Volonté des agriculteurs de payer pour de nouvelles technologies de stockage de maïs dans le Nord et le Centre du Bénin

 

Désir des agriculteurs de changer leur pratique et d’adopter de nouvelles technologies et de stocker le maïs en grains plutôt qu’en épis

Adoption des silos traditionnels améliorés (à longue durée de vie) voire métalliques pour des agriculteurs ayant accès au crédit agricole

Adoption de structure de stockage très performante (taux de perte inférieur à 5%) et conçue avec des matériaux locaux pour les agriculteurs n’ayant pas accès au crédit agricole

Pour le développement et la diffusion de meilleures technologies par l’agro-industrie les entreprises, les institutions et les décideurs, la connaissance de l’hétérogénéité des préférences ainsi que des attributs de préférences sont importantes.

La réduction des pertes de stockage assurera la disponibilité alimentaire pour la population. La politique agricole doit donc se concentrer sur les moyens de réduire les pertes en facilitant l’accès aux technologies de stockage et en tenant compte des catégories d’agriculteurs.

Comme recommandation, la conception de domaine pour les structures de stockage est appropriée, à la fois, du point de vue de l’adoption généralisée qui peut être obtenue et la rentabilité des travaux des services de vulgarisation agricole. Celui-ci sera combiné à une approche orientée vers le client basée sur des essais participatifs en exploitation des innovations de stockage

Citation:

Gbénou-Sissinto, E., Adegbola, Y.P., Biaou, G., Zossou, R.C., 2018. Farmers ’ Willingness to Pay for New Storage Technologies for Maize in Northern and Central Benin. Sustainability 10, 1–21.
Lire la suite

Changement climatique et adoption de pratiques de gestion durable des terres dans le bassin du Niger au Bénin

Au total, 396 agriculteurs ont été interrogés, mais les données de 354 ont été choisis aléatoirement, traitées dans 18 villages pour neuf zones ou quartiers.

38% des agriculteurs interrogés viennent de Kandi, 32% de Zè et 30% de Glazoué, 73% des répondants sont des hommes et un tiers sont jeunes (18-35 ans).

La principale culture des agriculteurs (73%) est le maïs et 57,3% des producteurs déclarent que l’agriculture est leur seule source de revenus.

Les utilisateurs potentiels des prévisions climatiques saisonnières utilisent plus d’engrais que les non-utilisateurs potentiels.

Les agriculteurs ont besoin de prévisions climatiques saisonnières précises entre 1 et 2 mois avant le début des pluies.

Les canaux de diffusion souhaitables sont la radio, les anciens locaux, les réunions d’agriculteurs locaux et les agents de vulgarisation. De même, les stratégies agricoles susceptibles d’être utilisées sont les suivantes : changement de date de plantation, de superficie cultivée, de variété de culture et intensification de la production.

Les prévisions climatiques saisonnières sont une source d’amélioration de la performance des agriculteurs et le service doit être intégré dans les programmes de vulgarisation et dans le programme national de développement agricole.

Nécessité des prévisions climatiques saisonnières sur les précipitations et l’intensité de la saison sèche.

conception des programmes visant à améliorer l’accès des agriculteurs aux principaux intrants.

Citation :  Amegnaglo, C.J., Anaman, K. A., Mensah-Bonsu, A., Onumah, E. E., Gero, F. A., 2017. Contingent valuation study of the benefits of seasonal climate forecasts for maize farmers in the Republic of Benin, West Africa. Climate Services. 6, 1–11.

Lire la suite