Rapport de l’étude d’état des lieux de la filière riz au Bénin en 2014

Depuis quelques années, le riz fait partie des céréales les plus consommées au Bénin.

La filière riz est réellement une filière porteuse pour le Bénin et contribue à la sécurité alimentaire du pays, mais elle est aussi pourvoyeuse de revenus pour les différents acteurs qui s’y sont engagés.

Depuis la crise alimentaire de 2007-2008, aussi bien le Gouvernement, les Partenaires techniques et Financiers et les acteurs directs de la filière (producteurs, transformateurs et commerçants) ont engagé des efforts qui ont hissé la filière riz à un niveau assez élevé en lui donnant un véritable élan.

Le maillon de la production est le plus dynamique étant donné l’engouement est l’organisation des acteurs, les productions obtenus et les différents appuis.

Le maillon des intrants spécifiques et des équipements présente différents visages. Si les intrants comme les semences certifiées de riz sont de plus en plus présents, les engrais spécifiques ne sont pas toujours disponibles. Les engrais vivriers et coton qui sont utilisés ne sont pas mis en place à temps, compromettant souvent le travail des producteurs.

Concernant les maillons transformation et commercialisation, ils connaissent aussi des évolutions même s’ils sont encore timides.

Le riz local est très peu présente/visible sur les marchés urbains ; ce qui se traduit par la forte consommation de riz dans les zones de production.

De façon générale, les résultats ne sont pas encore à la hauteur des attentes. De nombreuses difficultés et contraintes minent toujours le développement de la filière riz.

Citation :

Konnon, D.-D., Sotondji, C.S., Adidehou, Y.A., 2014. Rapport de l’étude d’état des lieux de la filière riz au Bénin en 2014.

Lire la suite

Pêche, Pisciculture et Aquaculture au Bénin Un quick scan du secteur pour des possibilités d’interventions

La pêche et l’aquaculture contribuent à la sécurité alimentaire de façon directe et indirecte par la provision d’un aliment de très haute qualité nutritionnelle, l’auto-emploi, la génération de revenus.

Au Bénin, la pêche a été une source majeure de revenus pour les communautés vulnérables de pêcheurs à travers les générations et une source de protéines animales, parfois la seule accessible à des couches de populations pauvres vivant près de plans d’eau et des communautés isolées en milieu rural.

Avec une population totale avoisinant 10 millions de personnes au début 2014, la demande en poisson va augmenter considérablement et le déficit risque de se creuser davantage dans l’avenir si des mesures adéquates d’augmentation de la production aquacole ne sont prises à temps, avec des approches plus innovantes, des politiques rigoureuses et des partenariats plus concertés.

Le déficit en produits halieutiques à combler en 2025 demeure élevé (34 040 à 111 218 voire 152 563 tonnes) mais une grande partie devrait provenir de l’aquaculture plutôt que de la pêche et des importations.

Le poisson frais mais la plupart du temps transformé est parfois la seule source abordable financièrement pour les ménages pauvres dans les milieux urbains et péri-urbains.

Le poisson est considéré comme « un aliment riche pour les gens pauvres » et a une faible contribution en apport protéique (28,5%) par rapport aux autres sources protéiques animales.

Citation :

Rurangwa, E., van den Berg, J., Laleye, P.A., van Duijn, A.P., Rothuis, A., 2014. Pêche, Pisciculture et Aquaculture au Bénin Un quick scan du secteur pour des possibilités d’interventions.

Lire la suite

De nouveaux indicateurs participatifs de durabilité révèlent les faiblesses de la culture du maïs au Bénin

Le rôle de l’agriculture est bien connu dans la croissance économique et moyens de subsistance rurale dans les pays en développement, en particulier en Afrique.

La durabilité agricole est réellement mesurée sur la base d’indicateurs et au Bénin, 17 indicateurs ont été définis.

Certains indicateurs étaient similaires à des indicateurs connus, alors que d’autres indicateurs mesuraient l’impact environnemental et dimensions sociales de la durabilité.

En utilisant la nouvelle méthode basée sur les indicateurs sur la culture du maïs,  des valeurs de 41 – 55 – et 40 ont été trouvé respectivement pour la durabilité économique, la durabilité environnementale et la durabilité sociale. Ces valeurs mettent en évidence certaines faiblesses de la culture du maïs dans le nord du Bénin car la valeur seuil de durabilité est de 50.

Néanmoins, de nouveaux indicateurs ont émergé dans les sphères environnementales et sociales de durabilité.

Les principaux atouts de cette approche sont sa nature participative et sa flexibilité (indicateurs) mais avec une faiblesse majeure liée à la subjectivité des composants, des indicateurs et seuils de durabilité.

La culture du maïs dans le nord du Bénin présente un faible niveau économique et de durabilité sociale.

Il est important de soutenir la vulgarisation visant à améliorer l’efficacité technique pourrait aider à déplacer le niveau de durabilité proche ou supérieure au seuil de durabilité.

Il faut la fourniture de bonnes semences et promotion de pratiques telles que le renouvellement des semences.

Il faut améliorer la technique d’agrégation en utilisant les régimes non-linéaires dans lesquels les poids des composantes de durabilité afin de définir les indicateurs par les parties prenantes.

Citation :

Yegbemey, R.N., Yabi, J.A., Dossa, C.S.G., Bauer, S., 2014. Novel participatory indicators of sustainability reveal weaknesses of maize cropping in Benin. Agron. Sustain. Dev. 34, 909–920.

Lire la suite

Contribution alimentaire des plantes sauvages comestibles au régime alimentaire des femmes dans la zone tampon autour de la forêt de la Lama, Bénin – un potentiel sous-utilisé

L’enquête est menée auprès de 120 femmes, portant sur leurs connaissances et leurs attitudes envers les plantes sauvages comestibles.

Faiblesse dans la contribution de l’apport alimentaire total des plantes sauvages comestibles en raison de l’utilisation peu fréquente et de la réduction de taille des portions.

La présence de certaines espèces intéressantes contribuent à mieux couvrir les besoins en micronutriments, notamment le cuivre, le fer, la vitamine C, la riboflavine et le calcium.

La diversité alimentaire des femmes est plus élevée chez les consommatrices de plantes sauvages comestibles que chez les non-consommatrices en raison d’une grande consommation de légumes à feuilles vert foncé.

La population a apprécié les plantes sauvages comestibles, mais certaines contraintes ont été signalées concernant la préparation, la conservation et la commercialisation.

Promotion de la consommation des plantes sauvages comestibles afin d’exploiter leur potentiel diététique.

Nécessité d’investigations supplémentaires sur leur composition en nutriments, leur valeur culturelle et commerciale, leur niveau de récolte durable et leur intégration possible dans des systèmes agricoles innovants.

Nécessité de constitution d’une base de données probante sur les contributions réelles et potentielles des plantes sauvages comestibles et la réalisation des études sur leurs profils nutritionnels, leur résilience, leur utilisation et leur popularité.

Citation :  Boedecker, J., Termote, C.,  Assogbadjo, A. E., Van Damme, P., Lachat, C., 2014. Dietary contribution of Wild Edible Plants to women’s diets in the buffer zone around the Lama forest, Benin – an underutilized potential. Food Sec. 6, 833–849.

Lire la suite

Contribution à l’élaboration d’un guide alimentaire au Bénin : la programmation linéaire pour l’optimisation des régimes alimentaires locaux

Cinquante-deux aliments sont beaucoup plus consommés au Bénin sur un total de 170 rapportés dans les rappels alimentaire.

Dix-huit modèles LP construit pour inclure des recommandations pour tous les groupes d’âge et de sexe au-dessus de 2 ans, ainsi que pour les femmes enceintes et allaitantes.

Les portions recommandées par groupe d’aliments et par jour sont déterminés à l’aide. le nombre de portions recommandé pour les produits laitiers est légèrement supérieur aux habitudes alimentaires typiques afin de répondre aux besoins d’apport en Ca.

Ajustement du nombre de portions recommandées pour les aliments protéinés. Ainsi, le nombre de portions recommandé pour les femmes comme pour les hommes est de 2-3.

La paume de main ou la phalange du pouce est utilisée comme référence pour les mesures domestiques en convenance avec les partenaires locaux pour illustrer la taille des portions.

Les micronutriments limitants sont Ca, Fe, Zn, la vitamine B12 (si aucune source animale de protéines n’est consommée) et l’acide folique, conformément aux carences alimentaires les plus répandues dans le monde.

Nécessité de tester le guide alimentaire dans son intégralité auprès de la population.

Favoriser l’utilisation appropriée du guide par les agents de santé et de nutrition auprès des groupes et des individus, principalement par une formation appropriée.

Citation :  Levesque, S., Delisle, H., Agueh, V., 2014. Contribution to the development of a food guide in Benin: linear programming for the optimization of local diets. Public Health Nutrition.18(4), 622–631.

Lire la suite

Evaluation de l’intensité territoriale de deux systèmes de cultures associées modérément fertilisées au Sud-Bénin.

Dans la plupart des pays en développement, toute la production agricole a pour vocation d’être commercialisable et c’est la partie non commercialisable qui sert à la satisfaction des besoins alimentaires des petits paysans.

La production agricole destinée à l’exportation et à la commercialisation est celle la plus soutenue financièrement et techniquement par les pouvoirs publics.

Il est important de recentrer l’agriculture sur la satisfaction des besoins pouvant garantir l’équilibre alimentaire des producteurs puis des autres couches de la société tout en préservant l’environnement.

L’intensité territoriale se définit comme la superficie de terre nécessaire pour produire soit une ration alimentaire équilibrée en macronutriments (glucides, protéines et lipides), soit en apport protéino-énergétique (de 2 163,5 kcal/jour et 56,7g/jour de protéines) pour un adulte pendant un an.

La pratique des cultures multiples favorise la réduction de l’intensité territoriale en permettant la suffisance quantitative à travers les bons rendements mais également, une diversité pouvant garantir l’équilibre alimentaire.

L’intensité territoriale varie de 2 831,4 m² pour le système de culture de l’arachide en culture mono spécifique à 495,6 m² lorsque l’arachide est associée à la variété de maïs TZEEW, à port érigé.

L’intensité territoriale varie de 2 500 m² (pois d’angole) en système de cultures mono spécifiques à 1 521,8 m² pour l’association maïs-manioc-pois d’angole,

Il est nécessaire que les politiques s’appuient sur la minimisation de l’intensité territoriale, en matière de rendements agricoles, afin de concilier durablement la satisfaction des besoins alimentaires des populations en plein accroissement et la préservation des ressources naturelles.

Citation :

Adjahossou, V., Adjahossou, B., Dovonou, F., Adjahossou, D., Boko, M., 2014. Evaluation de l’intensité territoriale de deux systèmes de cultures associées modérément fertilisées au Sud-Bénin. International Journal of Biological and Chemical Sciences 7, 2233–2247.

Lire la suite

Plan Cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement UNDAF 2014-2018.

En 2009, il est estimé au niveau national que 12% des ménages, sont en insécurité alimentaire et 13,2% des ménages sont à risque d’insécurité alimentaire.

Au niveau national, 37% des enfants de 6 à 59 mois souffrent de retard de croissance dont 12,2% de retard de croissance sévère.

La mise en œuvre de l’UNDAF 2014-2018 repose sur 6 axes de coopration déclinés en 6 effets et 19 produits.

La thématique de la sécurité alimentaire est prise en charge par l’Effet 1 définit comme : D’ici à fin 2018, les populations rurales et périurbaines, notamment les jeunes et les femmes dans les communes d’intervention accroissent leur revenu et améliorent leur sécurité.

Les produits de l’Effet 1 sont : i) les jeunes et les femmes ont davantage de capacités, de compétences et de facilités d’installation pour l’auto emploi et l’entrepreneuriat agricole, la mise en œuvre de micro, PME en milieu rural et péri urbain ; ii) le gouvernement, les collectivités locales et les OSC mettent en place un environnement propice à l’émergence et développement de la microfinance, de la micro-entreprise et PME/PMI et la création d’emplois ; iii) les institutions nationales et locales, les populations pauvres et les groupes vulnérables disposent de capacités accrues pour améliorer la production agricole, pastorale et halieutique ; iv) les populations pauvres et les groupes vulnérables disposent de capacités accrues pour assurer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que l’accès aux marchés.

Les structures leader de mise en œuvre sont le MAEP, le PNUD et la FAO.

Citation :

Système des Nations Unies, République du Bénin, 2014. Plan Cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement UNDAF 2014-2018.

Lire la suite

Evaluation de l’intensité territoriale de deux systèmes de cultures associées modérément fertilisées au Sud-Bénin

Dans la plupart des pays en développement, toute la production agricole a pour vocation d’être commercialisable et c’est la partie non commercialisable qui sert à la satisfaction des besoins alimentaires des petits paysans.

La production agricole destinée à l’exportation et à la commercialisation est celle la plus soutenue financièrement et techniquement par les pouvoirs publics.

Il est important de recentrer l’agriculture sur la satisfaction des besoins pouvant garantir l’équilibre alimentaire des producteurs puis des autres couches de la société tout en préservant l’environnement.

L’intensité territoriale se définit comme la superficie de terre nécessaire pour produire soit une ration alimentaire équilibrée en macronutriments (glucides, protéines et lipides), soit en apport protéino-énergétique (de 2 163,5 kcal/jour et 56,7g/jour de protéines) pour un adulte pendant un an.

La pratique des cultures multiples favorise la réduction de l’intensité territoriale en permettant la suffisance quantitative à travers les bons rendements mais également, une diversité pouvant garantir l’équilibre alimentaire.

L’intensité territoriale varie de 2 831,4 m² pour le système de culture de l’arachide en culture mono spécifique à 495,6 m² lorsque l’arachide est associée à la variété de maïs TZEEW, à port érigé.

L’intensité territoriale varie de 2 500 m² (pois d’angole) en système de cultures mono spécifiques à 1 521,8 m² pour l’association maïs-manioc-pois d’angole,

Il est nécessaire que les politiques s’appuient sur la minimisation de l’intensité territoriale, en matière de rendements agricoles, afin de concilier durablement la satisfaction des besoins alimentaires des populations en plein accroissement et la préservation des ressources naturelles.

Adjahossou, V., Adjahossou, B., Dovonou, F., Adjahossou, D., Boko, M., 2014. Evaluation de l’intensité territoriale de deux systèmes de cultures associées modérément fertilisées au Sud-Bénin. International Journal of Biological and Chemical Sciences 7, 2233–2247.

 

Lire la suite

Caractéristiques biochimique et sensorielle du niébé (Vigna unguiculata) conservé au moyen des huiles essentielles extraites de plantes de la famille des Myrtaceae

L’emploi intensif et inconsidéré des produits chimiques a provoqué une contamination de la biosphère et de la chaine alimentaire, une éradication des espèces non cibles telles que la faune auxiliaire et l’apparition des microorganismes résistants. Ces dangers ont conduit l’OMS à interdire l’usage de certains insecticides et fongicides chimiques.

La conservation du niébé demeure encore un problème récurrent dans les systèmes post-récoltes.

Face aux nuisances associées à l’utilisation des antimicrobiens de synthèse chimique, la présente étude vise à développer une méthode efficace de conservation du niébé au moyen d’huiles essentielles.

Des essais de conservation des variétés locales du niébé Dannoukoun et Kpayo avec les huiles essentielles de Pimenta racemosa et Syzygium aromaticum ont été effectués.

Les résultats des analyses microbiologiques ont révélé une réduction significative (p>5%) de la flore fongique dans les échantillons de niébé conserves avec les huiles essentielles, comparativement aux échantillons témoins.

Les analyses nutritionnelles ont indiqué que les deux variétés de niébé étudiées sont riches en protéines et en matières minérales.

La conservation du niébé au moyen d’huiles essentielles améliore aussi ses caractéristiques organoleptiques avec une incidence sur le gout et l’arôme des produits dérivés.

Au regard de ces résultats, les huiles essentielles de Pimenta rasemosa et de Syzigium aromaticum peuvent être considérées comme des produits antifongiques naturels de protection des graines de niébé.

Houinsou, R. de L.F., Adjou, E.S., Ahoussi, E.D., Sohounhloué, D.C.K., Soumanou, M.M., 2014. Biochemical and sensorial Characteristics of cowpea (Vigna unguiculata) stored  with essentials oils extracted from plants of Myrtaceae family. International Journal of Innovation and Applied Studies 9, 428–437.

Lire la suite

Analyse du système de production et de distribution des semences de maïs (Zea mays L.) au Sud-Bénin

Les acteurs publics de sous-secteur semencier en 2013 sont le Service des Semences et Plants de la Direction de l’Agriculture, l’Institut National des Recherches Agricoles du Bénin, la Société Nationale pour la Promotion Agricole et les Centres Communaux et Régionaux de la Promotion Agricoles.

Les acteurs privés de sous-secteur semencier en 2013 sont la Fédération des Unions des Producteurs, l’Association Nationale des Semenciers du Bénin et les agriculteurs multiplicateurs de semences constitués en coopératives ou particuliers.

D’après la Direction de la Promotion de la Qualité et du Conditionnement des produits agricoles (DPQC) les quantités (en tonnes) de semences de maïs produites, sont passées de 4,5 ; 11,96 ; 212,15 (pré-base, base et certifiées respectivement) en 2007 à 0,57 ; 15,52 ; 3247,01 en 2012.

La production et la distribution des semences de maïs sont influencées par la politique nationale qui n’offre pas un environnement favorable à l’investissement privé dans le sous-secteur.

Le sous-secteur semencier est caractérisé par de faibles interactions entre secteurs public et privé, un manque de visibilité de l’association nationale semencière, une faible connaissance par les acteurs de la législation semencière, un faible niveau de technicité des agriculteurs multiplicateurs et l’absence d’entreprises commerciales semencières.

La vulgarisation des textes sur les semences, la définition d’un plan opérationnel pour la mise en œuvre de la politique de développement des semences, et la promotion des entreprises commerciales semencières contribueraient au renforcement des capacités des acteurs et, par conséquent, au développement du secteur des semences de maïs au Bénin.

Achigan-Dako, E.G., Houdegbe, A.C., Glèlè, M., Nono-Womdim, R., 2014. Analyse du système de production et de distribution des semences de maïs (Zea mays l.) au Sud-bénin. Biotechnology, Agronomy and Society and Environment 18.

Lire la suite