Production et qualité nutritionnelle des épis de maïs frais bouillis consommés au Bénin

Le maïs (Zea mays) est une céréale de grande importance alimentaire pour de nombreuses populations en Afrique de l’Ouest, principalement au Bénin où il constitue la base du régime alimentaire des populations du Sud et du Centre du Pays.

L’épi de maïs frais bouilli est l’un des aliments obtenus de la transformation du maïs.

La production des épis de maïs frais bouillis est une activité féminine prédominante en période de disponibilité.

La technologie de préparation des épis de maïs frais bouillis diffère d’une région à une autre. Ainsi, à Parakou, l’épi de maïs frais est bouilli avec les spathes alors qu’il est bouilli sans les spathes à Cotonou.

Selon les consommateurs, la date post-récolte affecte le goût et la texture des maïs bouillis. Pour les transformatrices-vendeuses et les consommateurs, un bon maïs frais bouilli doit avoir une texture moins dure et un goût succulent.

Les caractéristiques nutritionnelles du maïs frais bouilli révèlent une richesse en glucides totaux (63,4 à 64,6% matière sèche), en protéines (12,5% matière sèche), en minéraux (1,6% matière sèche) et composés phénoliques (5,5 à 6,1% matière sèche).

Une bonne compréhension des relations existant entre les caractéristiques nutritionnelles, les propriétés technologiques et organoleptiques des variétés de maïs devrait permettre aux sélectionneurs de mieux orienter leurs programmes d’amélioration variétale d’une part, et aux utilisateurs de choisir les variétés en fonction de leur qualité technologique et nutritionnelle d’autre part.

Hongbete, F., Kindossi, J.M., Hounhouigan, J.D., Nago, M.C., 2017. Production et qualité nutritionnelle des épis de maïs frais bouillis consommés au Bénin. Int. J. Biol. Chem. Sci. 11, 2378–2392.

 

Lire la suite

Perception des consommateurs sur la qualité nutritionnelle et sanitaire de quelques légumes feuilles locaux produits dans la zone côtière du Sud-Bénin

La consommation des légumes feuilles locaux est une pratique ancrée dans les habitudes alimentaires des Béninois en général et des populations du Sud-Bénin en particulier.

Solanum macrocarpum L, Vernonia amygdalina Del et Amaranthus hybridus L étaient respectivement les trois principaux légumes feuilles locaux consommés au Sud-Bénin.

La valeur nutritive et la disponibilité étaient les critères de choix des légumes feuilles locaux consommés.

La perception des consommateurs sur les conditions de production et de commercialisation des légumes feuilles locaux était globalement positive.

L’état physiologique, l’absence de chenilles sur les feuilles, la couleur, le taux d’humidité et l’état hygiénique étaient les critères d’évaluation de la valeur nutritive des légumes feuilles locaux par les consommateurs.

Concernant ces critères, les attentes des consommateurs étaient globalement satisfaites. Selon les consommateurs ciblés,

La consommation des légumes feuilles locaux apporte généralement à l’organisme des sels minéraux, des vitamines A, B, D et E.

Des légumes feuilles locaux ont des vertus thérapeutiques comme les propriétés antibiotiques, de facilitation de la digestion et d’aliments énergétiques.

Des légumes feuilles locaux sont utilisés pour guérir l’ulcère gastrique, l’anémie, les maux de ventre et le diabète.

Nécessité d’opérer un réajustement au niveau des engrais chimiques et organiques mais aussi au niveau des pesticides chimiques et de l’eau d’irrigation.

Il faut maintenir l’hygiène lors du tri, du rinçage et du transport des légumes feuilles locaux puis l’assainissement des lieux de vente et d’exposition des légumes feuilles locaux (à l’ombre) afin de s’assurer de leur qualité sanitaire et nutritive.

Vodouhe, S.E., Tossou, R.C., Soumanou, M.M., 2012. Perception des consommateurs sur la qualité nutritionnelle et sanitaire de quelques légumes feuilles locaux produits dans la zone côtière du Sud-Bénin. Bull. la Rech. Agron. du Bénin 13–23.

 

Lire la suite

Composition nutritionnelle et teneur en métaux lourds de trois légumes à feuilles (Amaranthus Cruentus L., Lactuca Sativa L., Solanum Macrocarpon L.) à Porto-Novo, République du Bénin

Les légumes et les fruits sont des sources de nutriments qui aident à guérir certains troubles du métabolisme en contribuant à lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition.

L’intérêt des légumes-feuilles s’est accru ces dernières années, principalement en raison des bienfaits pour la santé dus à leurs composés nutritionnels.

La connaissance des nutriments des légumes (d’Amaranthus cruentus L., Solanum macrocarpon L. et Lactuca sativa L.) est nécessaire pour mieux les valoriser dans l’alimentation de la population.

Lactuca sativa L. a la teneur en eau la plus élevée, Amaranthus cruentus L. a la teneur la plus élevée en protéines, cendres, fibres, zinc, calcium et potassium tandis que le Solanum macrocarpon L. a la teneur la plus élevée en graisse et en fer. Solanum macrocarpon L. a la teneur en plomb la plus élevée tandis qu’Amaranthus cruentus L. a la teneur en cadmium la plus élevée.

Les légumes-feuilles pourraient fournir une part importante des besoins nutritionnels pour une protection adéquate contre les maladies.

Amaranthus cruentus L. a la teneur élevée en nutriments suivi de Solanum macrocarpon L. et Lactuca sativa L.

Le cadmium et le plomb trouvés dans les légumes de cette étude à Porto-Novo doivent être surveillés et gérés pour éviter des conséquences néfastes sur la santé de l’homme

Contenant une bonne source de minéraux vitaux comme le calcium, le magnésium, le fer, le zinc, le potassium et une faible teneur en métaux lourds (cadmium, plomb), la culture de ces trois légumes et leur consommation sont à encourager.

Houngla, J.E.H., Gbankoto, A., Mizehoun-adissoda, C., Anani, L.B.C., Edorh, P.A., Moutaïrou, K., Sohounhloué, D.C.K., 2020. Nutrient Composition and Heavy Metals Content of Three Leafy Vegetables (Amaranthus Cruentus L ., Lactuca Sativa L ., Solanum Macrocarpon L .) in Porto-Novo , Republic of Benin. J. Food Nutr. Res. 8, 80–86.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Nutrient Composition and Heavy Metals Content of Three Leafy Vegetables (Amaranthus Cruentus L., Lactuca Sativa L., Solanum Macrocarpon L.) in Porto-Novo, Republic of Benin »

Lire la suite

Mettre la politique nutritionnelle au cœur du Développement – comprendre les facteurs Institutionnels et politiques du changement Politique : Etude de cas de benin

La trajectoire de la nutrition au Bénin depuis son indépendance a connu successivement des initiatives réussies et des occasions manquées, et ce malgré la volonté politique de lutte contre la malnutrition des ménages, touchés par le double fardeau nutritionnel et les carences en micronutriments.

La lutte contre la pauvreté est étroitement liée à celle contre la malnutrition.

La pauvreté sous toutes ses formes reste une préoccupation majeure au Bénin. La pauvreté monétaire semble la moins répandue touchant en moyenne 37,4% des ménages sur le plan national. La pauvreté d’existence ou des conditions de vie faisant référence à l’accès de la population aux services sociaux de base, est la plus répandue avec plus de la moitié des ménages.

Sur le plan régional et international, l’appartenance du pays à des espaces politico-économiques a été déterminante dans l’évolution de la trajectoire de la nutrition.

L’influence des partenaires techniques et financiers extérieurs est indéniable tandis qu’aux niveaux national et local, des problèmes de perception de la malnutrition par les populations, les leaders et les acteurs du secteur de la nutrition ralentissent la prise de décision et la pérennisation des acquis.

Deux actions majeures préconisées à savoir : (i) l’institutionnalisation de la politique de nutrition et, (ii) l’élaboration d’un Plan stratégique et d’un Programme national multi sectorialisé de nutrition.

Il est indispensable de mettre la sécurité alimentaire et nutritionnelle au cœur de la lutte contre la pauvreté monétaire, et de combler le manque d’information, de coordination et de leadership, qui ont été des facteurs inhibiteurs dans le passé.

Agbota, A.C., Tevoedjre, E., Hessou, J.D., 2010. Mettre la politique au coeur du developpement – Comprendre les facteurs institutionnels et politiques du changement politique: Etude de cas de Benin.

 

Lire la suite

État nutritionnel de la mère et de l’enfant dans les communautés rurales du district de Kalalé, au Bénin : la relation et les facteurs de risque

Le double fardeau de la malnutrition (DBM) est un problème de santé publique émergent en milieu urbain Bénin. Cependant, la compréhension des phénomènes dans les zones rurales du pays fait défaut.

Dans l’ensemble, 37,6 % des enfants présentaient un retard de croissance, 10,1 % une émaciation et 22,8 % une insuffisance pondérale, tandis que le taux de mères en surpoids/obèses était de 15,5 %.

Le DBM était présent dans 6,1% des ménages. Les ménages de mères en surpoids/obèses avaient un meilleur statut socioéconomique (SSE), éducation, moins d’insécurité alimentaire et une alimentation plus diversifiée, contrairement aux enfants sous-alimentés ménages.

Les ménages DBM partageaient plusieurs caractéristiques avec les ménages d’enfants sous-alimentés, à l’exception d’un SSE plus élevé (non significatif), mais avait le score de diversité alimentaire (DDS) le plus faible.

Un SSE élevé, un enfant plus âgé, le DDS, l’éducation de la mère et l’origine ethnique étaient associés à la DBM.

Il est important d’aborder le DBM au niveau communautaire dans le milieu rural au Bénin. Cependant, des études multicentriques dans diverses régions rurales du pays sont nécessaires pour justifier les résultats actuels, afin que des stratégies appropriées pour réduire le DBM puissent être planifiées.

Bien que la présente étude fournisse des données utiles sur la prévalence des indices nutritionnels en lien alimentaires, socio-économiques et facteurs démographiques dans les populations vulnérables, il a des limites.

Alaofè, H., Asaolu, I., 2019. Maternal and Child Nutrition Status in Rural Communities of kalalé District , Benin: The Relationship and Risk Factors. Food Nutr. Bull. 40, 56–70.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre « Maternal and Child Nutrition Status in Rural Communities of Kalalé District, Benin : The Relationship and Risk Factors »

Lire la suite

Le projet « Hunger Project » au Bénin : Un premier bilan et des recommandations pour l’évaluation

The hunger Project (THP) est une ONG qui vise à contribuer à l’éradication de la faim et de la pauvreté. Cela se fait via les ateliers « Vision, Commitment, Action » au cours desquels les communautés (en particulier les femmes) ont accès au microcrédit, à la formation aux pratiques agricoles, aux cours sur l’alphabétisation et différents aspects de la santé et de la nutrition.

THP Benin a été lance en 1997 (avec un budget de 17 millions de dollars en 2011), et comptait en 2011, 16 épicentres (groupe de 10 à 12 villages).

1 312 924 500 FCFA de credits ont été distribués avec un taux de remboursement de 96%

Plus de 7 000 agriculteurs, dont plus de 2 600 femmes, ont participé aux formations sur les pratiques agricoles.

Le programme de crédit aux jeunes agriculteurs a permis le stockage de plus de 550 000 tonnes de maïs (au fil des années), qui sont revendus plus tard en saison sèche. Plus de 10 600 agriculteurs ont bénéficié de ces actions.

Au total, 687 alphabétiseurs ont été formés, dont 248 femmes au cours des dix dernières années. A ce jour, 20 549 étudiants ont suivi les cours d’alphabétisation et reçu des diplômes dans cinq zones, dont 14 938 femmes.

Il est recommandé que THP Bénin se concentre davantage sur ses points forts : micro-crédit, cours d’alphabétisation, soins aux mères et aux enfants et sécurité alimentaire en continuant à mettre l’accent sur la mobilisation des femmes et des jeunes agriculteurs.

NB: Ce document a été originalement publié en Anglais sous le titre «The Hunger Project in Benin : A First Review and Recommendations for Evaluation»

Hoebink, P., 2021. The Hunger Project in Benin: A First Review and Recommendations for Evaluation. Cotonou, Bénin.

Lire la suite

Le projet « Hunger Project » au Bénin : Un premier bilan et des recommandations pour l’évaluation

The hunger Project (THP) est une ONG qui vise à contribuer à l’éradication de la faim et de la pauvreté. Cela se fait via les ateliers « Vision, Commitment, Action » au cours desquels les communautés (en particulier les femmes) ont accès au microcrédit, à la formation aux pratiques agricoles, aux cours sur l’alphabétisation et différents aspects de la santé et de la nutrition.

THP Benin a été lance en 1997 (avec un budget de 17 millions de dollars en 2011), et comptait en 2011, 16 épicentres (groupe de 10 à 12 villages).

1 312 924 500 FCFA de credits ont été distribués avec un taux de remboursement de 96%

Plus de 7 000 agriculteurs, dont plus de 2 600 femmes, ont participé aux formations sur les pratiques agricoles.

Le programme de crédit aux jeunes agriculteurs a permis le stockage de plus de 550 000 tonnes de maïs (au fil des années), qui sont revendus plus tard en saison sèche. Plus de 10 600 agriculteurs ont bénéficié de ces actions.

Au total, 687 alphabétiseurs ont été formés, dont 248 femmes au cours des dix dernières années. A ce jour, 20 549 étudiants ont suivi les cours d’alphabétisation et reçu des diplômes dans cinq zones, dont 14 938 femmes.

Il est recommandé que THP Bénin se concentre davantage sur ses points forts : micro-crédit, cours d’alphabétisation, soins aux mères et aux enfants et sécurité alimentaire en continuant à mettre l’accent sur la mobilisation des femmes et des jeunes agriculteurs.

NB: Ce document est en anglais

Hoebink, P., 2021. The Hunger Project in Benin: A First Review and Recommendations for Evaluation. Cotonou, Bénin

Lire la suite

Les évidences pour mieux décider pour le développement local

Presque toutes les municipalités sont conscientes de l’importance des évidences scientifiques dans la prise de décisions dans tous les secteurs de développement en particulier dans les secteurs de la santé et de l’alimentation et de la nutrition. Plus précisément, dans ce dernier secteur, les municipalités ont indiqué que les évidences sont utiles, mais pas toujours, notamment en cas d’intervention d’urgence ou lorsque les évidences disponibles sont inutilisables. Dans la pratique, les municipalités utilisent les données statistiques, les croyances, les connaissances endogènes, les opinions et les

directives politiques du gouvernement central. Pour obtenir des évidences, les autorités locales se tournent vers les organisations de la société civile, les hôpitaux, l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique et les partenaires techniques et financiers, et rarement vers la communauté des chercheurs, même si ceux-ci sont théoriquement connus comme étant la source traditionnelle des évidences. L’étude recommande de renforcer la culture et le système d’utilisation des évidences par l’institutionnalisation, le renforcement des capacités et la mise en relation des producteurs et utilisateurs des évidences.

Lire la suite

Urban agriculture in Benin: How can policy support gardeners?

Urban agriculture is a widespread activity that could contribute to realize various Sustainable Development Goals that are set by the United Nations. Calls for expanding the urban agricultural activities are, therefore, justified and merit a high priority on the political agenda. Yet, especially the organization and management of urban agriculture is much under-researched and targeted policies would benefit from more knowledge about the social structures in the allotment gardens. Urban agriculture in Benin is no exception and this study aims to address the knowledge gap with a special focus on organization and management.

The study reports on findings of a survey among 261 experienced urban gardeners visited at 29 sites distributed over the cities of Cotonou and Porto Novo. The study elicited information on household characteristics, gardening activity and incomes, food and nutrition security, garden organization and management, benefits for women and socio-economic development and identified constraints on the development of urban gardens. The survey showed that urban gardening in the study is a male-dominated activity that provides income to cover the basic needs of households (housing, transport) and improves diet diversity.

Although food quality improved for gardeners, education might further contribute to a better diet. Gardeners are true entrepreneurs who generate income from both gardening and side jobs throughout the year. They are mostly well organized in cooperatives with a good management system (election of a board, regular membership fee and responsibility for common tasks). However, gardeners still have to improve rules relating to ownership and revise their financing incentives to leverage their bargaining power to decrease transaction costs.

The study concludes that capacity-building programs may raise awareness among gardeners on the necessity of improving their current organizational frameworks, leading to a sustainable way that capitalizes on the benefits of cooperatives, for example, to secure enough credit for a group. In addition, to address the constraints beyond the control of cooperatives (land access, tenure security, credits, high input costs and market functioning), there is a clear need support by public institutions for urban garden development

Lire la suite