Pourquoi les agriculteurs ont-ils cessé de cultiver des variétés de riz pluvial NERICA dans le centre du Bénin ?

Le nouveau riz pour l’Afrique (NERICA) a été développé par le Centre du riz pour l’Afrique en croisant des Riz asiatique (Oryza sativa L.) avec du riz africain adapté localement (Oryza glaberrima Steud.).

La production communautaire de semences de variétés NERICA a été introduite dans un village du centre du Bénin en 2006 à travers des projets de diffusion de semences.

Certains ont signalé que les taux d’adoption élevés de ces variétés étaient principalement dus à la demande par les projets de développement pour la diffusion des semences, et aux incitations (c’est-à-dire vendre les semences de riz à un prix supérieur au prix du marché local à un service de vulgarisation local) pour les agriculteurs de cultiver des variétés de NERICA.

Environ la moitié des agriculteurs avaient cessé de cultiver les variétés de NERICA en 2011 à la fin des projets sur la diffusion des semences

Les raisons de l’abandon étaient les effets combinés de la demande de semences réduite et les faibles rendements, qui ont été attribués à un manque d’accès à crédit et de formation sur les pratiques de culture du NERICA.

La majorité des agriculteurs n’ont pas abandonné la culture du riz, mais ont cultivé d’autres variétés à haut rendement, dont une variété aromatique pour laquelle il y avait une demande du marché.

Pour améliorer la durabilité agricole, les variétés devraient être introduites en conjonction avec une formation de groupe appropriée sur leur culture, et le projet devrait cibler les agriculteurs qui n’ont pas d’entreprises non agricoles.

De plus, l’accès à le crédit devrait également être amélioré et la commercialisation des variétés devrait être évalué

Citation :

Yokouchi, T., Saito, K., 2017. Why did farmers stop cultivating NERICA upland rice varieties in central Benin ? Int. J. Agric. Sustain. 15, 724–734.

Lire la suite

Leadership vertical des prix sur les marchés locaux du maïs au Bénin

Dans la littérature sur l’organisation industrielle, les prix de détail sont souvent supposés être déterminé par les conditions du marché de gros. De même, dans la littérature du marketing sur le fonctionnement des marchés alimentaires dans les pays tropicaux, le leadership vertical des prix des grossistes est souvent conjecturé mais non testé empiriquement.

Les relations de prix verticales entre les grossistes et les détaillants ont été examiné sur cinq marchés du maïs au Bénin.

Pour tester empiriquement si oui ou non les grossistes ont un certain pouvoir de fixation des prix vis-à-vis des détaillants, la méthode à trois modèles, considérés comme des candidats possibles, a été appliqué pour décrire la relation verticale des prix dans les circuits de commercialisation des marchés locaux du maïs au Bénin.

Nous montrons que la tendance stochastique commune et l’erreur de déséquilibre à long terme doit être explicitement prise en compte pour interpréter correctement les restrictions sur la correction d’erreur en termes de pouvoir économique dans le canal.

Des différences intéressantes entre les marchés sont trouvés. Dans les deux grandes villes, les détaillants jouent un rôle plus important dans le processus de formation des prix qu’on ne le suppose généralement dans la littérature sur l’économie du développement.

Dans les deux grands centres ruraux, cependant, les grossistes impliqués dans l’arbitrage entre les marchés urbains influencent la formation des prix.

Les relations entre grossistes et détaillants varient entre les places de marché. Contrairement à l’hypothèse courante dans les études de développement, les détaillants jouent un rôle crucial dans le processus de formation des prix.

Les conditions du marché local sont déterminantes dans la répartition du pouvoir de marché entre les détaillants et les grossistes. Par conséquent, la déclaration « le segment du marché de détail est dominé par le marché de gros segment’ doit être testé, avant qu’il ne soit imposé comme hypothèse sur un modèle.

Citation :

Kuiper, W.E., Lutz, C., van Tilburg, A., 2003. Vertical price leadership on local maize markets in Benin. J. Dev. Econ. 71, 417–433.

Lire la suite

Agriculture urbaine au Bénin : Comment la politique peut-elle soutenir les jardiniers ?

L’agriculture urbaine est une activité répandue qui pourrait contribuer à la réalisation de divers Objectifs de Développement Durable fixés par les Nations Unies.

L’agriculture urbaine au Bénin ne fait pas exception et cette étude vise à combler le déficit de connaissances avec un accent sur l’organisation et la gestion.

Les études ont permis d’avoir des informations sur les caractéristiques du ménage, les activités de jardinage et les revenus, la nourriture et la sécurité nutritionnelle, organisation et gestion des jardins, les bénéfices pour les femmes et le développement socio-économique et des contraintes identifiées sur le développement des jardins urbains.

L’étude a montré que le jardinage urbain est une activité dominée par les hommes qui fournit des revenus pour couvrir les besoins de base des ménages (logement, transport) et améliore la diversité de l’alimentation.

Les jardiniers sont de vrais entrepreneurs qui génèrent des revenus à la fois du jardinage et des emplois annexes tout au long de l’année. Ils sont pour la plupart bien organisés en coopératives avec un bon système de gestion (élection d’un conseil d’administration, cotisation régulière et responsabilité des tâches communes).

Cependant, les jardiniers doivent encore améliorer les règles relatives à la propriété et réviser leurs incitations financières pour tirer parti de leur négociation pouvoir de réduire les coûts de transaction.

Les programmes de renforcement des capacités peuvent sensibiliser des jardiniers à la nécessité d’améliorer leurs cadres organisationnels actuels, conduisant à une manière durable qui capitalise sur les avantages des coopératives.

De plus, pour faire face aux contraintes indépendantes de la volonté des coopératives (accès à la terre, sécurité foncière, crédits, coûts élevés des intrants et fonctionnement du marché), il existe un besoin évident pour le soutien des institutions publiques à l’aménagement des jardins urbains.

Citation :

Houessou, D., Thoto, F., Sonneveld, B., Aoudji, A.K.N., 2019. Urban agriculture in Benin: How can policy support gardeners? Cotonou and Porto-Novo.

Lire la suite

Comprendre les rôles et fonctions des races bovines pour les éleveurs au Bénin

Les ressources zoogénétiques (AnGR) sont essentielles pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance de nombreux éleveurs. Cependant, la diversité des ressources zoogénétiques est actuellement érodée, ainsi que les connaissances écologiques traditionnelles associées à l’utilisation des races indigènes et de leur environnement.

Cette étude vise à comprendre les connaissances des éleveurs sur les races bovines (inventaire des races et des traits de performances), la préférence pour des races spécifiques et les raisons associées, et la variation potentielle des connaissances entre les générations et les zones agro-écologiques.

Les personnes interrogées appartenaient à trois générations et trois zones agro-écologiques en périphérie de la Réserve de biosphère du W au Bénin. De la mise au point des discussions de groupes, nous avons identifié les races les plus courantes dans la région (Keteeji, Jaliji, Bodeji, Tchiwali et Gudali) et les traits les plus pertinents (production de lait, production de viande, endurance et tolérance à la trypanosomose) évalués chez les races bovines selon les éleveurs.

Les savoirs traditionnels constituent un réservoir de connaissances qui peuvent guider les scientifiques. Les éleveurs ont apprécié l’adaptation des traits de leur bétail plus que des traits productifs.

La perte continue de terres et de ressources pastorales et la pression sur les communautés pastorales, peut orienter les préférences des éleveurs en bovins avec des caractères adaptatifs élevés.

Les préférences pour des races particulières et garder un seul troupeau de race sont des menaces potentielles pour la diversité du bétail dans la zone de l’étude.

La conservation d’une variété de races locales dans les communautés pastorales pourrait aider à faire face à la forte demande projetée de produits alimentaires d’origine animale  ainsi que les enjeux des maladies émergentes et des nouvelles préférences des consommateurs.

Citation :

Tamou, C., Boer, I.J.M. De, Ripoll-bosch, R., Oosting, S.J., 2018. Understanding roles and functions of cattle breeds for pastoralists in Benin. Livest. Sci. 210, 129–136.

Lire la suite

L’impact du développement socio-économique et du changement climatique sur la gestion de l’élevage au Bénin

La gestion de l’élevage est un secteur en évolution rapide dans les pays en développement en raison de l’augmentation de la demande de produits animaux et l’évolution de la disponibilité des ressources communes.

Cette étude vise à contribuer à et approfondir la compréhension générale de la gestion de l’élevage au Bénin et ses évolutions possibles afin de profiter du potentiel du secteur.

Pour identifier de futures voies possibles de développement, des théories de développement agricole, expériences dans d’autres pays en développement, et les résultats de l’enquête d’experts concernant les tendances futures ont été utilisés.

La faible productivité s’accompagne par une motivation polyvalente pour l’élevage qui n’est pas seulement axée sur le revenu.

L’enquête révèle que le problème majeur de la production est l’offre inadéquate et insuffisante de fourrage, et le comportement des éleveurs sur le marché diffère selon les régions. Aussi, la croissance démographique a-t-elle un plus grand impact sur le secteur de l’élevage au Bénin que d’augmenter les revenus.

Les changements en fonction de l’emplacement géographique des espèces, l’intensité des intrants et une orientation plus élevée du marché au cours du développement doivent être attendus, comme on l’a vu dans d’autres pays en développement.

Les résultats de BenIMPACT confirment l’importance et la nécessité des ressources naturelles et la pertinence de la rareté croissante des terres.

Même si ce dernier aspect pourrait être une incitation à établir une production animale (semi-)intensive, le modèle indique que des coûts non identifiés interdisent actuellement la production semi-intensive.

Par ailleurs, le modèle du secteur agricole révèle que différentes mesures de conservation des forêts imposent différentes conséquences régionales sur la répartition du bétail et les revenus.

En général, la gestion du bétail sera plus différenciée à l’avenir selon la région et l’intensité des intrants en raison des avantages comparatifs régionaux.

Citation :

Gruber, I., 2008. The impact of socio-economic development and climate change on livestock management in Benin. Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universitat.

Lire la suite

L’impact du changement climatique sur la production agricole en Afrique de l’Ouest : une évaluation pour le bassin de l’Ouémé au Bénin

Les études sur le changement climatique en Afrique de l’Ouest tendent à prédire un potentiel agricole réduit qui affectera la situation de la sécurité alimentaire d’une population déjà appauvrie.

Cependant, ces études ignorent largement les adaptations des agriculteurs et les ajustements du marché qui atténuent les effets de prévisions négatives.

L’article tente de combler une partie de cette lacune par une évaluation spatialement explicite de l’impact du changement climatique sur les revenus agricoles dans le bassin de l’Ouémé (ORB), Bénin.

Nous appliquons un certain nombre de relations structurelles spatialement explicites estimées pour l’ensemble territoire du Bénin pour simuler des conditions dans l’ORB proprement dit qui est similaires à celles actuellement prédominant dans le Nord plus sec, et le Sud plus humide.

On trouve que dans des conditions moyennes de changement climatique, les faibles rendements actuels ne sont pas réduits, à condition que les modes de culture sont ajustés, tandis que les augmentations de prix compensent en partie les effets sur le revenu des agriculteurs.

Par conséquent, sans aucune intervention politique, les revenus agricoles restent relativement stables, bien qu’à des niveaux faibles et avec une fréquence accrue de mauvaises récoltes après des sécheresses.

Les simulations de scénarios montrent qu’il existe également des aspects bénéfiques qui peuvent, avec des interventions, même transformer les pertes en gains.

Le principal canal d’amélioration serait la réduction de jachère, ce qui est particulièrement prometteur car il nécessite peu d’ajustements pratiques agricoles, exploite le potentiel des terres non cultivées et améliore l’efficacité de l’utilisation de l’eau.

Elle permet également au Bassin d’absorber les futurs flux migratoires en provenance des zones sahéliennes voisines plus gravement touchées

Citation :

Sonneveld, B.G.J.S., Keyzer, M.A., Adegbola, P., Pande, S., 2012. The Impact of Climate Change on Crop Production in West Africa : An Assessment for the Oueme River Basin in Benin. Water Resour. Manag. 26, 553–579.

Lire la suite

Teretrius nigrescens contre Prostephanus truncatus pyrale des céréales dans les magasins de maïs africains : la lutte biologique à l’œuvre ?

Suite à l’introduction accidentelle du bostrichidé Prostephanus troncatus en Afrique de l’Est et de l’Ouest vers 1980, une campagne de lutte biologique classique a été lancé en 1991; le scarabée histéridé Teretrius nigrescens a été libéré en tant qu‘agent de lutte biologique pour empêcher l’apparition destructrice du ravageur dans le maïs des petites exploitations magasins.

A partir des données publiées et non publiées des magasins de maïs expérimentaux au Bénin, nous avons dérivé des modèles statistiques décrivant la population d’insectes en magasin dynamique, et on a ainsi pu mettre en évidence des interactions biologiques significatives et expliquer le manque de contrôle biologique observé.

Nous avons trouvé que (i) T. nigrescens réduit considérablement le taux de croissance de la population de deux charançons P. truncatus et le ravageur non ciblé, Sitophilus zeamais ; (ii) T. nigrescens a affiché une réponse numérique positive aux deux espèces de proies, P. truncatus et S. zeamais ; (iii) une compétition asymétrique existait entre les deux espèces de proies, S. zeamais était affectée négativement par P. truncatus mais pas l’inverse ; (iv) T. nigrescens et S. zeamais présentait une densité-dépendance intraspécifique négative alors que P. truncatus était limitées dans les ressources.

La lutte biologique classique avec T. nigrescens n’est pas susceptible de réussir, principalement en raison de la dépendance à la densité intraspécifique du prédateur et son faible taux de croissance démographique par rapport à ses proies.

Nous recommandons qu’en plus la recherche sur P. truncatus, la lutte antiparasitaire intégrée prenne en compte l’agriculteur comme un agent actif gérant le magasin.

Les décideurs devraient donner la priorité à la formation des services de vulgarisation et des agriculteurs dans les techniques de lutte intégrée contre les ravageurs (par ex. l’utilisation d’insecticides) comme complément nécessaire à la lutte biologique (inefficacité d’action de P. truncatus ici).

Citation :

Holst, N., Meikle, W.G., 2003. Teretrius nigrescens against larger grain borer Prostephanus truncatus in African maize stores : biological control at work ? J. Appl. Ecol. 40, 307–319.

Lire la suite

Préférences sociales pour les attributs des zones humides et leurs implications pour le bien-être des ménages agricoles dans le delta de l’Ouémé au Bénin

Au Bénin, les zones humides du delta de l’Ouémé, en tant que système écologique de maintien de la vie, jouent un rôle vital en contribuant aux moyens de subsistance, à la santé et au bien-être de la population locale.

Le manque de connaissances sur la valeur des zones humides du delta de l’Ouémé et leurs attributs pour la société, en particulier pour les ménages agricoles, sape la capacité des décideurs à élaborer et à mettre en œuvre des politiques d’utilisation et de gestion durables des zones humides qui maximisent le bien-être sociétal.

Pour combler cette lacune, cette thèse a été entreprise pour révéler à la société et en particulier aux gestionnaires et décideurs politiques des zones humides du Bénin, la valeur que les populations locales attachent aux attributs de la zone humide du delta de l’Ouémé, afin d’aider les décideurs dans le processus de prise de décision.

Les résultats et leur analyse ont montré que les principaux attributs des zones humides du delta de l’Ouémé, allant des plus importants aux moins importants en fonction de leurs contributions au bien-être de la société, sont : la diversité des espèces ; zone de culture et installations d’irrigation ; installations récréatives et touristiques ; et les zones humides et leur état (habitat).

Plus précisément, l’analyse du bien-être des ménages agricoles a également indiqué les mêmes tendances en termes de préférences pour les attributs des zones humides du delta de l’Ouémé.

Ainsi, il apparaît que le développement agricole, caractérisé par une augmentation de l’utilisation des terres et des installations d’irrigation, n’est pas le contributeur le plus important au bien-être social dans le delta de l’Ouémé, mais plutôt la diversité des espèces.

De plus, l’analyse des changements de bien-être des ménages agricoles dans le cadre de différents scénarios de politiques d’amélioration des zones humides basées sur les attributs révèle qu’il est de plus en plus nécessaire que les décideurs politiques élaborent une politique intégrée d’amélioration des zones humides du delta de l’Ouémé, qui puisse prendre en compte à la fois les aspects écologiques et socioéconomiques de ces zones humides pour le bien-être des populations locales.

Citation :

Hongbete, P.K., 2017. Social preferences for wetland attributes and its implications for agricultural households wellbeing in Oueme delta in Benin. University Of Ghana.

Lire la suite

Demande saisonnière en eau dans l’agriculture béninoise

Les données statistiques officielles concernant les quantités d’eau ainsi que les connaissances sur les facteurs influençant la demande en eau sont extrêmement rares et révèlent souvent des tendances nationales sans tenir compte des régions ou des différences locales.

L’approvisionnement en eau en termes absolus semble être suffisant au Bénin mais des problèmes d’eau saisonniers surviennent à la fois dans l’irrigation, l’agriculture et dans la gestion du bétail.

Les problèmes d’eau saisonniers qui se posent ne sont pas la conséquence d’une pénurie générale d’eau mais plutôt liés à trois problèmes majeurs. Ces problèmes découlent des difficultés d’équipement technique et de moyens financiers des agriculteurs, des spécificités locales conditions influençant l’accès aux sources d’eau et l’extraction des eaux souterraines, et troisièmement de la faible structure organisationnelle globale de gestion de l’eau.

Les différences régionales ainsi qu’une amélioration générale des connaissances sur de meilleures structures de gestion, le savoir-faire technique et l’accès au crédit pour les agriculteurs doit être pris en compte dans les stratégies nationales afin d’améliorer l’utilisation de l’eau agricole au Bénin.

La disponibilité de l’eau et la fiabilité de l’agriculture pourraient être sensiblement améliorées réduisant les impacts saisonniers sur la production des agriculteurs et ainsi stabiliser leurs revenus.

Les systèmes d’irrigation urbains et périurbains, ainsi que les systèmes d’irrigation à grande échelle ne sont pas bien organisés. Leur importance peut être soulignée par les expériences passées qui démontrent que ces systèmes ont des moyens financiers et technologiques adéquats, mais étaient plus susceptible d’échouer sans aide extérieure.

Il est recommandé aux décideurs de considérer de près le secteur agricole au Bénin en raison de son potentiel de développement et sa nécessité vis-à-vis de la croissance démographique.

Cependant, le potentiel pour le développement général et la sécurité alimentaire ne tient vrai si les obstacles de l’utilisation saisonnière de l’eau dans l’agriculture, comme pour l’irrigation et la demande en eau pour le bétail sont bien pris en compte.

Citation :

Gruber, I., Kloos, J., Schopp, M., 2009. Seasonal water demand in Benin ’ s agriculture. J. Environ. Manage. 90, 196–205.

Lire la suite

Réponse du niébé et du soja à P et K sur sols de terre de barre au sud du Bénin

Une bonne croissance des légumineuses à grains contribue à la sécurité alimentaire et à la protection de l’environnement, mais cela peut nécessiter des apports en nutriments.

Une activité de développement technologique participative a exploré de 1998 à 2000 les réponses du niébé (Vigna unguiculata) et le soja (Glycine max (L.) Merr.) aux amendements de sol inorganiques (P et K) sur des sols de terre de barre avec différents niveaux de dégradation au sud du Bénin.

Adingnigon, sur le plateau d’Abomey, représente un niveau de dégradation sévère, tandis que Hayakpa, sur le plateau d’Allada, est encore relativement peu dégradé.

Les réponses du niébé et du soja à P et K ont été généralement significatif sur un site relativement peu dégradé (Hayakpa) et un site fortement dégradé (Adingnigon).

L’application subséquente de K a encore augmenté les rendements en grains (environ 100 kg/ha) mais toujours pas jusqu’au potentiel de rendement du niébé.

Il ressort clairement de cette étude que (i) les intrants P et K sont nécessaires pour les légumineuses même sur des sols de terre de barre relativement non dégradés et (ii) les engrais inorganiques seuls ne raviveront pas les sols fortement dégradés des sols des plateaux de terre de barre au sud du Bénin.

Les recherches futures se concentreront sur la détermination de l’effet résiduel des substances inorganiques et amendements organiques et déterminer la réponse à des taux plus faibles d’amendement organique. D’autres sources de la matière organique sera recherchée et testée, notamment la portée d’A. auriculiformis.

Citation :

Carsky, R.J., 2003. Response of cowpea and soybean to P and K on terre de barre soils in southern Bénin. Agric. Ecosyst. Environ. 100, 241–249.

Lire la suite