Il est important de recentrer l’agriculture sur la satisfaction des besoins pouvant garantir l’équilibre alimentaire des producteurs puis des autres couches de la société tout en préservant l’environnement.

L’intensité territoriale se définit comme la superficie de terre nécessaire pour produire soit une ration alimentaire équilibrée en macronutriments (glucides, protéines et lipides), soit en apport protéino-énergétique (de 2 163,5 kcal/jour et 56,7g/jour de protéines) pour un adulte pendant un an.

La pratique des cultures multiples favorise la réduction de l’intensité territoriale en permettant la suffisance quantitative à travers les bons rendements mais également, une diversité pouvant garantir l’équilibre alimentaire.

L’intensité territoriale varie de 2 831,4 m² pour le système de culture de l’arachide en culture mono spécifique à 495,6 m² lorsque l’arachide est associée à la variété de maïs TZEEW, à port érigé.

L’intensité territoriale varie de 2 500 m² (pois d’angole) en système de cultures mono spécifiques à 1 521,8 m² pour l’association maïs-manioc-pois d’angole,

Il est nécessaire que les politiques s’appuient sur la minimisation de l’intensité territoriale, en matière de rendements agricoles, afin de concilier durablement la satisfaction des besoins alimentaires des populations en plein accroissement et la préservation des ressources naturelles.

Adjahossou, V., Adjahossou, B., Dovonou, F., Adjahossou, D., Boko, M., 2014. Evaluation de l’intensité territoriale de deux systèmes de cultures associées modérément fertilisées au Sud-Bénin. International Journal of Biological and Chemical Sciences 7, 2233–2247.

 

Lire la suite

Ethnobotanie, diversité des variétés locales et cultivars potentiels riches en vitamine A de la patate douce (Ipomoea batatas (L.) Lam.) dans le sud et le centre du Bénin.

La patate douce est un aliment de base important au Bénin, qui reste malheureusement négligé par la recherche et sous-utilisé.

La patate douce est produite pour sa valeur alimentaire mais aussi à des fins économiques.

Au Bénin, la production de patates douces serait limitée par plusieurs facteurs biotiques et abiotiques, ainsi que par l’absence de cultivar amélioré à haut rendement.

La diversité génétique des cultivars traditionnelles avec des niveaux variables de caractères agronomiques tels qu’un rendement élevé de l’organe de stockage, une teneur élevée en matière sèche (MS), un développement vigoureux du feuillage peut permettre de palier aux rendements faibles observés actuellement.

La difficulté des pratiques agricoles et la sensibilité de la culture aux attaques de ravageurs et d’insectes sont les principales contraintes citées par les enquêtés.

Le nombre de variétés de patate douce par village varie de 2 à 11 avec une moyenne de 5 variétés par village.

La région du Sud possède une gamme relativement plus élevée de variétés que la région Nord et convient donc à la conservation de la diversité des cultures.

108 cultivars de patate douce identifiés et classifiés en huit groupes en se basant sur 13 traits agronomiques et caractéristiques culinaires.

Quelques groupes de variétés de patate douce sont caractérisés par une chair jaune et orange, ce qui pourraient constituer une source potentielle de vitamine A.

Pour préserver les variétés locales existantes contre l’érosion génétique, la collecte et la conservation du germoplasme ex situ sont une nécessité.

Sanoussi, A.F., Dansi, A., Orobiyi, A., Gbaguidi, A., Agre, A.P., Dossou-Aminon, I., Sanni, A., 2016. Ethnobotany, landraces diversity and potential vitamin A rich cultivars of sweet potato (Ipomoea batatas (L.] Lam.) in southern and central Benin. Genetic Resources and Crop Evolution 2016 64:6 64, 1431–1449.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre « Ethnobotany, landraces diversity and potential vitamin A rich cultivars of sweet potato (Ipomoea batatas (L.] Lam.) in southern and central Benin.»

 

Lire la suite

Effet du colostrum de vache sur les performances et le taux de survie des porcelets nouveau-nés locaux en République du Bénin.

Les performances de croissance du porcelet de race locale dans les élevages traditionnels en Afrique en général et au Bénin en particulier sont médiocres, allant de 12 à 34 g/jour

Le taux de mortalité signalé se situe entre 18 et 32 % de la naissance au sevrage.

La seule alimentation du porcelet est le colostrum dans les premières heures de vie et le lait ensuite.

Le tiers des truies ne semblent pas produire suffisamment de colostrum pour répondre aux besoins des porcelets, ce qui explique la plupart des décès survenant dans les premiers jours de vie.

L’effet du colostrum bovin, sur la survie et les performances de croissance des porcelets de race locale élevés par leur mère, au Bénin, a été évalué sur un essai de 49 jours.

Au 21e jour, presque tous les porcelets du groupe ayant reçu du colostrum chauffé sont morts.

Le gain de poids quotidien le plus élevé a été obtenu dans le groupe qui a reçu du colostrum bovin décongelé (56 g/jour), suivi par le groupe laissé avec la mère (34 g/jour).

Le colostrum bovin décongelé a amélioré les performances de croissance et la survie des porcelets, probablement grâce aux composants thermolabiles.

Le colostrum bovin décongelé peut être utilisé dans nos fermes afin de réduire la mortalité avant sevrage, d’améliorer la rentabilité des éleveurs et d’assurer la survie des fermes traditionnelles.

Son utilisation pourrait être facilitée par une collaboration entre éleveurs de porcs et de bovins ou par la création d’une banque de colostrum.

Agbokounou, A.M., Ahounou, G.S., Youssao Abdou Karim, I., Mensah, G.A., Koutinhouin, B., Hornick, J.-L., 2016. Effect of cow colostrum on the performance and survival rate of local newborn piglets in Benin Republic. Tropical Animal Health and Production 2016 49:2 49, 287–294.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre « Effect of cow colostrum on the performance and survival rate of local newborn piglets in Benin Republic.»

 

Lire la suite

Effet de l’hygiène et de la médication sur la survie et la croissance pré-sevrage des moutons Djallonké dans l’Atacora, Bénin.

La faible productivité des ovins dans le nord du Bénin entrave le développement économique et son amélioration peut contribuer à la réduction de la pauvreté rurale et de l’insécurité alimentaire.

L’une des contraintes à la productivité des moutons Djallonké est la mortalité élevée pendant l’allaitement en pleine saison des pluies et en début de saison sèche.

Un bon logement et une bonne hygiène (nettoyage quotidien et désinfection bimensuelle de l’étable et des abreuvoirs et mangeoires) réduisent la mortalité et augmentent la croissance des agneaux de lait jusqu’à 3 mois.

L’association d’un bon logement et de médicaments (injection unique de vitamines et d’acides aminés et d’ivermectine pour le déparasitage, traitement hebdomadaire des tiques par pulvérisation, et en cas de diarrhée, traitement antibiotique) a réduit la mortalité, mais la croissance n’était pas supérieure à celle du groupe témoin.

En d’autres termes, les médicaments ne réduisent que la mortalité, mais la croissance n’est pas significativement plus élevée par rapport au groupe témoin.

La marge nette des traitements « hygiène » et « hygiène et médicaments » est de 92979 FCF et 105063 FCFA respectivement.

Compte tenu de la marge nette, du cout d’opportunité du travail et de l’investissement en capital, le traitement « hygiène » est plus rentable, moins couteux (finance et charge de travail) et donc plus accessible aux agriculteurs pauvres.

Les pratiques vétérinaires courantes sont prohibitives et constituent un message clair pour les services de vulgarisation : Les médicaments ne peuvent pas remplacer l’hygiène.

Doko, S., Degla, P., Edoun, G., Bosma, R., 2013. Effect of hygiene and medication on preweaning survival and growth of Djallonké sheep in Atacora, Benin. Tropical animal health and production 45, 129–134.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre « Effect of hygiene and medication on preweaning survival and growth of Djallonké sheep in Atacora, Benin.»

 

Lire la suite

Effet de l’huile essentielle de feuilles fraîches d’Ocimum gratissimum L. sur la mycoflore pendant le stockage des arachides au Bénin

La détérioration fongique des graines et céréales stockées et la production de mycotoxines constituent un problème majeur du système de stockage au Bénin.

Parmi les mycotoxines, l’aflatoxine B1 (AFB1), produite par des espèces d’Apergillus, est la forme la plus toxique pour les mammifères.

Au Bénin, les arachides sont une légumineuse importante et sont consommées avec du maïs bouilli pour réduire l’impact de la faim pendant la saison maigre.

L’extraction de l’huile des arachides fournit un revenu aux femmes et aux personnes à leur charge.

Les traitements habituels de la détérioration fongique des arachides comprennent l’utilisation d’antimicrobiens synthétiques qui restent dans les aliments, entrainant des effets néfastes sur la santé des mammifères.

L’Huile Essentielle (HE) d’Ocimum gratissimum L. (communément appelée Tchayo en langue fon au Bénin) s’est avérée efficace contre toutes les souches d’Aspergillus et de Fusarium.

La concentration minimale inhibitrice de l’HE s’est avérée être de 7,5 μl/ml pour A. flavus et A. parasiticus et de 5,5 μl/ml pour A. ochraceus et F. oxysporium.

La concentration minimale à effet fongicide a été enregistrée à 8,0 μl/ml pour A. flavus et A. parasiticus, 6,5 μl/ml pour A. ochraceus et 6,0 μl/ml pour F. oxysporium.

L’HE des feuilles fraîches de O. gratissimum, ayant des propriétés d’inhibition de la croissance fongique et des mycotoxines, offre une nouvelle approche de la gestion des champignons de stockage.

Il s’agit d’une méthode prometteuse pour la conservation des produits stockés dans les zones rurales, qui n’ont pas accès aux systèmes de stockage modernes.

Adjou, E.S., Kouton, S., Dahouenon-Ahoussi, E., Soumanou, M.M., Sohounhloue, D.C.K., 2012. Effect of essential oil from fresh leaves of Ocimum gratissimum L. on mycoflora during storage of peanuts in Benin. Mycotoxin Research 2012 29:1 29, 29–38.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre «Effect of essential oil from fresh leaves of Ocimum gratissimum L. on mycoflora during storage of peanuts in Benin»

Lire la suite

Effets des huiles essentielles de plantes médicinales acclimatées au Bénin sur la fermentation ruminale in vitro de l’herbe Andropogon gayanus.

Les ruminants émettent du méthane, sous-produit inévitable de la fermentation microbienne des hydrates de carbone et des protéines par des microbes anaérobies dans le rumen.

Le méthane entérique est d’une importance fondamentale pour le maintien les réactions d’oxydoréduction, essentielles au fonctionnement du rumen.

Les pertes de méthane entérique ont un impact négatif à la fois sur l’hôte et sur l’environnement, car elles réduisent l’efficacité de l’utilisation des aliments et constituent un puissant gaz à effet de serre.

Il est souhaitable de développer des stratégies qui atténuent la production de méthane entérique.

Citrus aurantifolia (Christm). Swing, Eucalyptus citriodora Hook, Laurus nobilis L., Mentha piperita L., Ocimum gratissimum L., Zingiber officinalis Rosc. sont des plantes médicinales acclimatées au Bénin (Afrique de l’Ouest).

Les Huiles Essentielles (HE) des 7 plantes médicinales ont modifié in vitro la fermentation microbienne du rumen et réduit la production ruminale de méthane à partir de fourrage herbacé d’Andropogon gayanus.

Par rapport au contrôle, Laurus nobilis (300-400 mg/L), Citrus aurantifolia (300-400mg/L) et Ocimum gratissimum (200-400mg/L) ont diminué significativement la production de méthane (mL/g MS) de 8,1-11,8%, 11,9-17,8% et 7,9-30,6%, respectivement.

Par rapport au témoin, des réductions de méthane de 11,4 %, 13,5 % et 14,2 % ont été observées seulement à 400mg/L pour Eucalyptus citriodora, Ocimum basilicum et Cymbopogon citratus, respectivement.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer un taux de dose efficace et si ces HE pourraient potentiellement bénéficier à la fermentation ruminale et réduire la production de méthane lorsqu’elles sont utilisées avec d’autres types d’aliments.

Kouazounde, J.B., Jin, L., Assogba, F.M., Ayedoun, M.A., Wang, Y., Beauchemin, K.A., McAllister, T.A., Gbenou, J.D., 2015. Effects of essential oils from medicinal plants acclimated to Benin on in vitro ruminal fermentation of Andropogon gayanus grass. Journal of the Science of Food and Agriculture 95, 1031–1038.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sur le titre «Effects of essential oils from medicinal plants acclimated to Benin on in vitro ruminal fermentation of Andropogon gayanus grass.»

 

Lire la suite

Perceptions des agriculteurs et adaptation au changement climatique dans la savane soudanaise d’Afrique occidentale : Bilan de la situation à Dassari, au Bénin, et à Dano, au Burkina Faso.

Le changement climatique est une grande menace pour l’Afrique de l’Ouest, dont le climat est déjà instable.

Les impacts actuels et potentiels sont particulièrement durs pour l’agriculture dans la savane soudanaise.

Les réponses des agriculteurs concernant la perception du changement climatique et les mesures d’adaptation sont souvent conjecturales, non étayées par des tests statistiques et variables d’un individu à l’autre.

Les connaissances des agriculteurs en matière de changement climatique semblent limitées et sont principalement basées sur leur “propre” expérience et leur interprétation.

L’ampleur et la diversité des impacts du changement climatique sont globalement reconnues et connues par les agriculteurs, mais les mesures mises d’adaptation mises en œuvre par ces derniers semblent diverger entre ce qui est déclaré et rapporté et ce qui est réellement pratiqués sur le terrain.

Il est indispensable que les rapports sur les changements climatiques et les stratégies d’adaptation, basés sur les seules déclarations des agriculteurs fassent l’objet de vérification sur terrain pour s’assurer qu’elles collent à la réalité.

Les principales qualités des mesures d’adaptation efficaces sont le rendement économique à court terme, la compatibilité avec les contextes écologiques, sociaux et institutionnels locaux et l’accord avec les traditions agricoles coutumières.

La prise en compte de ces aspects, notamment par les services nationaux de vulgarisation agricole, peut favoriser l’adaptation de l’agriculture locale et accroître la résilience générale des ménages face au changement climatique.

Callo-Concha, D., 2018. Farmer Perceptions and Climate Change Adaptation in the West Africa Sudan Savannah: Reality Check in Dassari, Benin, and Dano, Burkina Faso. Climate 2018, Vol. 6, Page 44 6, 44.

NB: Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre “Farmer Perceptions and Climate Change Adaptation in the West Africa Sudan Savannah: Reality Check in Dassari, Benin, and Dano, Burkina Faso.”

 

Lire la suite

Facteurs affectant la variation des rendements agricoles du riz de bas-fond irrigué dans la partie méridionale du centre du Bénin.

Les plans nationaux de développement de la riziculture accordent une grande priorité au développement de systèmes d’irrigation à petite échelle.

Les périmètres rizicoles dans la partie méridionale du centre Bénin ont été établis entre 1969 et 2009. Les rendements de riz variaient de 1,3 à 7,8 t ha-1 avec un rendement moyen de 4,8 t ha-1.

75% de la variation des rendements pouvait être expliquée par cinq facteurs agronomiques (gestion des résidus de jachère, méthode de labour, stress hydrique, dégâts causés par les rats et taux d’application de l’azote) et deux facteurs édaphiques (surfaces en pente et teneur en sable du sol).

L’élimination des résidus de jachère des champs pour la préparation du sol a réduit les rendements. Les rendements étaient plus faibles dans les parcelles labourées à la main qu’à la machine. Les surfaces inclinées, le stress hydrique et les dégâts causés par les rats ont réduit les rendements.

L’augmentation du rendement due à l’application de N varie de 0,8 à 1,6 t ha-1.

Le rendement moyen n’était que de 2,9 t ha-1 pour les systèmes d’irrigation plus récents développés en 2002 et 2009.

Les faibles rendements des nouveaux systèmes d’irrigation dus à des pratiques de gestion des cultures non optimales suggèrent que l’apprentissage et la vulgarisation des bons principes et pratiques agricoles entre agriculteurs peuvent augmenter les rendements.

La capacité organisationnelle est également importante pour garantir l’utilisation de ressources communes telles que l’eau d’irrigation et les tracteurs pour la préparation des terres.

Tanaka, A., Saito, K., Azoma, K., Kobayashi, K., 2013. Factors affecting variation in farm yields of irrigated lowland rice in southern-central Benin. European Journal of Agronomy 44, 46–53.

NB: Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre “Factors affecting variation in farm yields of irrigated lowland rice in southern-central Benin”

 

Lire la suite

Facteurs influençant l’adoption par les agriculteurs des variétés de riz pluvial NERICA : le cas d’un village producteur de semences au centre du Bénin.

En 2009, 74 % des agriculteurs appartenant à un groupement d’agriculteurs avaient une expérience de la culture des variétés NERICA, alors que seulement 29 % des agriculteurs qui n’appartenaient pas à un groupement avaient une telle expérience.

La différence d’adoption entre les membres de groupement et les non-membres a été attribuée aux approches utilisées par le service public de vulgarisation, qui a principalement travaillé avec des groupements d’agriculteurs comme point d’entrée pour la diffusion du NERICA.

Comme les femmes représentaient 70 % des agriculteurs dans les groupements, cette approche a permis d’atteindre l’égalité des sexes dans l’adoption des variétés NERICA.

L’activité de production de semences est devenue une incitation pour les agriculteurs à cultiver des variétés NERICA, car leurs semences peuvent être achetées à un prix supérieur à celui du marché local par le service public (CeCPA) pour une diffusion ultérieure.

Les agriculteurs masculins ont eu tendance à vendre de plus grandes quantités de variétés NERICA, car les agricultrices disposent de peu de terres pour les cultiver.

Environ 20 % des agriculteurs ont cessé de cultiver les variétés NERICA, car ils n’ont pas reçu d’informations appropriées sur leurs caractéristiques et les méthodes de culture requises pour s’impliquer dans le commerce des semences.

Les agriculteurs qui n’avaient jamais cultivé de variétés NERICA ont indiqué qu’ils avaient un accès limité aux semences.

L’échange de semences et des informations entre agriculteurs doit être renforcé afin de réduire la différence d’adoption du NERICA entre les membres de groupement et les non-membres.

Yokouchi, T., Saito, K., 2016. Factors affecting farmers’ adoption of NERICA upland rice varieties: the case of a seed producing village in central Benin. Food Security 2016 8:1 8, 197–209.

NB: Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre “Factors affecting farmers’ adoption of NERICA upland rice varieties: the case of a seed producing village in central Benin.”

 

 

Lire la suite