Gestion durable des ressources génétiques animales pour améliorer la production animale à faible consommation d’intrants : Aperçu des bovins locaux béninois

La mauvaise gestion des ressources génétiques bovines affecte la production animale.

L’absence de stratégies d’élevage adéquates, d’enquêtes scientifiques et de soutiens politiques et financiers constitue une contrainte pour la production bovine.

 La rareté de l’assistance professionnelle dans le traitement des maladies augmente la résistance aux médicaments, augmente la mortalité dans les troupeaux de bovins et altère la qualité des produits bovins.

L’implication des éleveurs dans le développement et la mise en œuvre des activités de recherche est insuffisante.

Les stratégies appropriées de gestion doivent être basées sur les objectifs de sélection des agriculteurs.

L’adaptation des avancées récentes de l’informatique, des applications génomiques, et des analyses statistiques aux conditions locales aidera à évaluer le potentiel de ressources zoogénétiques et mettre en œuvre des schémas de sélection appropriés pour les systèmes de production locaux et contraintes environnementales.

Le renforcement des capacités scientifiques et techniques locales, l’implication effective des agriculteurs dans les études de recherche et les engagements politiques sont fondamentaux pour un progrès durable.

L’assistance des organisations régionales et internationales, ainsi que la collaboration avec des scientifiques ou des instituts de recherche internationaux, seraient très précieux.

Citation :

Vanvanhossou, S. F. U., Dossa, L. H., König, S., 2021. Sustainable Management of Animal Genetic Resources to Improve Low-Input Livestock Production: Insights into Local Beninese Cattle Populations. Sustainability 13(17), 9874.

Lire la suite

Facteurs affectant le revenu des producteurs participant aux Marchés de Bétail Traditionnels et modernes : Étude de cas de la République du Bénin

Plusieurs facteurs socio-économiques non pris en compte lors des prises de décision influencent le revenu des producteurs.

Les producteurs commercialisent leurs bétails et produits de bétail dans deux types de marchés d’élevage autogérés qui sont le “Marché à Bétail Autogéré” (MBA) en tant que marché moderne et “Marché à Bétail Traditionnel (MBT) en tant que marchés boursiers vivants traditionnels.

L’expérience dans l’élevage, le nombre de bovins, le nombre de moutons, l’utilisation des pâturages ont positivement impacté les revenus des producteurs participant aux MBA et MBT.

Le niveau d’éducation, l’accès au crédit, les services vétérinaires, l’adhésion à une organisation d’élevage ont un impact positif sur le revenu des producteurs participant au MBA.

La propriété foncière agricole a un impact positif uniquement sur le revenu des producteurs participant au MBT.

L’amélioration de l’accès aux crédits, la promotion de l’éducation rurale et des conditions routières, ainsi que l’habilitation des ménages ruraux à prendre des décisions rationnelles pour vendre leurs animaux sur un marché de bétail bien organisé, amélioreront le revenu des producteurs.

L’accès facile et la sécurisation des terres agricoles permettront aux producteurs d’augmenter leurs superficies agricoles et leur cheptel, ce qui serait une bonne politique pour améliorer le revenu des producteurs.

Citation :

Akouegnonhou, O., Demirbaş, N., 2021. Factors Affecting the Income of Farmers Participating in Traditional and Modern Livestock Markets: Case Study from Benin Republic. Selcuk Journal of Agriculture and Food Sciences 35(3), 210-217.

Lire la suite

Déterminants de l’adoption des stratégies d’adaptation aux variabilités climatiques des producteurs de maïs au Nord-Bénin

Les variabilités climatiques ont des impacts majeurs sur les principaux facteurs socio-économiques durables et des indicateurs environnementaux.

Les producteurs de maïs au Nord-Bénin ont développé quatre groupes de stratégies d’adaptation aux variabilités climatiques. Il s’agit du (i) développement de nouvelles activités agricoles (76 %), (ii) la modification des pratiques culturales (54 %), (iii) la modification des pratiques dans l’utilisation des moyens de production (79 %) et (iv) le recours aux prières et rituels (34 %).

L’adoption de ces stratégies d’adaptation est hautement influencée par la zone agroécologique, la connaissance expérimentale d’événements similaires et de paysages similaires, le contact avec la cellule communale de l’Agence Territoriale de Développement Agricole puis d’autres structures d’appuis techniques.

Ces résultats sont conformes à la théorie de l’action raisonnée et suggèrent la prise en compte des facteurs socio-économiques significatifs dans tous les efforts visant à promouvoir l’adaptation des producteurs du maïs aux variabilités climatiques.

Citation :

Savi, M. M. O. M., Yabi, J. A., Sodjinou, E., 2022. Déterminants de l’adoption des stratégies d’adaptation aux variabilités climatiques des producteurs de maïs au Nord-Bénin. Afrique science 20(1), 28-40.

Lire la suite

Analyse économique de la participation des jeunes à l’agripreneuriat au Bénin

La main d’œuvre constitue un élément capital dans la production agricole. Toutefois, un déficit de main d’œuvre s’observe du fait des perceptions négatives des jeunes de l’agriculture.

Le fait d’être un homme, d’avoir une grande famille et un grand nombre d’enfants encourageait les entrepreneurs à se lancer dans l’agro-industrie, tandis que l’âge, l’appartenance à un groupe, la capacité d’enregistrer une entreprise, l’accès à l’éducation formelle et à la formation à l’entrepreneuriat encourageaient les entrepreneurs à poursuivre des activités non agroalimentaires.

Les familles plus nombreuses étaient plus susceptibles de produire à la fois des cultures vivrières et des cultures commerciales.

La production de cultures de rente par les jeunes béninois était fortement motivée par l’accès au crédit financier et le fait d’être situé en milieu urbain.

L’agripreneuriat est rentable au Bénin.

Il serait nécessaire de promouvoir des programmes de développement axés sur le renforcement des capacités des jeunes en ce qui concerne les concepts et les compétences de l’esprit d’entreprise dans l’agriculture et des mesures visant à surmonter les défis liés aux différentes activités agro-industrielles.

Citation:
Akrong, R., Kotu, B. H., 2022. Economic analysis of youth participation in agripreneurship in Benin. Heliyon 8(1).

Lire la suite

Optimisation du warrantage : un cadre d’analyse conceptuel appliqué au Bénin

Avec le Programme d’Appui à la Décentralisation, à la Déconcentration et au Développement (PA3D) des communes, le volet sécurité alimentaire promeut le warrantage qui est une forme de crédit où la garantie n’est autre que les produits agricoles. Le warrantage permet aux producteurs d’avoir plusieurs sources de revenus et il constitue une potentialité de sécurité alimentaire.

Dans le Borgou, le warrantage n’est possible que pour les produits à forte demande extérieure tels que le soja, l’arachide et le maïs.

Le warrantage présente deux avantages. Le premier est qu’il permet au warranteur d’avoir accès au crédit agricole. Le second avantage est qu’il permet d’éviter le bradage des produits à la récolte et d’assurer la disponibilité alimentaire des produits à un prix relativement bon.

Quel que soit le produit, le paysan peut warranter la quantité voulue sans que sa sécurité alimentaire soit menacée. Ce système pourrait être une alternative crédible au financement agricole.

Toutefois, les warranteurs devront s’organiser en coopératives pour éviter que leurs magasins soient pris d’assaut par les commerçants.

Pour mener à bien le warrantage, l’Etat doit éviter d’intervenir dans la commercialisation des produits vivriers et de chercher à encourager l’accroissement de leur productivité.
Citation :

Yai,E. D., Biaou ,F. C., Biaou ,G. ,2022. Optimisation du warrantage : un cadre d’analyse conceptuel appliqué au Bénin. Les cahiers du cread 38(1), 139-162.

Lire la suite

La situation socio-économique, l’insécurité alimentaire et nutritionnelle en République du Bénin pendant la pandémie de COVID-19

Au Bénin, les dispositions prises pour contrôler la pandémie de COVID-19 ont impacté la production alimentaire et les chaînes d’approvisionnement.

Le taux de chômage était élevé, car plusieurs entreprises ont fermé.

Dans l’ensemble, plus de 50 % des participants vivaient avec un seul salaire minimum ou moins et plus de 50 % vivaient dans une insécurité alimentaire aiguë, y compris les familles avec enfants.

La région centrale du pays était la plus touchée par l’insécurité alimentaire, suivie par la région du nord.

Il y avait une absence ou une faible intervention des politiques régionales, économiques et sociales pour maintenir les emplois et garantir l’alimentation des familles touchées.

Le gouvernement devrait adopter des politiques publiques visant à identifier et à réhabiliter nutritionnellement les enfants souffrant de malnutrition dans les familles à faibles revenus.
Citation :
Lafia, A. T., Bonou, S. I., Honfoga, J. N. B., Ketounou, T. R., Zimé, A. K. B., 2022. The socio-economic situation, food and nutrition insecurity in the Republic of Benin during the COVID-19 pandemic. Research, Society and Development 11(10).

Lire la suite

Connaissances endogènes sur les pratiques de valorisation de Blighia sapida (Koenig) (Sapindaceae) au Benin

Les ressources forestières alimentaires désignées sous le vocable de PFNLs (Produits Forestiers Non Ligneux) dont Blighia sapida jouent un rôle important dans l’amélioration de la sécurité alimentaire.

Des données ont été collectées auprès de 863 ménages répartis dans différents phyto-districts du Bénin afin de connaître les techniques locales de stockage, transformation et conditionnement des arilles du fruit de Blighia sapida ainsi que le mode d’utilisation des sous-produits dérivés.

Blighia sapida est une espèce à usages multiples et très bien exploitée par les communautés locales du Bénin. Elle fournit divers produits et services utiles à l’homme sur le plan alimentaire (arille), médicinal (feuille, écorce, racine), cosmétique (graine et coque du fruit), fertilisant (graine), pêche (graine et coque).
Les communautés du Sud Bénin préfèrent le séchage des arilles au soleil suivi d’une conservation pour une durée inférieure à un mois. Celles du centre préfèrent le séchage des arilles au soleil suivi d’une conservation pour une période beaucoup plus longue (trois mois environ).

L’arille a une forte teneur en lipides et semble être adéquat pour une alternative à l’usage des margarines animales, il pourrait donc être recommandé pour les agro-industries. Il est transformé en farine, tartine, frit afin de les incorporer dans les plats de résistance (déjeuner ou dîner) ou en vin utilisé sous forme de boisson alcoolisée.

La concrétisation des savoirs locaux sur les arilles du fruit a permis à la population de mettre au point les pratiques de valorisation suivantes :
i. L’arille fraîchement récolté est très hydraté ; d’où il a été identifié le séchage au soleil comme pratique principale de conservation des arilles sur une longue durée (9 à 12 mois) ;
ii. La transformation des arilles en farine, frites, tartine ou en vin utilisé sous forme de boisson alcoolisée constitue un moyen de valorisation locale de B. . Les sous-produits dérivés de cette transformation pourraient être considérés comme une source d’alternative de provision alimentaire et économique importante pour la vie des populations rurales.
iii. L’identification du matériel de conditionnement (sachet et bouteille) comme un facteur influençant la commercialisation des arilles et de sa farine a été observée au sud du Bénin contrairement au nord du pays où les arilles sont vendus en tas moyennant quelques pièces de monnaie.

Pour valoriser cette espèce, il faudrait :
a. Renforcer les communautés sur des techniques modernes de conservation et de transformation des fruits et une implication de l’industrie agroalimentaire pour exploiter les potentialités nutritionnelles et économiques de cette espèce.
b. Mettre en place des parcs agroforestiers au Bénin comme c’est le cas des autres espèces à haute valeur ajoutée.

Citation:
Ndiaye, M., Agoyi ,E.E., Assogbadjo ,A.E., Dieng, B., Noba, K., 2022. Connaissances endogènes sur les pratiques de valorisation de Blighia sapida (Koenig)(Sapindaceae) au Benin. Journal of Applied Biosciences 173(1), 18002-18015.

Lire la suite

Évaluation du crédit de SIAN’SON Microfinance sur l’efficacité économique des producteurs de maïs au nord Bénin

Le faible accès au crédit agricole est l’une des causes de la faible productivité agricole au Bénin.

Les producteurs de maïs bénéficiaires du crédit de SIAN’SON Microfinance sont techniquement plus efficaces que les non-bénéficiaires.

L’accès aux crédits de SIAN’SON Microfinance améliore l’efficacité économique des producteurs de maïs des départements du Borgou et de l’Alibori au nord du Bénin. En effet, l’efficacité économique des bénéficiaires du crédit (0,74) est supérieure à celle des non-bénéficiaires (0,64).

Un accompagnement du pouvoir public et des partenaires techniques et financiers aux structures financières décentralisées, aujourd’hui actrices du financement du marché de la production agricole au Bénin, nourrirait l’ambition d’atteindre l’ODD 2 d’ici 2030 par le Bénin dans ses cibles prioritaires 1,2 et 3.

Citation :

Awo, S. J. M., Ollabode, N., 2022. Évaluation du crédit de SIAN’SON microfinance sur l’efficacité économique des producteurs de maïs au nord Bénin. International Journal of Accounting, Finance, Auditing, Management and Economics 3(4-3), 315-326.

Lire la suite

Vers une adaptation communautaire indigène au changement climatique : une analyse typologique de l’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les systèmes de petites exploitations des zones arides du Bénin (Afrique de l’Ouest).

Les connaissances sur l’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les systèmes de petites exploitations sont nécessaires pour proposer des stratégies efficaces dans le secteur de l’élevage afin de faire face au changement climatique.

Cette étude a identifié quatre types distincts d’intégration de l’arboriculture et de l’élevage dans les zones arides du Bénin. Il s’agit des Systèmes sylvopastoraux traditionnels, les Systèmes sylvopastoraux améliorés, les Petits systèmes agrosylvopastoraux intégrés et les Grands systèmes agrosylvopastoraux intégrés.

Les principaux facteurs qui distinguent ces types de systèmes sont la taille du troupeau, les pratiques d’élevage, le niveau d’intégration de l’élevage à l’agriculture et/ou à la plantation d’arbres/arbustes, la taille de la plantation d’arbres, les champs cultivés et la propriété foncière.

Les principales motivations de l’intégration des arbres dans l’élevage étaient dans 76,5 % des cas la résilience au changement climatique (nourrir les animaux en saison sèche et restauration des terres dégradées) et dans 34,5 % des cas, la sécurité alimentaire et l’augmentation des revenus.

La majorité des agriculteurs enquêtés (73,5 %) utilisaient des traitements endogènes à travers l’utilisation d’arbres pour traiter les maladies de leurs animaux. Par exemple, les feuilles d’Acacia albida et les graines d’Acacia nilotica sont utilisées pour traiter la fièvre aphteuse tandis que les écorces de Pericopsis laxiflora et Parinari curatellifolia sont utilisées en cas de fièvre bovine pasteurellose. Les feuilles d’Annona senegalensis et l’écorce de Mitragyna inermis sont utilisées contre les helminthiases du tube digestif.

Compte tenu de la diversité, des caractéristiques socio-économiques et des raisons qui contribuent à l’adoption des types d’intégration des arbres dans l’élevage dans le monde, il serait intéressant de promouvoir l’adaptation des communautés autochtones au changement climatique afin de contribuer au développement de stratégies durables d’adaptation au climat et d’atténuation dans le secteur de l’élevage.

Citation:

Assani, A.S., Yarou, A.K., Dedehou, N.V.F.G., Worogo, H. S., Baco, M.N., Houinato, M., Alkoiret, I.T., 2022. Towards indigenous community-based adaptation to climate change: a typological analysis of tree-livestock integration in smallholding systems in dryland areas of Benin (West-Africa)

Lire la suite

Caractérisation des systèmes de riziculture, des contraintes de production et déterminants de l’adoption des variétés améliorées par les petits exploitants agricoles de la République du Bénin

Plusieurs variétés de riz ont été disséminées pour améliorer la production de riz au Bénin. Toutefois, les producteurs sont confrontés à des difficultés de production.

La monoculture du riz ne permet pas une utilisation maximale du potentiel des ressources des sols de plaine et entraîne au fil des ans une diminution du rendement en riz.

Le système traditionnel de riziculture est caractérisé par une faible mécanisation combinée à la mauvaise gestion des insectes ravageurs et des maladies, d’où les faibles rendements observés.

La variété améliorée de riz, IR841, répondant aux exigences des consommateurs (préférence pour riz blanc aromatisé à grains longs) est maintenant largement cultivée par les producteurs béninois.

Les facteurs socioéconomiques tels que l’âge, la propriété foncière, la diversification des cultures, la production de riz de contre-saison et les contacts des producteurs avec les ONG ont été identifiés comme déterminants de l’adoption des variétés améliorées de riz.

Les interventions visant à augmenter les rendements rizicoles devraient cibler la formation des agriculteurs sur les pratiques de culture intercalaire du riz, les pratiques du système de riz irrigué et la lutte contre les ravageurs.

La priorité doit également être accordée à une politique de crédit formelle pour permettre aux riziculteurs de faire face aux divers coûts liés à la production de riz et à l’achat de machines agricoles.

Citation :

Loko, Y. L. E., Gbemavo, C. D., Djedatin, G., Ewedje, E. E., Orobiyi, A., Toffa, J., Tchakpa, C., Sedah, P., Sabot, F., 2022. Characterization of rice farming systems, production constraints and determinants of adoption of improved varieties by smallholder farmers of the Republic of Benin. Scientific Reports 12(1), 1-19.

Lire la suite