L’irrigation des petits exploitants comme outil de réduction de la pauvreté en Afrique subsaharienne

Les populations les plus pauvres d’Afrique subsaharienne vivent en milieu rural et dépendent principalement de la production pluviale pour la culture d’aliments de base pour leur subsistance.

La promotion de la petite irrigation est citée comme une stratégie pour améliorer la génération de revenus et la sécurité alimentaire pour les sous-régions.

A court terme, la technologie devrait ouvrir la voie à une consommation accrue, à l’accumulation d’actifs et à une réduction de la pauvreté persistante parmi les utilisateurs.

À plus long terme, il devrait conduire à des rétroactions institutionnelles qui soutiennent un développement économique soutenu et des améliorations nutritionnelles.

Notre examen des projets d’irrigation à petite échelle en Afrique suggère que les trois composantes d’un système d’irrigation— accès à l’eau, distribution de l’eau et utilisation de l’eau – jouent des rôles complémentaires et ne seront pas nécessairement adoptés de manière autonome.

L’examen expérimental du cas du Bénin montre qu’un projet combinant l’accès, la distribution et l’utilisation peut avoir des rendements élevés à court terme, y compris au niveau institutionnel – devenant potentiellement un « changeur de jeu » pour l’évolution de l’agriculture dans le temps.

Cette revue de littérature représente donc une contribution importante pour comprendre les succès et les échecs des projets sur la petite irrigation.

En général, la consommation est un indicateur plus fiable au niveau du vivant que le revenu des ménages les plus pauvres, dont le revenu a tendance à être grumeleux, variable et au moins partiellement non monétisé.

Les formulations alternatives du modèle 1, combinant différences-indifférences avec le score de propension (plus proche voisin, rayon et noyau) ou l’appariement de Mahalanobis donnent des résultats similaires dans les trois groupes.

Cette analyse d’investissement est au niveau du jardin individuel (SMG), et comprend tous les biens d’équipement, les coûts d’installation, l’entretien, la formation, et intrants sur la durée de vie des panneaux solaires (estimés de manière prudente à 15 ans).

Citation :

Burney, J.A., 2012. Smallholder Irrigation as a Poverty Alleviation Tool in Sub-Saharan Africa. World Dev. 40, 110–123.

Lire la suite

Demande saisonnière en eau dans l’agriculture béninoise

Les données statistiques officielles concernant les quantités d’eau ainsi que les connaissances sur les facteurs influençant la demande en eau sont extrêmement rares et révèlent souvent des tendances nationales sans tenir compte des régions ou des différences locales.

L’approvisionnement en eau en termes absolus semble être suffisant au Bénin mais des problèmes d’eau saisonniers surviennent à la fois dans l’irrigation, l’agriculture et dans la gestion du bétail.

Les problèmes d’eau saisonniers qui se posent ne sont pas la conséquence d’une pénurie générale d’eau mais plutôt liés à trois problèmes majeurs. Ces problèmes découlent des difficultés d’équipement technique et de moyens financiers des agriculteurs, des spécificités locales conditions influençant l’accès aux sources d’eau et l’extraction des eaux souterraines, et troisièmement de la faible structure organisationnelle globale de gestion de l’eau.

Les différences régionales ainsi qu’une amélioration générale des connaissances sur de meilleures structures de gestion, le savoir-faire technique et l’accès au crédit pour les agriculteurs doit être pris en compte dans les stratégies nationales afin d’améliorer l’utilisation de l’eau agricole au Bénin.

La disponibilité de l’eau et la fiabilité de l’agriculture pourraient être sensiblement améliorées réduisant les impacts saisonniers sur la production des agriculteurs et ainsi stabiliser leurs revenus.

Les systèmes d’irrigation urbains et périurbains, ainsi que les systèmes d’irrigation à grande échelle ne sont pas bien organisés. Leur importance peut être soulignée par les expériences passées qui démontrent que ces systèmes ont des moyens financiers et technologiques adéquats, mais étaient plus susceptible d’échouer sans aide extérieure.

Il est recommandé aux décideurs de considérer de près le secteur agricole au Bénin en raison de son potentiel de développement et sa nécessité vis-à-vis de la croissance démographique.

Cependant, le potentiel pour le développement général et la sécurité alimentaire ne tient vrai si les obstacles de l’utilisation saisonnière de l’eau dans l’agriculture, comme pour l’irrigation et la demande en eau pour le bétail sont bien pris en compte.

Citation :

Gruber, I., Kloos, J., Schopp, M., 2009. Seasonal water demand in Benin ’ s agriculture. J. Environ. Manage. 90, 196–205.

Lire la suite

Impacts du changement climatique sur les modes de culture dans un bassin versant tropical subhumide

Au Bénin, des températures plus chaudes limiteront sévèrement les augmentations de production agricole obtenues grâce à l’expansion de la culture séquentielle.

Selon le scénario de changement climatique, entre 50 % et 95 % des surfaces cultivées actuellement supportent une culture séquentielle ou en auront besoin pour revenir à la monoculture.

Le potentiel d’irrigation du bassin versant sera au moins réduit de moitié d’ici le milieu du siècle dans toutes les combinaisons de scénarios.

Le changement climatique affecte, en plus des rendements, la culture séquentielle pluviale, l’expansion des terres cultivées pluviales et l’expansion de l’irrigation.

41 % des surfaces cultivées du bassin versant de l’Ouémé supérieur sont soit utilisées en recadrage séquentiel ou peut le supporter. Cependant, d’ici 2050, ce chiffre tombera entre 2 % et 16% selon le scénario de changement climatique.

Nécessité de passer à la monoculture ou d’adopter des pratiques agronomiques améliorées, notamment les cultivars à cycle court.

Nécessité de mieux gérer les sols pour augmenter la productivité

Pour réguler et augmenter le débit d’eau en saison sèche en plus de la fourniture d’autres services écosystémiques, les zones forestières et boisées sont nécessaires

Important d’utiliser une approche intégrée à la planification du développement rural, où l’on peut s’attendre à ce que le changement climatique ait de multiples implications sur les systèmes de culture et la résilience au changement climatique dépendent du maintien l’intégrité globale du paysage, y compris les zones qui régulent les débits d’eau.

Citation:

Duku, C., Zwart, S.J., Hein, L., 2018. Impacts of climate change on cropping patterns in a tropical , sub-humid watershed. PLoS One 13, 1–21.

Lire la suite

Perceptions des agriculteurs sur l’irrigation et contraintes sur la production rizicole au Bénin : une approche de consultation des parties prenantes

Les perceptions positives des agriculteurs sur l’irrigation comprennent l’utilisation de l’irrigation pour l’assurance contre la sécheresse, l’amélioration du rendement des cultures, l’augmentation des revenus, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté.

Les agriculteurs sont confrontés à des contraintes majeures telles que le manque de crédit agricole, un accès limité aux intrants de production, une connaissance insuffisante de la gestion des ressources en eau, le manque d’accès à l’information agricole et aux marchés, et l’inondation des champs.

Les contraintes spécifiques au périmètre irrigué de Malanville comprennent le coût élevé de l’irrigation et l’indisponibilité de l’eau.

Autres contraintes perçues par les agriculteurs des terres arides comprennent la dégradation des terres, les mauvaises récoltes et les problèmes de stockage.

75 % des agriculteurs irrigués ont estimé que l’irrigation joue les rôles importants suivants dans le développement agricole et la croissance économique : amélioration de la productivité (80 %), possibilités d’emploi (79 %), assurance contre la sécheresse (82 %), hausse du revenu net (92 %), contribution à la sécurité alimentaire (93 %) et réduction de la pauvreté (89 %).

Urgence de développer la politique de mécanisation de l’agriculture incluant un programme d’approvisionnement en intrants agricoles.

Nécessité d’améliorer le mécanisme de partage de l’information sur le riz, basé sur l’amélioration des services de vulgarisation et le développement de programmes de production de riz dans les médias (radio, télévision…).

Amélioration des compétences des agriculteurs en matière de gestion de l’eau grâce à la formation régulière sur la gestion des ressources en eau avec une approche participative

Citation:

Nonvide, G.M.A., Sarpong, D.B., Kwadzo, G.T.M., Anim-Somuah, H., Amoussouga Gero, F., 2018. Farmers’ perceptions of irrigation and constraints on rice production in Benin: a stakeholder-consultation approach. Int. J. Water Resour. Dev. 34, 1001–1021.

Lire la suite

Le paillage du riz pluvial pour une gestion efficace de l’eau : Une approche collaborative au Bénin

Le riz joue un rôle essentiel en contribuant à la sécurité alimentaire, aux revenus génération, la réduction de la pauvreté et la croissance socio-économique dans de nombreux pays africains

Une approche sociotechnique combinant les dimensions techniques et institutionnelles a été utilisée pour identifier et tester le paillage comme méthode potentielle pour améliorer l’efficacité de l’eau d’irrigation dans la culture du riz dans les régions montagneuses des vallées intérieures du Bénin.

Avec la variété de riz de bas-fond IR-841 avec 10 Mg ha−1 « riz de paille », le paillis permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible dans les hautes terres et d’augmenter les rendements.

Bien que le la préférence pour l’IR-841 par rapport à la variété spéciale des hautes terres Nerica-4 est risquée en raison de ses demandes élevées en eau et l’incertitude des précipitations, les agriculteurs utilisent l’IR-841 pour maximiser leurs profits.

Au-delà de sa technicité sortie, l’expérimentation conjointe a facilité l’interaction des connaissances, des expériences et des pratiques parmi les acteurs impliqués.

Le processus utilisé pour sélectionner une option viable pour une gestion plus efficace de l’eau dans la riziculture, impliquant un groupe mixte de parties prenantes, a facilité l’interaction entre les membres de la plateforme, la co-génération de connaissances pour une utilisation efficace de l’eau par la compréhension et l’intégration des agriculteurs apports scientifiques.

L’évaluation de l’expérience technique sur le terrain qui résulte de plusieurs méthodes a fourni des preuves suffisantes pour un résultat clair : la variété de bas-fond à long terme IR-841 avec « riz de paille » permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible et augmenter les rendements de leurs parcelles de montagne.

Citation :

Totin, E., Stroosnijder, L., Agbossou, E., 2013. Mulching upland rice for efficient water management : A collaborative approach in Benin. Agric. Water Manag. 125, 71–80.

Lire la suite

Facteurs affectant la variation des rendements agricoles du riz de bas-fond irrigué dans la partie méridionale du centre du Bénin.

Les plans nationaux de développement de la riziculture accordent une grande priorité au développement de systèmes d’irrigation à petite échelle.

Les périmètres rizicoles dans la partie méridionale du centre Bénin ont été établis entre 1969 et 2009. Les rendements de riz variaient de 1,3 à 7,8 t ha-1 avec un rendement moyen de 4,8 t ha-1.

75% de la variation des rendements pouvait être expliquée par cinq facteurs agronomiques (gestion des résidus de jachère, méthode de labour, stress hydrique, dégâts causés par les rats et taux d’application de l’azote) et deux facteurs édaphiques (surfaces en pente et teneur en sable du sol).

L’élimination des résidus de jachère des champs pour la préparation du sol a réduit les rendements. Les rendements étaient plus faibles dans les parcelles labourées à la main qu’à la machine. Les surfaces inclinées, le stress hydrique et les dégâts causés par les rats ont réduit les rendements.

L’augmentation du rendement due à l’application de N varie de 0,8 à 1,6 t ha-1.

Le rendement moyen n’était que de 2,9 t ha-1 pour les systèmes d’irrigation plus récents développés en 2002 et 2009.

Les faibles rendements des nouveaux systèmes d’irrigation dus à des pratiques de gestion des cultures non optimales suggèrent que l’apprentissage et la vulgarisation des bons principes et pratiques agricoles entre agriculteurs peuvent augmenter les rendements.

La capacité organisationnelle est également importante pour garantir l’utilisation de ressources communes telles que l’eau d’irrigation et les tracteurs pour la préparation des terres.

Citation :

Tanaka, A., Saito, K., Azoma, K., Kobayashi, K., 2013. Factors affecting variation in farm yields of irrigated lowland rice in southern-central Benin. European Journal of Agronomy 44, 46–53.

Lire la suite

Facteurs affectant la variation des rendements agricoles du riz de bas-fond irrigué dans la partie méridionale du centre du Bénin.

Les plans nationaux de développement de la riziculture accordent une grande priorité au développement de systèmes d’irrigation à petite échelle.

Les périmètres rizicoles dans la partie méridionale du centre Bénin ont été établis entre 1969 et 2009. Les rendements de riz variaient de 1,3 à 7,8 t ha-1 avec un rendement moyen de 4,8 t ha-1.

75% de la variation des rendements pouvait être expliquée par cinq facteurs agronomiques (gestion des résidus de jachère, méthode de labour, stress hydrique, dégâts causés par les rats et taux d’application de l’azote) et deux facteurs édaphiques (surfaces en pente et teneur en sable du sol).

L’élimination des résidus de jachère des champs pour la préparation du sol a réduit les rendements. Les rendements étaient plus faibles dans les parcelles labourées à la main qu’à la machine. Les surfaces inclinées, le stress hydrique et les dégâts causés par les rats ont réduit les rendements.

L’augmentation du rendement due à l’application de N varie de 0,8 à 1,6 t ha-1.

Le rendement moyen n’était que de 2,9 t ha-1 pour les systèmes d’irrigation plus récents développés en 2002 et 2009.

Les faibles rendements des nouveaux systèmes d’irrigation dus à des pratiques de gestion des cultures non optimales suggèrent que l’apprentissage et la vulgarisation des bons principes et pratiques agricoles entre agriculteurs peuvent augmenter les rendements.

La capacité organisationnelle est également importante pour garantir l’utilisation de ressources communes telles que l’eau d’irrigation et les tracteurs pour la préparation des terres.

Tanaka, A., Saito, K., Azoma, K., Kobayashi, K., 2013. Factors affecting variation in farm yields of irrigated lowland rice in southern-central Benin. European Journal of Agronomy 44, 46–53.

NB: Ce document a été originalement publié en anglais sous le titre “Factors affecting variation in farm yields of irrigated lowland rice in southern-central Benin”

 

Lire la suite

Le paillage du riz pluvial pour une gestion efficace de l’eau : Une approche collaborative au Bénin

Le riz joue un rôle essentiel en contribuant à la sécurité alimentaire, aux revenus génération, la réduction de la pauvreté et la croissance socio-économique dans de nombreux pays africains

Une approche sociotechnique combinant les dimensions techniques et institutionnelles a été utilisée pour identifier et tester le paillage comme méthode potentielle pour améliorer l’efficacité de l’eau d’irrigation dans la culture du riz dans les régions montagneuses des vallées intérieures du Bénin.

Avec la variété de riz de bas-fond IR-841 avec 10 Mg ha−1 « riz de paille », le paillis permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible dans les hautes terres et d’augmenter les rendements.

Bien que le la préférence pour l’IR-841 par rapport à la variété spéciale des hautes terres Nerica-4 est risquée en raison de ses demandes élevées en eau et l’incertitude des précipitations, les agriculteurs utilisent l’IR-841 pour maximiser leurs profits.

Au-delà de sa technicité sortie, l’expérimentation conjointe a facilité l’interaction des connaissances, des expériences et des pratiques parmi les acteurs impliqués.

Le processus utilisé pour sélectionner une option viable pour une gestion plus efficace de l’eau dans la riziculture, impliquant un groupe mixte de parties prenantes, a facilité l’interaction entre les membres de la plateforme, la co-génération de connaissances pour une utilisation efficace de l’eau par la compréhension et l’intégration des agriculteurs apports scientifiques.

L’évaluation de l’expérience technique sur le terrain qui résulte de plusieurs méthodes a fourni des preuves suffisantes pour un résultat clair : la variété de bas-fond à long terme IR-841 avec « riz de paille » permet aux agriculteurs de mieux utiliser l’eau disponible et augmenter les rendements de leurs parcelles de montagne.

Totin, E., Stroosnijder, L., Agbossou, E., 2013. Mulching upland rice for efficient water management : A collaborative approach in Benin. Agric. Water Manag. 125, 71–80.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Mulching upland rice for efficient water management : A collaborative approach in Benin»

Lire la suite

Adoption de l’irrigation : Une piste potentielle pour réduire l’insécurité alimentaire chez les riziculteurs au Bénin

Depuis les années 1960, le gouvernement du Bénin a investi dans le développement de l’irrigation par canaux pour intensifier la production vivrière et réduire l’insécurité alimentaire.

60 % des agriculteurs irrigués et 46% des agriculteurs des terres arides étaient en situation de sécurité alimentaire.

L’adoption de l’irrigation a un effet positif sur la sécurité alimentaire.

D’autres variables expliquant la sécurité alimentaire sont l’éducation, la formation informelle, le crédit, les services de vulgarisation, l’utilisation de semences améliorées, l’application d’engrais et d’herbicides, les revenus agricoles et non agricoles.

Il est recommandé de fournir des efforts visant à réhabiliter le développement des périmètres d’irrigation et leurs intensifications.

Pour un impact plus important de l’irrigation sur la sécurité alimentaire, des services d’intrants complémentaires, les mesures des politiques et un soutien institutionnel sont nécessaires.

Les impacts des investissements dans les périmètres irrigués sur la productivité des cultures, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté est plus importante là où des mesures de soutien institutionnel et des politiques et infrastructures complémentaires sont disponibles.

Besoins d’investiguer sur l’adoption de l’irrigation comme la diversification des revenus, et explorer les effets d’entraînement liés aux changements des prix des denrées alimentaires.

L’investissement dans l’irrigation est une piste potentielle pour réduire l’insécurité alimentaire au Bénin

Besoin urgent d’améliorer l’accès des agriculteurs aux intrants agricoles, au crédit et aux services de vulgarisation

Nonvide, G.M.A., 2018. Irrigation adoption : A potential avenue for reducing food insecurity among rice farmers in Benin. Water Resour. Econ. 24, 40–52.

NB : Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre «Irrigation adoption : A potential avenue for reducing food insecurity among rice farmers in Benin»

Lire la suite