Plan stratégique de développement de l’alimentation et de la nutrition: diagnostic de la situation nutritionnelle

Les enquêtes nationales sur la pauvreté, la sécurité alimentaire et la vulnérabilité nutritionnelle sont mises en œuvre de façon ponctuelle pour éradiquer la malnutrition de la population au Bénin.

La malnutrition chronique touche la population rurale que la population urbaine. Les enfants des ménages les plus pauvres sont plus vulnérables ainsi que les enfants dont la mère est malnutrie ou dont le niveau d’instruction est bas.

La malnutrition aiguë atteint 8,4% des enfants de moins de 5 ans (4,7% des enfants de 6 à 59 mois). La malnutrition aiguë est aussi bien importante en milieu rural (8,8%) qu’en milieu urbain (7,6%). La prévalence du retard de croissance des enfants de moins de 5 ans est fortement liée à la malnutrition.

70,2% des enfants de 12 à 59 mois souffrent de la carence en vitamine A  et d’autres micronutriments comme le fer, l’iode, le zinc, le calcium, la vitamine B12, l’acide folique et vitamine D. Les pratiques inadéquates d’allaitement maternel sont responsables pour 11% des maladies.

La conséquence finale (ultime) de la malnutrition des enfants et des femmes est la mort. La dénutrition est responsable de 50% des décès des enfants dans le monde.  Aussi, la capacité d’apprentissage que les enfants bien nourris diffèrent des malnutris. La pauvreté alimentaire existe au Bénin et touche 33% des ménages.

La couverture vaccinale des enfants est faible au Bénin, 47% en 2006.

Au Bénin, presque neuf femmes sur dix reçoivent des soins prénatals, pour la première fois en moyenne à 4,2 mois de grossesse.

Citation :  Hessou, J. D., Agbota, A., Mahy, L., 2009. Plan stratégique de développement de l’alimentation et de la nutrition: diagnostic de la situation nutritionnelle. 1–145.

Lire la suite

Les évidences pour mieux décider pour le développement local

Presque toutes les municipalités sont conscientes de l’importance des évidences scientifiques dans la prise de décisions dans tous les secteurs de développement en particulier dans les secteurs de la santé et de l’alimentation et de la nutrition. Plus précisément, dans ce dernier secteur, les municipalités ont indiqué que les évidences sont utiles, mais pas toujours, notamment en cas d’intervention d’urgence ou lorsque les évidences disponibles sont inutilisables. Dans la pratique, les municipalités utilisent les données statistiques, les croyances, les connaissances endogènes, les opinions et les

directives politiques du gouvernement central. Pour obtenir des évidences, les autorités locales se tournent vers les organisations de la société civile, les hôpitaux, l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique et les partenaires techniques et financiers, et rarement vers la communauté des chercheurs, même si ceux-ci sont théoriquement connus comme étant la source traditionnelle des évidences. L’étude recommande de renforcer la culture et le système d’utilisation des évidences par l’institutionnalisation, le renforcement des capacités et la mise en relation des producteurs et utilisateurs des évidences.

Lire la suite