Facteurs socioculturels influençant et maintenant la diversité de l’igname et du niébé au Bénin

L’igname et le niébé sont des éléments importants dans la culture alimentaire des communautés locales dans la transition Zone Guinéo-Soudanienne du Bénin.

L’igname et le niébé servent à satisfaire les besoins vitaux des ménages et des communautés, mais jouent également un rôle essentiel dans les rituels et les cérémonies des civilisations agraires du Bénin.

La diversité des rituels, des habitudes alimentaires, des traits technologiques et des stratégies de sécurité alimentaire pour les deux cultures contribue au maintien de la diversité variétale.

Il n’est pas possible pour un ou même plusieurs variétés pour répondre à tous les besoins. Plus une variété est culturellement et socialement ancrée, plus il y a la chance qu’il soit accepté sur le marché local et régional.

L’ambition des agriculteurs de se rencontrer sur les exigences du marché afin de satisfaire les besoins socio-économiques soutient et augmente également la diversité. En particulier, les agricultrices cultivant le niébé ont montré un maintien positif de la diversité comportement.

Dans l’ensemble, l’étude montre que la gestion des ressources génétiques à la ferme est un et un système construit culturellement. Toute stratégie externe pour améliorer la gestion de la diversité à la ferme doit tenir compte de ces objectifs sociaux et culturels.

Citation :

Zannou, A., Tossou, R.C., Vodouhè, S., Richards, P., Struik, P.C., Zoundjiékpon, J., Ahanchédé, A., Agbo, V., 2011. Socio-cultural factors influencing and maintaining yam and cowpea diversity in Benin. Int. J. Agric. Sustain. 5, 140–160.

Lire la suite

Complémentarité entre les modèles géographiques et sociaux dans la préservation de la diversité de l’igname (Dioscorea sp.) au nord du Bénin

L’étude consiste à enquêter auprès de 220 ménages sélectionnés au hasard répartis dans huit villages sélectionnés en tenant compte de leur diversité ethnique, leur accessibilité par la route (enclavés ou non) et de la présence d’un marché local.

182 cultivars d’ignames identifiés  dans la région. Cependant, seuls quelques agriculteurs de petite échelle produisent marginalement 50 % de cette richesse.

Les pratiques culturales, les déterminants historiques et socioculturels ont joué un rôle important dans la création et le maintien de la diversité des ignames.

La diversité des ignames résulte des pratiques agricoles ainsi que des dynamiques culturelles, sociales et économiques.

Les groupes ethniques Bariba et Gando possèdent toujours la collection la plus diversifiée de variétés d’ignames.

Les cultivars les plus produits sont ceux qui sont facilement pilés, stockés, multipliés et emmenés sur le marché.

Identification des territoires où les processus sociaux ont abouti au plus haut niveau de gestion de la diversité.

La nécessité de combiner les déterminants sociaux et les modèles géographiques dans la conservation de la diversité agricole au Bénin.

L’échange de cultivars entre les cultures de pays tels que le Nigeria, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo contribue à la dynamique spatiale de la diversité des ignames.

Citation :  Baco, N. M., Biaou, G., Lescure, J-P., 2007. Complementarity between Geographical and Social Patterns in the Preservation of Yam (Dioscorea sp.) Diversity in Northern Benin. Economic Botany. 61(4), 385-393..

Lire la suite

Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin.

L’igname occupe une place encore importante dans les zones à disponibilité forestière élevée.

Les superficies cultivées en igname demeurent pour moitié lies a des défrichements de forêts ou à des jachères forestières.

Dans les zones où ne subsistent plus ou très peu de jachères forestières, la production d’igname s’est fortement réduite mais ne disparaît pas,

Une partie de la culture de l’igname est installée dans des rotations derrière les céréales servant de tuteur, après une culture améliorante ou après le parcage de bœufs.

Dans les zones intermédiaires où l’igname constituait la principale source de revenus, il y a trois décennies mais où les jachères ont depuis peu disparu, on note la mise en culture des bas-fonds, dont une partie est consacrée à l’igname.

Finalement, suite à ces adaptations, les variétés précoces et à deux récoltes, adaptées à la transformation en igname pilée, demeurent très cultivées.

La mise en culture de bas-fonds et la culture des parcs à bétail constituent pour les producteurs des formes d’intensification endogènes.

Les systèmes faisant appel à des plantes de couverture et les systèmes agroforestiers préconisés par la recherche agronomique ne sont pas adoptés à grande échelle.

Les priorités des recherches devraient donc intégrer l’analyse des pratiques paysannes actuelles d’intensification.

Citation :

Floquet, A.B., Maliki, R., Tossou, R.C., Tokpa, C., 2012. Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin. Cahiers Agricultures 21, 427-437 (1).

Lire la suite

Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin.

L’igname occupe une place encore importante dans les zones à disponibilité forestière élevée.

Les superficies cultivées en igname demeurent pour moitié lies a des défrichements de forêts ou à des jachères forestières.

Dans les zones où ne subsistent plus ou très peu de jachères forestières, la production d’igname s’est fortement réduite mais ne disparaît pas,

Une partie de la culture de l’igname est installée dans des rotations derrière les céréales servant de tuteur, après une culture améliorante ou après le parcage de bœufs.

Dans les zones intermédiaires où l’igname constituait la principale source de revenus, il y a trois décennies mais où les jachères ont depuis peu disparu, on note la mise en culture des bas-fonds, dont une partie est consacrée à l’igname.

Finalement, suite à ces adaptations, les variétés précoces et à deux récoltes, adaptées à la transformation en igname pilée, demeurent très cultivées.

La mise en culture de bas-fonds et la culture des parcs à bétail constituent pour les producteurs des formes d’intensification endogènes.

Les systèmes faisant appel à des plantes de couverture et les systèmes agroforestiers préconisés par la recherche agronomique ne sont pas adoptés à grande échelle.

Les priorités des recherches devraient donc intégrer l’analyse des pratiques paysannes actuelles d’intensification.

Floquet, A.B., Maliki, R., Tossou, R.C., Tokpa, C., 2012. Évolution des systèmes de production de l’igname dans la zone soudano-guinéenne du Bénin. Cahiers Agricultures 21, 427-437 (1).

Lire la suite