Perception populaire du dimorphisme sexuel, de la sex-ratio et de la répartition spatiale : Implications pour la dynamique des populations de Sclerocarya birrea [(A. Rich) Hochst] au Bénin, Afrique de l’Ouest

Sclerocarya birrea est une espèce dioïque (sexe séparé) à usages multiples dont le bois, les fruits et l’écorce représentent les principales parties utilisées de l’espèce. La récolte du bois et de la partie végétale devrait être orientée vers les individus mâles afin de réduire les menaces sur les femelles, et donc, permettre leur production de fruits optimale sans pour autant affecter négativement les activités de pollinisation.

La valorisation des connaissances endogènes est importante dans la gestion durable des ressources forestières. Néanmoins, ces perceptions locales doivent être confrontées aux résultats scientifiques pour une gestion efficace et efficiente.

L’abattage sélectif des arbres est l’un des plus importantes causes des changements dans les systèmes agroforestiers des pays africains. Les terres arides sont susceptibles d’influencer la sex-ratio (rapport entre mâle et femelle) des adultes en biaisant la présence des femelles chez les dioïques.

Concernant la répartition spatiale de l’espèce, on note une absence d’attraction ou de répulsion entre mâle et femelle d’une part mais aussi une absence de ségrégation spatiale des sexes dans les populations de S. birrea.

Citation:

Gouwakinnou, G.N., Mette, A., Bruno, L., Djossa, A., Sinsin, B., 2011. Folk perception of sexual dimorphism , sex ratio , and spatial repartition: implications for population dynamics of Sclerocarya birrea [( A . Rich ) Hochst ] populations in Benin , West Africa. Agroforest Syst 82, 25–35.

Lire la suite

Recommandations d’engrais pour la production de maïs dans les zones Sud-soudanais et soudano-guinéennes du Bénin

Les niveaux optimaux de N, P et K obtenus à Dogbo, Allada et Dassa font 80.5, 22.5 et 20 kg. Ha-1 respectivement.

Les rendements en grains de maïs augmentent avec une augmentation des taux N.

En cas de culture intensive du maïs, les options N-P-K 80-30-25 et 80-15-40 (pour les acrisols) et 80,5-22,5-20 (pour les luvisols ferriques et plintiques) sont les taux d’engrais les plus économiquement et stratégiquement efficaces.

Pour uniformiser un engrais pour la culture du maïs dans les différentes zones agroécologiques, il est recommandé de ressayer le modèle en combinant du fumier organique avec différents taux de minéraux tout en tenant compte des différents cultivars de maïs et de leur cycle de croissance afin d’améliorer efficacement le niveau d’utilisation de l’eau.

L’apport d’un taux élevé de N conduit à la lixiviation de N. Possibilité de contamination de l’eau avec réduction du revenu net.

L’utilisation des types de terre affectent considérablement l’efficacité d’utilisation des engrais dans les champs des agriculteurs.

L’azote est le facteur déterminant du rendement dans la production du  maïs contrairement au phosphore et au potassium.

Pour une culture intensive du maïs, les traitements 80-30-25 et 80-15-40 (pour Acrisols du sud) et 80,5-22,5-20 (pour les luvisols ferriques et plintiques du Centre) sont plus économiques pour les agriculteurs.

Citation:

Saıdou, A., Balogoun, I., Ahoton, E.L., Igué, A.M., Youl, S., Ezui, G., Mando, A., 2018. Fertilizer Recommendations for Maize Production in the South Sudan and Sudano-Guinean Zones of Benin. In: (eds.), A.B. et al. (Ed.), Improving the Profitability, Sustainability and Efficiency of Nutrients Through Site Specific Fertilizer Recommendations in West Africa Agro-Ecosystems. Springer Netherlands, pp. 215–234.

Lire la suite

Nourrir le monde tout en réduisant la pauvreté des agriculteurs ? Analyse du rendement relatif du riz et des écarts de productivité du travail dans deux villages béninois

A Zonmon, la riziculture commence par le défrichement des adventices et résidus de la culture précédente, ainsi que la confection des diguettes contrairement à Pelebina où elle commence soit par le défrichement des champs et/ou préparation du terrain.

Variation entre et au sein des villages pour le rendement du riz, la productivité des intrants et du travail, ce qui suggère l’existence de nombreuses opportunités pour améliorer les bénéfices des agriculteurs de la production de riz et son attrait en tant que culture de rente.

Augmenter la taille moyenne des champs et éviter l’ombrage du riz entraînerait jusqu’à 0,8 t ha-1 de rendement en plus, et jusqu’à 17,1 kg/jour-1 de productivité du travail en plus pour Pelebina.

Pour améliorer le rendement et le travail, il faut : (i) l’introduction de la mécanisation à petite échelle et d’autres innovations économes en main-d’œuvre, en en particulier pour les opérations agricoles exigeantes en main-d’œuvre telles que l’effarouchement des oiseaux à Zonmon et la récolte et le battage à Pelebina; et (ii) combiner des analyses des rendements et des productivités du travail au niveau du terrain avec des analyses détaillées sur l’utilisation et la productivité de la main-d’œuvre au niveau de l’exploitation.

Un hectare, à Zonmon, contribue deux fois plus à la production rizicole béninoise qu’un hectare à Pelebina mais avec une récompense deux fois moindre pour le travail des agriculteurs.

Ce paradoxe de rendements plus élevés mais de productivité du travail plus faible dans des environnements rizicoles et des systèmes agricoles si différents devrait être pris en compte dans l’élaboration des politiques de développement.

Citation:

Paresys, L., Saito, K., Dogliotti, S., Malézieux, E., Huat, J., Krop, M.J., Rossing, W.A.H., 2018. Feeding the world while reducing farmer poverty? Analysis of rice relative yield and labour productivity gaps in two Beninese villages. Eur. J. Agron. 93, 95–112.

Lire la suite

Utilisation par les agriculteurs de parents sauvages et reproduction sexuée dans une culture à multiplication végétative : Cas de l’igname au Bénin

L’impact de la gestion paysanne traditionnelle sur la diversité génétique des cultures propagées sont mal documentées.

Beaucoup d’ignames collectées par les agriculteurs dans les environs des zones de savane destinées à l’ennoblissement se sont avérées être des génotypes sauvages et hybrides.

Certaines variétés d’ignames ont une signature sauvage ou hybride.

Analyse génétique plus large sur du matériel d’igname partout au Bénin avec son utilisation dans différents domaines écologiques et régions ethnolinguistiques.

Nouvelles variétés créées par les agriculteurs avec de nouvelles combinaisons génétiques via la reproduction sexuée des ignames sauvages et cultivées.

Mélange d’un cycle sexuel et de la propagation asexuée permet la culture potentielle à grande échelle des meilleurs génotypes tout en préservant le potentiel d’adaptation future.

Pratiques traditionnelles des agriculteurs préservant l’évolution du processus et améliorant la diversité génétique pour une espèce multipliée par voie végétative.

Facteurs agronomiques, sociaux et culturels expliquant le maintien de la pratique d’anoblissement dans certaines communautés agricoles restent largement méconnus.

Préservation des savoirs des agriculteurs, un des indicateurs pour une gestion durable des ressources phytogénétiques in situ.

Citation:

SCARCELLI, N., TOSTAIN, S., VIGOUROUX, Y., AGBANGLA, C., DAÏNOU, O., PHAM,  and J.-L., 2006. Farmers ’ use of wild relative and sexual reproduction in a vegetatively propagated crop . The case of yam in Benin. Mol. Ecol. 15, 2421–2431.

Lire la suite

Perceptions des agriculteurs sur l’irrigation et contraintes sur la production rizicole au Bénin : une approche de consultation des parties prenantes

Les perceptions positives des agriculteurs sur l’irrigation comprennent l’utilisation de l’irrigation pour l’assurance contre la sécheresse, l’amélioration du rendement des cultures, l’augmentation des revenus, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.

Les agriculteurs sont confrontés à des contraintes majeures telles que le manque de crédit agricole, un accès limité aux intrants de production, une connaissance insuffisante de la gestion des ressources en eau, le manque d’accès à l’information agricole et aux marchés, et l’inondation des champs.

Les contraintes spécifiques au périmètre irrigué de Malanville comprennent le coût élevé de l’irrigation et l’indisponibilité de l’eau.

Autres contraintes perçues par les agriculteurs des terres arides comprennent la dégradation des terres, les mauvaises récoltes et les problèmes de stockage.

75 % des agriculteurs irrigués ont estimé que l’irrigation joue les rôles importants suivants dans le développement agricole et la croissance économique : amélioration de la productivité (80 %), possibilités d’emploi (79 %), assurance contre la sécheresse (82 %), hausse du revenu net (92 %), contribution à la sécurité alimentaire (93 %) et réduction de la pauvreté (89 %).

Urgence de développer la politique de mécanisation de l’agriculture incluant un programme d’approvisionnement en intrants agricoles.

Nécessité d’améliorer le mécanisme de partage de l’information sur le riz, basé sur l’amélioration des services de vulgarisation et le développement de programmes de production de riz dans les médias (radio, télévision…).

Amélioration des compétences des agriculteurs en matière de gestion de l’eau grâce à la formation régulière sur la gestion des ressources en eau avec une approche participative.

Citation:

Nonvide, G.M.A., Sarpong, D.B., Kwadzo, G.T.M., Anim-Somuah, H., Amoussouga Gero, F., 2018. Farmers’ perceptions of irrigation and constraints on rice production in Benin: a stakeholder-consultation approach. Int. J. Water Resour. Dev. 34, 1001–1021.

Lire la suite

Pratiques de lutte des agriculteurs contre l’araignée rouge envahissante, Tetranychus evansi Baker & Pritchard au Bénin

La production horticole dominée par les hommes à 84% est la principale activité de la majorité des fermiers dans les 3 villes

La majorité des agriculteurs peuvent identifier T. evansi avec de dommages très graves 100% à Sèmè-Kpodji, 97% à Pahou et 78% à Grand Popo. Ce qui les contraint tous à l’utilisation des insecticides qui apparaissent inefficaces.

La combinaison de moustiquaires imprégnées d’acaricide avec la libération du prédateur P. longipes pourraient également aider à protéger les cultures maraîchères contre l’araignée rouge. Le développement de cette approche parait prometteur dans le contrôle de T. evansi

Augmentation de la fréquence et de la dose des applications de pesticides même en cas d’inefficacité contre les ravageurs.

Utilisation de pratiques phytosanitaires dangereuses par les producteurs contre les épidémies d’araignées rouges, une menace très sérieuse à la santé publique et à la sécurité environnementale au Bénin.

Citation:

Azandémè-Hounmalon, G.Y., Affognon, H.D., Komlan, F.A., Tamò, M., Fiaboe, K.K.M., Kreiter, S., Martin, T., 2015. Farmers’ control practices against the invasive red spider mite, Tetranychus evansi Baker & Pritchard in Benin. Crop Prot. 76, 53–58.

Lire la suite

Rapport de l’étude d’état des lieux de la filière riz au Bénin en 2014

Depuis quelques années, le riz fait partie des céréales les plus consommées au Bénin.

La filière riz est réellement une filière porteuse pour le Bénin et contribue à la sécurité alimentaire du pays, mais elle est aussi pourvoyeuse de revenus pour les différents acteurs qui s’y sont engagés.

Depuis la crise alimentaire de 2007-2008, aussi bien le Gouvernement, les Partenaires techniques et Financiers et les acteurs directs de la filière (producteurs, transformateurs et commerçants) ont engagé des efforts qui ont hissé la filière riz à un niveau assez élevé en lui donnant un véritable élan.

Le maillon de la production est le plus dynamique étant donné l’engouement est l’organisation des acteurs, les productions obtenus et les différents appuis.

Le maillon des intrants spécifiques et des équipements présente différents visages. Si les intrants comme les semences certifiées de riz sont de plus en plus présents, les engrais spécifiques ne sont pas toujours disponibles. Les engrais vivriers et coton qui sont utilisés ne sont pas mis en place à temps, compromettant souvent le travail des producteurs.

Concernant les maillons transformation et commercialisation, ils connaissent aussi des évolutions même s’ils sont encore timides.

Le riz local est très peu présente/visible sur les marchés urbains ; ce qui se traduit par la forte consommation de riz dans les zones de production.

De façon générale, les résultats ne sont pas encore à la hauteur des attentes. De nombreuses difficultés et contraintes minent toujours le développement de la filière riz.

Citation :

Konnon, D.-D., Sotondji, C.S., Adidehou, Y.A., 2014. Rapport de l’étude d’état des lieux de la filière riz au Bénin en 2014.

Lire la suite

Évaluation des propriétés nutritionnelles des variétés endogènes et améliorées de maïs (Zea mays L.) cultivées dans le sud du Bénin

Une large gamme de variétés de maïs est utilisée au Bénin mais les informations sur les caractéristiques nutritionnelles de ces variétés ne sont pas bien connues.

30 variétés de maïs ont été classées en 5 grappes en fonction de leur composition en macronutriments et en 4 grappes en fonction de leur teneur en sucres et acides organiques.

Parmi ces variétés de maïs, seulement 9 étaient d’une bonne source de protéines alors que tous étaient de bonnes sources d’énergie en raison de leur teneur totale en glucides

Les variétés du groupe 5 étaient très riches en protéines (14,34 g/100 g), tandis que la teneur en matières grasses la plus élevée (7,22 g/100 g) a été observée pour les variétés du groupe 2.

Les teneurs en glucides les plus élevées obtenues étaient de 80,64 g/100 g, 80,11 g/100 g et 79,15 g/100 g pour les variétés des groupes 1, 4 et 5 respectivement.

Les variétés des groupes 2, 3 et 4 avaient presque les mêmes teneurs en fructose comprises entre 0,04 et 0,06 % ; les variétés du groupe 1 contenaient les teneurs les plus élevées en raffinose, saccharose et glucose; ceux du groupe 2 étaient très riches en propionate et en fructose.

Certaines variétés de maïs ont un niveau élevé de protéines avec l’acide glutamique prédominant contrairement à la méthionine.

Ces variétés, en raison de leur teneur en protéines et en acides aminés, pourraient avoir de nombreux avantages en fournissant des constituants vitaux à l’organisme.

Nécessité de recherche sur les techniques de traitement qui peuvent préserver la valeur nutritionnelle de ces variétés de maïs pour garantir sécurité alimentaire au Bénin et dans toute la région de l’Afrique de l’Ouest.

Citation :

Semassa, A.J., Anihouvi, B.V., Padonou, W.S., Adjanohoun, A., Aly, D., Gbenou, J., Baba-Moussa, L., 2017. Nutritional Properties Assessment of Endogenous and Improved Varieties of Maize ( Zea mays L .) Grown in Southern Benin. Pakistan J. Biol. Sci. 20, 267–277.

Lire la suite

De nouveaux indicateurs participatifs de durabilité révèlent les faiblesses de la culture du maïs au Bénin

Le rôle de l’agriculture est bien connu dans la croissance économique et moyens de subsistance rurale dans les pays en développement, en particulier en Afrique.

La durabilité agricole est réellement mesurée sur la base d’indicateurs et au Bénin, 17 indicateurs ont été définis.

Certains indicateurs étaient similaires à des indicateurs connus, alors que d’autres indicateurs mesuraient l’impact environnemental et dimensions sociales de la durabilité.

En utilisant la nouvelle méthode basée sur les indicateurs sur la culture du maïs,  des valeurs de 41 – 55 – et 40 ont été trouvé respectivement pour la durabilité économique, la durabilité environnementale et la durabilité sociale. Ces valeurs mettent en évidence certaines faiblesses de la culture du maïs dans le nord du Bénin car la valeur seuil de durabilité est de 50.

Néanmoins, de nouveaux indicateurs ont émergé dans les sphères environnementales et sociales de durabilité.

Les principaux atouts de cette approche sont sa nature participative et sa flexibilité (indicateurs) mais avec une faiblesse majeure liée à la subjectivité des composants, des indicateurs et seuils de durabilité.

La culture du maïs dans le nord du Bénin présente un faible niveau économique et de durabilité sociale.

Il est important de soutenir la vulgarisation visant à améliorer l’efficacité technique pourrait aider à déplacer le niveau de durabilité proche ou supérieure au seuil de durabilité.

Il faut la fourniture de bonnes semences et promotion de pratiques telles que le renouvellement des semences.

Il faut améliorer la technique d’agrégation en utilisant les régimes non-linéaires dans lesquels les poids des composantes de durabilité afin de définir les indicateurs par les parties prenantes.

Citation :

Yegbemey, R.N., Yabi, J.A., Dossa, C.S.G., Bauer, S., 2014. Novel participatory indicators of sustainability reveal weaknesses of maize cropping in Benin. Agron. Sustain. Dev. 34, 909–920.

Lire la suite

Déchets ménagers municipaux utilisés comme matériau de complément pour le compostage du fumier de poulet et des résidus de récolte

Il existe une faible disponibilité de matières organiques pour l’amendement des sols agricoles trop riches déjà en produits chimiques.

Les déchets municipaux de Cotonou ont été jugés comme une bonne matière première pour compostage afin d’améliorer la disponibilité de la source organique de nutriments.

Les composts produits avec les déchets solides municipaux (MW), le fumier (M) du poulet et les résidus de graines de coton (CSR) (MW+M+CSR) avaient le plus potentiel d’amendement des Ferralsols, notamment avec un mélange 2:1 (200 kg MW+100 kg M+100 kg CSR) qui pourrait être appliqué à 10 t ha-1.

Il faut suggérer d’autres améliorations des méthodes de compostage pour augmenter le Ca++ et réduire les teneurs en mercure, respectivement.

Dix tonnes par hectare d’un tel compost ont été recommandé pour améliorer la capacité de rétention d’eau et teneurs en éléments nutritifs (N, P et K) dans un Ferralsols d’Afrique.

Il faut identifier une stratégie de recyclage pour les déchets de Cotonou afin d’améliorer la santé des sols, la production agricole et réduire les coûts agricoles et la pollution de l’environnement.

Il est nécessaire d’effectuer des améliorations dans le processus pour augmenter le contenu de Ca avec un bilan K amélioré et pour réduire la concentration en mercure.

Besoinss de recherches supplémentaires pour réduire la teneur en Hg et pour améliorer l’équilibre des nutriments, en particulier avec K.

Citation :

Amadji, G.L., Kone, B., Bognonkpe, P.J., Soro, N., 2013. Municipal household waste used as complement material for composting chicken manure and crop residues. Ital. J. Agron. 8, 1–6.

Lire la suite