Toxicité aiguë des pesticides agricoles pour le poisson-chat africain Clarias gariepinus aux stades embryo-larvaire et juvénile.

Les problèmes environnementaux et les cas d’empoisonnement humain créés par l’endosulfan a entrainé son interdiction au Bénin depuis 2007 et son remplacement par le Tihan 175 O-TEQ, un mélange de de flubendiamide (100 g/L) et de spirotetramat (75 g/L)

Malgré la subvention par l’Etat durant la campagne 2011-2012, l’Endosulfan représentait 75% de la quantité totale d’insecticides utilisée dans le plus grand bassin de production de coton (Banikoara).

De manière générale les effets néfastes des pesticides au stade embryo-larvaire sont la mort des embryons, la diminution du taux d’éclosion des œufs, la perte de la coordination pour nager, l’immobilité ainsi que la déformation de la queue.

Chez les poissons-chats africains juvéniles les concentrations nocives des pesticides ont entrainé une perte d’équilibre et un comportement de nage et de rotation à l’envers suivi par leur mort.

Le Tihan s’est révélé plus toxique pour les œufs de poisson-chat africain que le Thionex, une formulation à base d’endosulfan. Les concentrations léthales de Tihan et de Thionex, entraînant la mort de 50% des embryons sont respectivement de 20 et 55.68 particules par millions (ppm).

Pour les poissons juvéniles, le Thionex s’est révélé 40 fois plus toxique que le Tihan. Une concentration de 0.22 ppm de Thionex (correspondant à une 0.077 ppm d’endosulfan en tant que composante active) est léthale pour 50% des poissons juvéniles.

Ces observations remettent en question le fait que le Tihan soit réellement moins dommageable pour l’environnement que l’endosulfan.

Agbohessi, P.T., Imorou Toko, I., Houndji, A., Gillardin, V., Mandiki, S.N.M., Kestemont, P., 2013. Acute toxicity of agricultural pesticides to embryo-larval and juvenile african catfish clarias gariepinus. Archives of Environmental Contamination and Toxicology 64.

Lire la suite

Intoxications alimentaires dues à l’endosulfan : mise en place d’un système de notification et de prise en charge au Bénin

L’endosufan est un principe actif qui entre dans la composition d’un grand nombre de pesticides

Les principaux piliers de mise en place d’un système de surveillance, d’organisation de la prise en charge, d’investigation des cas au niveau communautaire et d’éducation de la communauté ont permis de notifier de mai 2007 à juillet 2008, 105 cas d’intoxication alimentaire due à l’endosulfan dont 9 décès (taux de létalité de 9 %).

La mise à disposition des populations, à moyen terme, des produits de conservation adéquats, l’adoption de textes de lois réglementant la vente de l’endosulfan et, à long terme, la création de banques de céréales au niveau communal où chaque paysan qui produit en excès pourra déposer ses vivres et les mesures proposées pour réduire les intoxications alimentaires dues à l’endosulfan.

Le sexe masculin est majoritairement victime dans cette transmission avec 60% des cas.

L’intoxication à l’endosulfan peut jouer un rôle dangereux notamment chez des femmes en âge de procréer.

L’accumulation de l’endosulfan, en particulier dans les tissus adipeux et, surtout, le passage aisé au niveau du placenta et dans le lait maternel entraînerait des intoxications des fœtus pour des femmes éventuellement enceintes.

Il est nécessaire à Tchaourou, à moyen terme, de mettre à la disposition des populations des produits adéquats à bons prix pour la conservation des denrées alimentaires.

Il faut adopter urgemment des textes de lois réglementant la vente de l’endosulfan afin de réduire l’entrée de ce produit dans les villages les plus reculés.

Badarou, S., Coppieters, Y., 2009. Intoxications alimentaires dues à l’endosulfan: mise en place d’un système de notification et de prise en charge au Bénin. Environnement, Risques & Santé 8, 133–136.

 

Lire la suite