Utilisation du SIG Web comme outil de développement agricole avec les légumes indigènes africains

La sécurité alimentaire est une priorité pour la plupart des pays africains. En République du Bénin et au Nigéria, les équipes de recherche développent des outils et stratégies pour soulager le stress causé par l’insécurité alimentaire.

Une approche innovante pour aborder la sécurité alimentaire consiste à utiliser un système SIG, mais ce système nécessite une collecte complète de données.

Pour la zone d’étude, ces données étaient auparavant indisponibles. Des outils tels qu’une interface cartographique et le calculateur de profit brut ont été créés pour améliorer le système basé sur le Web.

Les données climatiques recueillies sur le terrain ont été combinés pour créer un ensemble de données complet pour le projet MicroVeg. Avec plus de données de collaboration, concernant à la fois types et le volume, peuvent être entrés dans la base de données. Ainsi, ce qui en fait un produit robuste et système dynamique pour l’amélioration de la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest.

La recherche des données ont ensuite été intégrées pour fournir des recommandations aux petits agriculteurs de la région. Cette approche peut servir de modèle pour la recherche de développement future autour du monde.

Les outils décrits dans la base de données WebGIS sera étendu à l’avenir pour inclure données climatiques mises à jour, modélisation climatique, et une approche de mise à l’échelle basée sur le SIG

Citation :

Minielly, C., Peak, D., Zeng, W., Yuan, S., Bell, S., 2019. Using WebGIS as a Tool for Agricultural Development with African Indigenous Vegetables. Spat. Knowl. Inf. Canada 7, 1–8.

Lire la suite

Utilisation des résidus agricoles pour les biocarburants de transport durable en 2050 : cas de l’Afrique de l’Ouest

La biomasse est une ressource locale et potentiellement renouvelable qui devrait être gérée de manière durable au lieu de s’appuyer à moyen terme sur des combustibles fossiles importés tels que le GPL et l’essence.

Cet article analyse le potentiel des résidus agricoles à satisfaire demande d’énergie pour les biocarburants dans le cadre du changement climatique à long terme et variabilité en Afrique de l’Ouest et une perspective d’une politique énergétique bio économie.

Le but de ce travail était d’évaluer la faisabilité de produire de tels biocarburants en utilisant des résidus agricoles comme matière première.

Le potentiel de la biomasse de dix résidus agricoles a été estimée dans l’environnement R à l’aide des données de la FAO. Les options étaient analysées afin de générer des portefeuilles de carburants de transport basés sur des indicateurs énergétiques, la disponibilité de la biomasse et des scénarios de progrès technologique.

Les usines multi-matières premières produisant du bioéthanol, SNG et l’électricité sont capables de produire l’énergie nécessaire au transport biocarburants de treize pays d’Afrique de l’Ouest utilisant des résidus à partir de neuf cultures sélectionnées dans le scénario considéré.

L’allocation optimale a varié d’un pays à l’autre, montrant une compromis équitable entre les fonctions objectives.

Citation:

Gnansounou, E., Pachon, R.E., Sinsin, B., Teka, O., Togbé, E., Mahamane, A., 2020. Using agricultural residues for sustainable transportation biofuels in 2050 : Case of West Africa. Bioresour. Technol. 305, 123080.

Lire la suite

L’irrigation goutte à goutte à énergie solaire améliore la sécurité alimentaire dans la région soudano-sahélienne

Des fractions importantes de l’Afrique subsaharienne sont considérées comme des consommateurs d‘aliments précaires, tel que mesuré par la disponibilité calorique totale par habitant au niveau national, la consommation au niveau des ménages, et/ou divers indicateurs individuels de l’état nutritionnel.

Dans toute la région, ces populations en insécurité alimentaire sont majoritairement rurales, et ils survivent fréquemment avec <1 par personne et par jour.

Même si la plupart sont engagés dans la production agricole comme principal moyen de subsistance, ils dépensent néanmoins 50 à 80 % de leurs revenus en nourriture, et sont souvent des consommateurs nets de denrées alimentaires, en particulier de produits non essentiels.

Répondre aux besoins alimentaires de la population croissante de l’Afrique au cours du prochain demi-siècle nécessitera des technologies qui améliorent considérablement les moyens de subsistance en milieu rural à un coût environnemental minimal.

Ces technologies seront probablement distinctes de ceux de la révolution verte, qui a eu relativement peu d’impact en Afrique.

Cette étude analyse l’irrigation goutte à goutte à énergie solaire en tant que stratégie pour améliorer la sécurité alimentaire dans la région rurale soudano-sahélienne de Afrique de l’Ouest.

À l’aide d’une comparaison par paires appariées de villages du nord Bénin (deux villages de traitement, deux villages de comparaison), et enquête auprès des ménages et données de terrain jusqu’à la première année de récolte dans ces villages, nous constatons que l’irrigation goutte à goutte à énergie solaire augmente considérablement à la fois le revenu du ménage et l’apport de la nutrition, en particulier pendant la saison sèche, et est rentable par rapport aux technologies alternatives.

Citation :

Burney, J., Woltering, L., Burke, M., Naylor, R., Pasternak, D., 2010. Solar-powered drip irrigation enhances food security in the Sudano – Sahel. PNAS 107, 1848–1853.

Lire la suite

L’irrigation des petits exploitants comme outil de réduction de la pauvreté en Afrique subsaharienne

Les populations les plus pauvres d’Afrique subsaharienne vivent en milieu rural et dépendent principalement de la production pluviale pour la culture d’aliments de base pour leur subsistance.

La promotion de la petite irrigation est citée comme une stratégie pour améliorer la génération de revenus et la sécurité alimentaire pour les sous-régions.

A court terme, la technologie devrait ouvrir la voie à une consommation accrue, à l’accumulation d’actifs et à une réduction de la pauvreté persistante parmi les utilisateurs.

À plus long terme, il devrait conduire à des rétroactions institutionnelles qui soutiennent un développement économique soutenu et des améliorations nutritionnelles.

Notre examen des projets d’irrigation à petite échelle en Afrique suggère que les trois composantes d’un système d’irrigation— accès à l’eau, distribution de l’eau et utilisation de l’eau – jouent des rôles complémentaires et ne seront pas nécessairement adoptés de manière autonome.

L’examen expérimental du cas du Bénin montre qu’un projet combinant l’accès, la distribution et l’utilisation peut avoir des rendements élevés à court terme, y compris au niveau institutionnel – devenant potentiellement un « changeur de jeu » pour l’évolution de l’agriculture dans le temps.

Cette revue de littérature représente donc une contribution importante pour comprendre les succès et les échecs des projets sur la petite irrigation.

En général, la consommation est un indicateur plus fiable au niveau du vivant que le revenu des ménages les plus pauvres, dont le revenu a tendance à être grumeleux, variable et au moins partiellement non monétisé.

Les formulations alternatives du modèle 1, combinant différences-indifférences avec le score de propension (plus proche voisin, rayon et noyau) ou l’appariement de Mahalanobis donnent des résultats similaires dans les trois groupes.

Cette analyse d’investissement est au niveau du jardin individuel (SMG), et comprend tous les biens d’équipement, les coûts d’installation, l’entretien, la formation, et intrants sur la durée de vie des panneaux solaires (estimés de manière prudente à 15 ans).

Citation :

Burney, J.A., 2012. Smallholder Irrigation as a Poverty Alleviation Tool in Sub-Saharan Africa. World Dev. 40, 110–123.

Lire la suite

Tourteau de Jatropha curcas (l.), substrat potentiel pour produire des asticots comme aliment pour les monogastriques d’élevage

Les graines de jatropha (Jatropha curcas) sont utilisées dans le monde entier pour produire du biodiesel et l’extraction d’huile génère une forte quantité de déchets appelée tourteau.

Le tourteau de Jatropha a une teneur élevée en protéines mais sa valorisation, par exemple en alimentation animale, est entravée par sa toxicité et ses propriétés anti-nutritionnelles.

Présentement, la seule façon évidente de l’utiliser est comme engrais organique dans les champs en plus d’avoir le potentiel d’être d’abord utilisé pour produire des larves de mouche avant d’être appliqué dans les champs.

Cette étude visait à produire des larves de mouches pour l’alimentation animale à partir de trois types de substrats exposés à des mouches domestiques naturelles : le tourteau de jatropha seul, la même graine tourteau enrichi de vers de terre pour aider à détoxifier et décomposer le tourteau, et le son de maïs, un substrat couramment utilisé dans la région pour produire des larves de mouches.

Les larves produites avec le tourteau de Jatropha contenaient plus de protéines et d’autres nutriments que ceux produits avec le son de maïs.

Ces résultats montrent que les tourteaux de graines de jatropha peuvent être valorisés en produisant les larves de mouches mais il reste à voir si les larves de mouches produites sur les tourteaux de jatropha ne sont pas toxiques pour les animaux.

Les rendements des larves de mouches produites dans cette étude sont satisfaisants mais pourraient être largement améliorés par l’ajout d’un attractif pour les mouches femelles ou modification de la structure physique du tourteau.

Cependant, il est nécessaire de déterminer si les larves de mouches produites à partir des tourteaux de jatropha conviennent à l’alimentation des animaux et ne contiennent pas de substances toxiques et facteurs antinutritionnels.

Citation :

Pomalégni, S.C.B., Gbemavo, C.D.S.J., Gnanglè, P.C., Djossou, S.R., Kenis, M., Babatounde, S., Glèlè Kakai, L.R., Mensah, G.A., 2018. Seed cake of jatropha curcas ( L .), potential substrate to produce maggots as feed for reared monogastric animals. J. Anim. Plant Sci. 28, 1591–1596.

Lire la suite

Fonder la recherche agricole sur les besoins des agriculteurs pauvres en ressources : une analyse comparative des études de diagnostic au Ghana et au Bénin

La comparaison a révélé que les études de diagnostic ont identifié et établi des forums de parties prenantes, en particulier de agriculteurs, qui devaient jouer un rôle clé dans la co-construction des connaissances lors de la phase d’expérimentation de terrain

Les études de diagnostic ont donné la parole aux agriculteurs dans la conception et conduite de la phase expérimentale qui leur a permis d’influencer le processus de recherche dans le sens de développer et de tester des technologies qui fonctionnent dans leurs circonstances et qui répondent à leurs besoins et priorités

Les études de diagnostic ont conduit à des choix transparents quant à la sélection des sites, des agriculteurs et des expérimentations avec des conditions de négociation créées

Les études diagnostiques aident les chercheurs à comprendre et à maitriser le contexte plus large afin de déterminer les améliorations possibles de la situation problématiques identifiée

Au Bénin, les études diagnostiques suivent une approche uniforme avec une identification au préalable des domaines de besoins en innovations. A l’opposé, les études diagnostiques au Ghana suivent une approche innovatrice qui peut être comparée à la phase exploratoire des études diagnostiques au Bénin

Enfin, les études de diagnostic jouent un rôle crucial pour rendre les partenaires au sein de la Convergence des Projets de sciences conscients de l’importance des conditions-cadres contextuelles pour déterminer la pertinence du projet

Citation:

Nederlof, E.S., Tossou, R., Kossou, O.K., 2004. Grounding agricultural research in resource-poor farmers ’ needs: a comparative analysis of diagnostic studies in Ghana and Benin. NJAS 52, 421–442.

Lire la suite

Diversité génétique et relations du matériel génétique de l’igname de Guinée (Dioscorea cayenensis Lam.–D. rotundata Poir. complex) au Bénin (Afrique de l’Ouest) à l’aide de marqueurs microsatellites

L’igname de Guinée (Complexe Dioscorea cayenensis–D. rotundata) est une importante culture de tubercules contribuant fortement à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté au Bénin avec 64 races locales.

La connaissance et la compréhension de l’étendue de la variation génétique de l’igname de Guinée est importante pour la planification de la conservation génétique et l’utilisation de cette ressource.

64 races locales d’igname dont les copeaux séchés sont considérés comme résistants aux attaques d’insectes en utilisant 41 répétitions de séquences simples avec 13 qui se sont révélés polymorphes donnant 113 allèles polymorphes.

A Singou et Tchakatchaka, un gène avec un allèle unique est observé et utilisé pour la culture de certaines races locales d’igname.

Le matériel génétique de l’igname a un haut degré de diversité génétique soutenu par une hétérozygotie moyenne observée de 0,78.

Répartition sur deux clusters et 5 sous-clusters avec présentation d’un niveau nul d’association entre la diversité génétique et l’origine géographique des races locales d’igname.

La diversité génétique et l’évaluation des relations entre les 64 races locales d’igname du Bénin pourraient fournir des informations utiles dans l’identification et la sélection correctes des parents appropriés pour les programmes de culture.

Citation:

Loko, Y.L., Bhattacharjee, R., Agree, P.A., Dossou-Aminon, I., Orobiyi, A., Djedatin, G., Dansi, A., 2017. Genetic diversity and relationship of Guinea yam ( Dioscorea cayenensis Lam .– D . rotundata Poir . complex ) germplasm in Benin ( West Africa ) using microsatellite markers. Genet. Resour. Crop Evol. 64, 1205–1219.

Lire la suite

Différenciation génétique d’un téléostéen primitif, le bonytongue africain Heterotis niloticus, entre les bassins fluviaux et au sein d’un système fluvial de plaine inondable au Bénin, en Afrique de l’Ouest

Des niveaux élevés de différenciation génétique parmi la population d’Heterotis niloticus de trois bassins fluviaux constituants des zones importantes de pêche au Bénin ont été révélé après examen de huit loci microsatellites. Mais, de faibles niveaux de différenciation génétique au sein des populations ont été détectés dans le système de plaine inondable de la rivière Ouémé–Sô. Ces résultats ont des implications importantes pour la conservation et la gestion des stocks soutenant d’importantes pêcheries continentales en Afrique de l’Ouest.

La diversité allélique moyenne et l’hétérozygotie, (3,5 et 0,34) pour H. niloticus au niveau du fleuve Niger à Malanville contrairement au (5,88 et 0,59) obtenues dans la localité de la rivière du Mono, sont extrêmement faibles par rapport aux valeurs rapportées pour autres poissons d’eau douce. Ce qui suggère une vulnérabilité de cette espèce de poisson causée par la surexploitation. Nécessité de faire des analyses génétiques élargies dans le nord du Bénin (bassin du Niger) afin d’établir si la faible diversité génétique d’Heterotis niloticus est une caractéristique de cette région.

Pour la conservation et la gestion unique de cet écosystème, H. niloticus semble être approprié à considérer. Ceci, dans la gestion du stock devant traiter les lacs, les canaux d’écoulement et les mares saisonnières des plaines inondables, comme un ensemble d’habitats essentiels interconnectés.

Pour une durabilité de la pêche dans la plaine inondable de la rivière Ouémé-Sô, il est essentiel de maintenir un nombre suffisant d’adultes reproducteurs dans les lacs permanents. La diversité génétique d’H. niloticus observée au niveau du bassin de la rivière Ouémé-Sô est supérieure à celles des deux autres bassins fluviaux mais comparable à la moyenne généralement signalée pour les autres espèces de poissons d’eau douce.

Citation:

Hurtado, L.A., Carrera, E., Adite, A., Winemiller, K.O., 2013. Genetic differentiation of a primitive teleost , the African bonytongue Heterotis niloticus , among river basins and within a floodplain river system in Benin , West Africa. J. Fish Biol. 83, 682–690.

Lire la suite

Problèmes de sécurité alimentaire en Afrique subsaharienne : la recherche opérationnelle comme outil d’analyse

Les politiques, dans le domaine de la sécurité alimentaire, font partie des causes en Afrique de la stagnation de la croissance agricole.

Le développement agricole et la sécurité alimentaire sont des phénomènes complexes et sont fonction des facteurs climatiques, environnementaux, sociaux et économiques. Ces facteurs jouent un rôle à différents niveaux avec une forte possibilité d’interdépendance.

Une « approche systémique » peut aider à démêler tous les facteurs qui influencent les décisions des agriculteurs et clarifier leurs interrelations, établir un cadre de référence comme base pour les modèles de recherche opérationnelle à développer et diriger le processus étape par étape de construction de modèles de recherche opérationnelle et de discussion résultats préliminaires.

En raison de l’incertitude des précipitations au Bénin, l’adoption d’un paquet flexible de cultures et de technologies agricoles est préférable à une forte dépendance au coton comme seule principale culture de rente.

Les résultats de l’utilisation des modèles de recherche opérationnelle ne fournissent pas un modèle de stratégie pour résoudre les problèmes des agriculteurs. Loin de là, les modèles de recherche opérationnelle constituent un outil d’analyse, par lequel la logique des stratégies réelles des agriculteurs et la faisabilité de l’adoption de nouvelles technologies peut être mieux comprise. Néanmoins, les études peuvent renforcer la base de l’élaboration des politiques.

La contribution de l’utilisation des modèles de recherche opérationnelle peut cependant être importante, si les activités de modélisation sont intégrées dans une approche interdisciplinaire en interaction entre agriculteurs, les décideurs politiques au niveau local et les chercheurs.

Citation:

Schweigman, C., 2008. Food security problems in sub-Saharan Africa : Operations Research as a tool of analysis. Int. Trans. Oper. Res. 15, 173–193.

Lire la suite

Perception populaire du dimorphisme sexuel, de la sex-ratio et de la répartition spatiale : Implications pour la dynamique des populations de Sclerocarya birrea [(A. Rich) Hochst] au Bénin, Afrique de l’Ouest

Sclerocarya birrea est une espèce dioïque (sexe séparé) à usages multiples dont le bois, les fruits et l’écorce représentent les principales parties utilisées de l’espèce. La récolte du bois et de la partie végétale devrait être orientée vers les individus mâles afin de réduire les menaces sur les femelles, et donc, permettre leur production de fruits optimale sans pour autant affecter négativement les activités de pollinisation.

La valorisation des connaissances endogènes est importante dans la gestion durable des ressources forestières. Néanmoins, ces perceptions locales doivent être confrontées aux résultats scientifiques pour une gestion efficace et efficiente.

L’abattage sélectif des arbres est l’un des plus importantes causes des changements dans les systèmes agroforestiers des pays africains. Les terres arides sont susceptibles d’influencer la sex-ratio (rapport entre mâle et femelle) des adultes en biaisant la présence des femelles chez les dioïques.

Concernant la répartition spatiale de l’espèce, on note une absence d’attraction ou de répulsion entre mâle et femelle d’une part mais aussi une absence de ségrégation spatiale des sexes dans les populations de S. birrea.

Citation:

Gouwakinnou, G.N., Mette, A., Bruno, L., Djossa, A., Sinsin, B., 2011. Folk perception of sexual dimorphism , sex ratio , and spatial repartition: implications for population dynamics of Sclerocarya birrea [( A . Rich ) Hochst ] populations in Benin , West Africa. Agroforest Syst 82, 25–35.

Lire la suite